Mali: L’UE demande l’aide de l’Algérie pour sortir de la crise

Mali, Algérie, Union européenne, Emanuela Claudia del Rey, Sahel,

L’Union européenne a lancé un appel à l’Algérie pour l’aider à sortir de son « dilemme » dans la région du Sahel, plus précisément au Mali, où les forces françaises sont plus que jamais tenues de quitter le sol malien, après les soupçons du gouvernement de Bamako sur la possibilité que l’armée française exerce des pratiques en dehors de la mission qu’elle est censée effectuer, selon ce qui a été déclaré plus tôt par le chef du gouvernement de Bamako.

L’envoyée spéciale de l’Union européenne pour le Sahel, Emanuela Claudia del Rey, qui a terminé une visite en Algérie, a déclaré mercredi dans une interview à la presse à l’hôtel El-Aurassi dans la capitale Alger, que Bruxelles estime que « l’Algérie a un rôle clé dans la région du Sahel, en tant que garant politique de l’accord de paix d’Alger au Mali, ainsi que d’être un pays faisant partie de la région du Sahel, cette région souffre de problèmes liés au manque de stabilité au niveau sécuritaire.

Concernant le rôle que l’Algérie peut jouer dans la région du Sahel et au Mali en particulier, la responsable européenne a indiqué qu’elle parie sur l’Algérie pour travailler avec les autorités de transition à Bamako afin de raccourcir la durée de la période de transition, et elle a reçu des responsables algériens qu’elle a rencontrés lors de cette visite, notamment le ministre des Affaires étrangères et l’envoyé spécial pour le Sahel, Boudjemaa Delmi, tiennent à contribuer à la recherche de « solutions concrètes et pragmatiques à la crise malienne ».

D’autre part, Lamamra a critiqué les sanctions imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) au Mali, car elles aggravent encore la situation dans ce pays blessé, selon le responsable européen, qui a également évoqué les efforts déployés par l’Algérie. d’exhorter les autorités au pouvoir au Mali à raccourcir la durée de la période de transition, et l’activation du mécanisme électoral pour établir les institutions constitutionnelles, une option qui est conforme à l’engagement de l’Algérie à respecter les institutions constitutionnelles, comme l’a déclaré le chef de la diplomatie algérienne.

Dans ce contexte, Emanuela Del Rey a prôné la mission militaire de l’Union européenne dans la région du Sahel, comme contribuant à établir la sécurité dans cette région, qu’elle considère comme la frontière sud de l’Union européenne, et a souligné que les dangers qui menacent cette région nuisent L’Algérie, parce que l’instabilité apporte des ravageurs liés à la contrebande, au crime organisé, à l’immigration clandestine et au terrorisme, surtout à la lumière des circonstances mondiales actuelles, qui menacent le monde d’une crise alimentaire qui peut être difficile à surmonter.

Del Rey a évoqué la décision de l’Union européenne d’arrêter toutes ses opérations au Mali, et a souligné que ce que font les Européens aujourd’hui ne va pas au-delà de la coordination et du soutien à la force « MINUSMA » des Nations unies, dont l’Allemagne garantit l’armement, mais en retour, elle considérait la présence russe au Mali et dans la région du Sahel comme une «ligne rouge», une préoccupation qu’elle a dit avoir transmise au chef du Conseil militaire au Mali, le colonel Asmi Ghoita, lors d’une récente réunion.
En réponse aux critiques, le responsable italien a déclaré que ce que l’Union européenne avait fait répondait aux demandes des pays de la région, et que « la stratégie de l’Union définie l’année dernière est basée sur la bonne gouvernance », mais quand nous regardez la situation sécuritaire, on trouve qu’on n’est pas à l’aise avec ce qui se passe, il y a des attentats ». Elle a également défendu les critiques adressées à la France au Mali, déclarant : « La France a une grande expérience dans la région en raison de considérations historiques, notamment au niveau militaire, et elle a fait des progrès dans la lutte contre le terrorisme. Il y a tué des terroristes et y a perdu des soldats en retour ».

Dans un communiqué, le ministère algérien des Affaires étrangères a confirmé que le responsable européen a été reçu par le ministre des Affaires étrangères, et les deux parties ont évoqué les perspectives de renforcement de la coopération bilatérale « afin de promouvoir la paix et la sécurité en Afrique, notamment dans la région du Sahel, qui fait face à des défis majeurs de nature politique, sécuritaire et économique, dans le but d’adopter des solutions africaines aux problèmes de l’Afrique avec un soutien plus efficace des partenaires étrangers, notamment de l’Union européenne ».

Mohamed Meslem

Echouroukonline, 01 juin 2022

#Algérie #Mali #Sahel #UE #EmmanuelaDelRe