Sahara Occ.: Le Maroc veut la peau du chef de la Minurso

Sahara Occidental, MINURSO, Maroc, Alexander Ivanko, ONU, maison à Laayoune,

Insolite, anecdotique et hautement suggestive, a été une question posée ce vendredi au porte-parole du SG de l’ONU, Stéphane Dujaric lors de son briefing quotidien. En effet, un journaliste activant à New-York et dont le nom ne nous a pas été révélé, a posé une question à tout le moins explosive. En s’appesantissant sur les minutes de cet échange, on se rend compte que le journaliste est un habitué des travées de l’ONU et qu’il doit connaître fort bien Stéphane Dujaric pour se permettre de l’appeler par son prénom. : « Stéphane, au Sahara Occidental, Alexander Ivanko, le SRSG [Représentant Spécial du Secrétaire Général] aurait acheté une propriété à Laayoune. Est-ce éthique ou légal selon les règles de l’ONU ? », sic.

La réponse du porte-parole d’Antonio Gutterres a été lapidaire et relativement évasive. Pour Dujaric, en effet, il n’a jamais entendu parler d’une pareille transaction immobilière, qu’elle soit éthique ou pas. Il ajoute que tous les membres du personnel de l’ONU peuvent en théorie où bon leur semble. En théorie oui, mais pas dans certains cas de figures précis. D’abord, le chef de la MINURSO (mission des Nations unies pour le référendum. au Sahara occidental), le russe Alexander Ivanko, deviendrait juge et partie s’il était propriétaire d’un bien immobilier au niveau de la ville occupée d’EL Ayoun. Ensuite, un employé de l’ONU se départirait de son maladif et théorique respect de la légalité internationale, si d’aventure il devait acquérir un bien dans un territoire classé « non-autonome » par l’ONU, et dont le statut n’a toujours pas été définitivement arrêté en attendant la tenue du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui. Voilà précisément où réside la subtilité et le caractère suggestif de cette question loin d’être innocente.

Renseignements pris, des sources qui suivent de très près ce genre de questions sensibles nous indiquent que « c’est le Maroc lui-même qui a soufflé cette question ainsi posée à Dujaric ». La situation des droits de l’Homme s’est très gravement détériorée dans les territoires occupés depuis la reprise du conflit armé en date du 13 novembre 2001, tel que nous l’a rappelé la militante sahraouie El Ghalia Jimmy. l’objectif recherché est de battre en brèche la crédibilité d’Alexander Ivanko afin de s’en débarrasser définitivement. Chef d’état-major de la MINURSO depuis 2009, M. Ivanko a plus de 30 ans d’expérience dans les affaires internationales, le maintien de la paix et le journalisme. Il a précédemment été directeur de l’information publique pour la Mission des Nations Unies au Kosovo (2006-2009) et porte-parole des Nations Unies en Bosnie-Herzégovine (1994-1998).

Nos sources expliquent au passage que la diplomatie marocaine s’irrite régulièrement des centaines de rapports confidentiels dressé par la MINURSO et envoyé à Antonio Gutteres ainsi qu’au conseil de sécurité de l’ONU. La MINURSO, qui dispose de nombreux bureaux au niveau des territoires occupés, assiste impuissante à la terrible répression dont est systématiquement victime le peuple sahraoui. Il est même question d’étendre la question des droits de l’Homme aux prérogatives de la MINURSO, ce qui a le don de rendre fou de rage le Makhzen.

Le trublion Omar Hilal, représentant du Maroc auprès de l’ONU , semble avoir recouru au sport favori de son royaume, à savoir le mensonge, la corruption et la manipulation. D’autant qu’il est attendu que la prochaine résolution du conseil de sécurité sur le Sahara Occidental soit formulée en des termes autrement plus fermes à l’endroit du Maroc. Il n’est plus question en effet de renvoyer dos-à-dos agresseurs et agressés. Le Maroc cherche ainsi à anticiper sur la suite des évènements en cherchant à s’adjuger les services d’une personne plus conciliante à la tête de la Minurso. Peine perdue, attendu que ce subtil stratagème est désormais éventé…

Ali Oussi

La patrie news, 01 juin 2022

#SaharaOccidental #Maroc #ONU #MINURSO #AlexanderIvanko