Feijoo: « Je n’assumerai pas la lettre clandestine de Sanchez »

Sahara Occidental, Espagne, Maroc, Pedro Sanchez, Alberto Nunez Feijoo,

Le chef du Parti populaire espagnol, leader de l’opposition au parlement, Alberto Nunez Feijoo, assène une véritable raclée pour Rabat qui a cru avoir fait rallier Madrid à ses thèses sur le Sahara occidental. Ainsi, le revirement sur le dossier n’engage que la personne de l’actuel chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, qui, plus est, a pactisé secrètement, à travers une lettre clandestine, avec le roi Mohammed VI.

S’adressant directement au roi du Maroc par le biais de son Premier ministre, Aziz Akhannouch, le leader du PP assume ses distances avec Pedro Sanchez, notamment en ce qui concerne l’engagement en faveur du plan d’autonomie marocain au Sahara occidental. S’il parviendra ainsi à diriger le prochain gouvernement espagnol, Alberto Nunez Figo s’engage à ne « jamais pactiser » avec Rabat sur le dossier sahraoui. Et s’il y a à discuter sur la question, il « respectera » le processus et les résolutions onusiennes portant résolution du conflit.

En effet, lors d’une rencontre en marge du Congrès du Parti Populaire Européen tenu à Rotterdam (Pays-Bas) Alberto Nunez Figo a surpris Aziz Akhannouch, auprès duquel il a demandé de transmettre ses intentions futures au roi M6. C’est en tout cas ce qu’a révélé le journal « El Mundo » dans l’édition de ce mardi. « Le président du PP profite d’un congrès aux Pays-Bas pour transmettre un message à Rabat que, s’il gouverne, il n’assumera pas les engagements non consensuels de Sanchez », sur le Sahara occidental.

Autrement dit, précise le journal espagnol, Alberto Nunez Figo « n’assume pas la lettre clandestin annoncée par Mohamed VI ». C’est-à-dire, le message informel dans lequel le chef du gouvernement espagnol a trahi la cause sahraoui au profit de l’occupant marocain. Mais depuis, beaucoup d’eau à couler sous les ponts, car Pedro Sanchez a eu le mérite de raviver le front international de soutien au référendum d’autodétermination du peuple sahraoui. « Le problème du Sahara ne peut pas être résolu avec une lettre clandestine. Il faut faire la lumière sur le problème du Sahara, les (…), la transparence et les accords internationaux. C’est exactement le contraire de ce qu’il (Sanchez, ndlr) a fait au Gouvernement… », dénonce le chef du PP auprès du PM marocain.

La même source ajoute que « le fait que le chef de l’opposition n’assume pas les engagements que Mohamed VI tenait pour acquis après avoir reçu la lettre de Sanchez pourrait avoir des conséquences futures tant dans les relations avec le Maroc qu’avec l’Algérie en pleine crise énergétique ».

Alberto Nunez Figo a ainsi décrit ce que serait sa politique avec le Maroc s’il était président du gouvernement : « Ce que je peux assurer au Premier ministre marocain, premièrement, c’est que je ne vais pas le tromper, et je ne vais pas non plus tromper mon pays. Tout ce que je vais essayer, c’est d’atteindre un consensus pour qu’il ait une vocation de permanence dans les relations entre le Maroc et l’Espagne, l’Espagne et le Maroc, qui ne sont pas les relations d’un gouvernement qui est là pour un temps, mais plutôt les relations entre deux États.

Troisièmement, lui dire très clairement qu’en matière des résolutions de l’ONU, nous pouvons nous mettre d’accord sur beaucoup de choses », cite le journal, précisant que le chef du PP affirme à son vis-à-vis qu’ « en dehors des résolutions de l’ONU, les pactes sont contreproductifs ».

Farid Guellil

Le Courrier d’Algérie, 02 juin 2022

#SaharaOccidental #Espagne #Maroc #PP #Feijoo #PedroSanchez