Maroc: Sécheresse et guerre en Ukraine sapent la croissance

Maroc, guerre en Ukraine, sécheresse, croissance, économie, flambée des prix,

Une sécheresse exceptionnelle, une mauvaise récolte et une flambée des prix alimentée par la guerre en Ukraine menacent de saper la croissance du Maroc, soulignant les faiblesses de son économie, malgré des atouts solides.

Après une récession en 2020 et un rebond de 2021, le pays d’Afrique du Nord tablait sur 3,2% de hausse du PIB cette année mais les « conditions extérieures soudaines et le changement climatique ont chamboulé cette prévision », a reconnu récemment le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

La prévision est abaissée de moitié: la croissance marocaine devrait osciller entre 1,5% et 1,7% en 2022, selon le gouvernement (+1,1% selon le FMI).

En dépit d’efforts pour développer un tissu industriel diversifié, notamment en attirant les géants de l’automobile, cette politique n’a pas « entraîné un changement de la structure économique », a déploré, dans un rapport, la commission sur le « Nouveau modèle de développement » (NMD), créée l’an passé par le roi Mohamed VI et qui fixe les objectifs socio-économiques à atteindre d’ici 2035.

– Economie fragile –

L’économie marocaine reste tributaire du secteur agricole (14% du PIB), lui-même dépendant d’une pluviométrie en chute de 42% cette année par rapport à la moyenne annuelle des 30 dernières années.

Selon le ministère de l’Agriculture, la production de céréales prévoit 32 millions de quintaux en 2022 au lieu de 80 millions escomptés, soit 69% de moins qu’en 2021.

Malgré une hausse des exportations de fruits et légumes, le PIB agricole devrait plonger de 14% en 2022. Conséquence: la croissance sera amputée d’1,7 point, selon le ministère.

Ce ralentissement aura « un impact direct sur l’emploi et la consommation qui vont baisser, surtout en milieu rural », avertit l’économiste Abderrahim Hendouf.

« Dépendre de l’agriculture qui emploie près de 35% de la population active rend notre économie fragile car liée aux conditions climatiques », souligne à l’AFP ce spécialiste du monde agricole.

Outre la sécheresse, l’impact de la guerre en Ukraine frappe ce pays de 36 millions d’habitants, faisant grimper le coût des importations de denrées alimentaires et des carburants à des niveaux records.

Cette escalade est aussi imputée à la spéculation locale et aux marges excessives des distributeurs pétroliers.

Résultat: en avril, pendant le ramadan, synonyme de dépenses accrues, les prix à la consommation ont augmenté 5,9% sur un an, entraînés par les produits alimentaires, selon le Haut-commissariat au plan.

« Une situation qui affecte le pouvoir d’achat des Marocains et risque d’alimenter la colère sociale », analyse Rachid Aourraz, chercheur à l’Institut marocain d’analyse des politiques (MIPA).

Toutefois, « les conséquences de cette crise devraient être moins dures que par le passé grâce à l’évolution positive d’autres secteurs comme les services et l’industrie », relativise M. Aourraz.

En outre, afin d’atténuer la sécheresse, le gouvernement Akhannouch a annoncé en février un plan d’aide aux agriculteurs d’un milliard d’euro.

– Inégalités sociales –

Depuis le début de l’année, l’exécutif a doublé les subventions sur le gaz et la farine, qui ont atteint près de trois milliards d’euros à la fin avril. Cette enveloppe englobe une aide directe de 200 millions d’euros aux transporteurs routiers après une grève début mars.

Akhannouch, homme d’affaires fortuné, s’est aussi engagé à poursuivre les investissements publics pour créer des emplois.

Mais avant-même cette crise à facettes multiples, le Maroc devait faire face à un ralentissement de sa croissance (+3,5% en moyenne annuelle pour la période 2010-2019 contre +4,8% pour la décennie précédente).

Et le pays reste en proie à de profondes disparités sociales et territoriales avec 20% des Marocains les plus riches concentrant plus de la moitié des revenus, selon des chiffres officiels.

Pour sortir de cette « impasse », le royaume escompte une croissance supérieure à 6% à l’horizon 2035 à travers notamment l’intégration du secteur informel dans le tissu économique et le développement d’industries locales.

Toutefois, cette ambition reste assujettie à un accroissement des investissements privés, encore faibles.

Selon le rapport pour le nouveau modèle de développement, elle est également subordonnée à une réforme de l’environnement économique, gangréné par « les postures oligopolistiques et les pratiques anti-concurrentielles ».

« C’est suffisant pour détruire la croissance de n’importe quelle économie », opine le patron Karim Tazi, un des rédacteurs du rapport, citant l’exemple « du secteur bancaire dominé par trois grands opérateurs ».

La Libre Afrique, 01 juin 2022

#Maroc #Ukraine #Sécheresse #Economie #Croissance