La Guerre en Ukraine vue par les Think tanks (I)

Ukraine, Russie, guerre, think tanks, analyse, Europe, OTAN, Etats-Unis,

Premiers enseignements nucléaires de la guerre en Ukraine (IFRI, France)

-L’invasion de l’Ukraine par la Russie s’est accompagnée de multiples signaux nucléaires envoyés par Moscou. Face à cette rhétorique offensive, les puissances nucléaires occidentales, dont la France, ont refusé une escalade dans ce domaine en produisant un signalement mesuré.

-La doctrine nucléaire russe a évolué depuis la fin de la guerre froide et des conditions plus restrictives de l’emploi de l’arme ont été adoptées. Cependant, une certaine ambiguïté est maintenue et l’hypothèse de l’emploi d’une arme nucléaire non stratégique sur le champ de bataille ne doit pas être exclue.

-Les conséquences de cette guerre sur les équilibres nucléaires mondiaux seront durables, notamment sur les traités de limitation des armements entre Russie et États-Unis.

-La dissuasion élargie américaine en Europe de l’Est risque aussi d’être questionnée par des pays convaincus que seule la possession d’une arme nucléaire peut dissuader une autre puissance dotée, un narratif qui pourrait fragiliser le régime de non-prolifération.

Une chronologie des allusions nucléaires de Moscou dans la guerre contre l’Ukraine (Fondation Science et Technologie Politique – Institut allemand pour la Politique internationale et Sécurité)


Analyse

Le soir du 23 février 2022, les forces russes ont attaqué l’Ukraine avec l’objectif de s’emparer de la capitale en quelques jours. Quelques heures plus tard, Vladimir Poutine a annoncé le lancement d’une « opération militaire spéciale ». Dans son discours, le président russe a mis en garde ceux qui pourraient être tentés de « faire obstacle » à la Russie. Ils devraient s’attendre à des « conséquences sans précédent » – une déclaration que beaucoup ont interprétée comme une allusion au potentiel d’armes nucléaires de la Russie. Le sabre nucléaire avait déjà commencé quelques jours avant l’invasion de l’Ukraine et des allusions nucléaires similaires se sont multipliées dans les semaines qui ont suivi. Elles ont été accompagnées de commentaires occidentaux, de condamnations et de quelques contre-réactions, peu nombreuses en comparaison. Mais surtout, les allusions de Moscou ont déclenché un débat public dans plusieurs pays occidentaux sur la manière dont elles devaient être interprétées et sur les réponses qu’elles appelaient.

Ce document de travail rassemble et analyse les allusions nucléaires des décideurs russes et les réactions de l’Occident de la mi-février à la fin avril 2022. Fin avril au plus tard, la guerre a pris une nouvelle dimension politique et militaire. Le plan initial du Kremlin visant à conquérir rapidement Kyiv a échoué et les efforts de guerre de la Russie se sont désormais concentrés sur l’est de l’Ukraine. Dans ce document, nous proposons tout d’abord notre propre analyse des déclarations nucléaires russes et des réactions occidentales lors de la première phase de la guerre : Quel était l’objectif des déclarations du Kremlin ? Comment ont-elles été mises en œuvre ? Et comment peut-on interpréter ces réactions ? Dans un deuxième temps, nous énumérons les principaux développements et les représentons graphiquement. Dans la dernière partie, nous essayons de résumer toutes les déclarations pertinentes dans un récit, de les relier entre elles et de faire référence à la source originale si elle est disponible. Ce document n’a toutefois pas la prétention d’être exhaustif.

Que cherche à faire la Russie avec ses allusions nucléaires ?

Liviu Horovitz et Lydia Wachs soulignent trois objectifs dans un récent SWP-Aktuell.1 Premièrement, Poutine semble vouloir empêcher une intervention militaire directe de l’Occident. Les décideurs et décideuses occidentaux ont refusé à plusieurs reprises une intervention directe dans la guerre. Pourtant, du point de vue de Moscou, les conséquences d’une intervention occidentale seraient si importantes qu’elles justifieraient la réitération des lignes rouges. Il ressort des déclarations de presque tous les décideurs occidentaux que la Russie parvient en effet à dissuader une telle intervention – le risque d’une éventuelle escalade nucléaire est cité comme la principale raison pour laquelle l’OTAN n’interviendra pas directement. Le deuxième objectif est une dissuasion générale des mesures de soutien à l’Ukraine – plus on peut en dissuader, mieux c’est. Moscou formule ses menaces de manière vague afin de donner l’impression que les livraisons d’armes à Kyiv ou les sanctions économiques contre Moscou pourraient également franchir les lignes rouges nucléaires à partir d’un certain point. Compte tenu de l’impasse nucléaire dans laquelle se trouvent l’Occident et la Russie depuis des décennies, de telles menaces sont peu crédibles. Mais comme les risques et les incertitudes de la dissuasion nucléaire ne peuvent pas être totalement éliminés, les acteurs averses au risque sont particulièrement vulnérables à cette stratégie – un exercice d’équilibriste des élites occidentales dont les dirigeants russes se servent habilement.

Troisièmement, Moscou tente d’effrayer l’opinion publique occidentale. En raison de l’immense pouvoir de destruction des armes nucléaires et du tabou nucléaire, ces armes suscitent une grande émotion. suscitent des émotions très fortes chez la plupart des gens. Moscou semble croire que qu’une population effrayée remettra en question les mesures de soutien de ses gouvernements à l’Ukraine. Le fait que l’opinion publique soit particulièrement importante dans les démocraties libérales profite à la Russie dans ce type d’influence. L’attention des médias et les craintes évidentes de la population suggèrent que la stratégie de Moscou fonctionne, du moins dans une certaine mesure.

Comment Moscou tente-t-elle d’atteindre ces objectifs ?

Avec une vingtaine de déclarations et d’actions entre la mi-février et la fin avril 2022, les dirigeants russes ont voulu suggérer, que l’utilisation d’armes nucléaires dans le contexte de la guerre contre l’Ukraine n’est pas exclue. D’un point de vue temporel, de telles déclarations se multiplient surtout lorsque des décisions occidentales sont sur le point d’être prises. Les rares déclarations qui sont plus explicites visent à visent à dissuader une intervention étrangère en Ukraine. La plupart des déclarations sont Les décideurs russes évoquent la possibilité d’une guerre nucléaire, mais n’expliquent pas qui aurait recours à de telles frappes. pourraient être utilisées et pourquoi. De plus, de nombreuses déclarations russes font référence à des mesures qui sont en fait routinières ou qui ont été annoncées et attendues auparavant. Fin avril, le test de par exemple, l’essai d’un missile intercontinental Sarmat à capacité nucléaire, prévu depuis un certain temps, s’est accompagné de la déclaration menaçante de Poutine selon laquelle cette arme « pourrait frapper tous ceux, qui tenteraient de menacer [la Russie] … les obligerait à réfléchir à nouveau ».

Un modèle récurrent de la stratégie de communication russe est la rhétorique

Des pointes suivies rapidement d’un affaiblissement de la rhétorique. On parvient ainsi à, d’une part, que le récit sur les armes nucléaires ne s’intensifie pas et, d’autre part, que des allusions similaires soient à nouveau perçues comme inquiétantes à une date ultérieure. Le président Poutine fait presque toujours preuve d’escalade, tandis que le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est généralement celui qui relativise les déclarations. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov est l’un de ceux qui s’expriment de plus en plus souvent de manière rassurante et précisent, que la doctrine nucléaire défensive de la Russie reste valable. Même au sein d’un même discours même discours, les décideurs russes font souvent des déclarations à la fois menaçantes et des allusions de désescalade. A titre d’illustration, Lavrov a déclaré fin avril que les risques d’une guerre nucléaire étaient « très importants », « sérieux » et « réels », tout en soulignant qu’il ne voulait pas les « exagérer ». ne voulait pas « augmenter artificiellement » ces risques – la position de la Russie étant qu’une guerre nucléaire est est inadmissible.

L’absence de menaces explicites mérite d’être mentionnée

L’expérience de la guerre de la guerre froide suggèrent que même des menaces peu crédibles susciteraient des mesures de préparation politique et technique de la part des gouvernements occidentaux. Moscou veut manifestement éviter cela. De plus, la Russie ne semble pas non plus vouloir ne prend aucune mesure militaire préparatoire pertinente pour une éventuelle intervention nucléaire. Les déclarations de Poutine après l’annonce de l’invasion en sont l’illustration. a certes déclaré qu’une obstruction de la Russie aurait des « conséquences sans précédent ». mais n’a ensuite mentionné les armes nucléaires que dans un contexte défensif. La Russie est « l’une des plus puissantes puissances nucléaires du monde ». une attaque directe conduirait à une défaite – une déclaration qui peut être conciliée avec la politique déclaratoire de toute puissance nucléaire.

Comment l’Occident réagit-il ?

Premièrement, les représentants occidentaux communiquent en permanence sur ce qui a effectivement été dissuadé. Il est possible qu’ils veuillent ainsi éviter tout malentendu avec la Russie. En outre, cette approche permet d’éviter toute pression politique interne pour entreprendre quelque chose qui a été découragé par les armes nucléaires de la Russie. Le président américain Joe Biden, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg et de nombreux décideurs européens répètent ainsi que l’OTAN n’interviendra pas avec des troupes en Ukraine et ne souhaite pas de confrontation directe avec les troupes russes, principalement parce qu’une telle action comporte des risques nucléaires. Accompagnés de telles déclarations, les pays de l’OTAN ont par exemple décidé début mars de s’opposer à l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne en Ukraine – une mesure qui semblait au départ bénéficier d’un certain soutien public dans les pays occidentaux et qui aurait des « conséquences catastrophiques » selon Poutine.

Deuxièmement, les hommes et femmes politiques occidentaux tentent de saper la stratégie de la Russie. Biden a par exemple déclaré à plusieurs reprises que les citoyens américains ne devaient pas craindre une attaque nucléaire de la Russie. A Washington, Londres et Paris, on ne cesse de répéter publiquement qu’il n’y a aucun signe que la Russie se prépare à une attaque avec des armes nucléaires. Mais surtout, les gouvernements occidentaux indiquent clairement que les menaces de Moscou n’ont pas d’effet dissuasif en ce qui concerne les sanctions contre la Russie ou les livraisons militaires à l’Ukraine – et agissent en conséquence, ce qui joue un rôle bien plus important.

Troisièmement, les gouvernements occidentaux, en particulier les Etats-Unis, tentent de ne pas laisser la situation s’envenimer. Si Washington répondait aux insinuations de Moscou par un récit similaire, les deux puissances nucléaires pourraient rapidement se retrouver dans une situation difficilement contrôlable. Au lieu de cela, les Etats-Unis ont par exemple d’abord reporté un test de missile Minuteman III, qui a ensuite été complètement annulé. Washington a également souligné à plusieurs reprises qu’il ne voyait aucune raison de repositionner ses forces nucléaires. En outre, l’Occident a visiblement tenté de faire comprendre à Moscou qu’il n’avait pas l’intention de créer une menace existentielle pour l’Etat russe – le seuil d’une escalade nucléaire dans la doctrine russe. Les représentants des Etats membres de l’OTAN ont ainsi souligné à plusieurs reprises qu’ils ne se trouvaient pas dans une confrontation directe avec la Russie. Même lorsque le président américain Biden a déclaré fin mars que Poutine « ne pouvait pas rester au pouvoir », les représentants de son gouvernement ont immédiatement précisé que les Etats-Unis ne pratiquaient pas de politique de changement de régime en Russie.

En fin de compte, l’administration américaine exprime ses propres lignes rouges. Bien que de telles déclarations soient principalement faites à huis clos afin d’éviter une escalade, Washington est plus crédible, tant vis-à-vis de la Russie que de ses alliés, lorsqu’il les rend publiques, du moins après coup. On a par exemple appris à la mi-mars que le gouvernement américain avait mis en garde la Russie contre l’utilisation d’armes nucléaires tactiques vers le 28 ou le 1er mars, c’est-à-dire juste après que Poutine ait ordonné l’état d’alerte élevé des forces nucléaires russes. Le 23 mars, un collaborateur du Conseil national de sécurité américain a en outre déclaré à la presse que l’utilisation d’une arme nucléaire tactique en Ukraine redistribuerait les cartes en vue d’une participation directe des Etats-Unis à la guerre. Enfin, avant et après le déclenchement de la guerre en Ukraine, Washington a clairement indiqué à Moscou que toute utilisation d’armes nucléaires serait considérée comme stratégique par le gouvernement américain.

LA TEMPÊTE À VENIR (Center for Strategic and International Studies)

Le point de vue de l’Ukraine sur l’escalade dans la guerre moderne

Benjamin Jensen et Adrian Bogart

À L’AVENIR…

  • Il y aura d’autres crises comme celle de l’Ukraine qui attireront les grandes puissances, feront naître des risques d’escalade fondés sur la peur et l’incertitude et mettront à l’épreuve la viabilité de la dissuasion intégrée.
  • Plus un conflit comme celui de l’Ukraine durera, moins il sera susceptible de se limiter à un seul État.
  • La communauté de la sécurité nationale devra mettre au point des outils et des techniques pour évaluer la concurrence, les tendances à l’escalade et les attitudes à risque des dirigeants étrangers, en combinant d’anciens concepts issus de la psychologie politique et les nouvelles capacités offertes par la science des données et le traitement du langage naturel.

D’après trois simulations de crise organisées fin mars 2022 avec des membres de groupes de réflexion, des planificateurs militaires et des membres du Congrès, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) aura probablement du mal à faire face à des vecteurs d’escalade presque certains de pousser la guerre actuelle en Ukraine au-delà des frontières du pays. Ce document présente les principales conclusions de ces simulations basées sur deux événements déclencheurs : (1) une frappe chirurgicale russe sur un centre logistique de l’OTAN utilisé pour fournir des armes à l’Ukraine dans le sud-est de la Pologne, et (2) l’utilisation par la Russie d’armes chimiques le long de la frontière polonaise alors qu’elle se mobilise simultanément pour menacer les pays baltes. Alors que le conflit franchissait un seuil clé et risquait de se transformer en guerre régionale, la plupart des participants ont constaté une tendance naturelle à l’escalade dans chaque scénario, malgré des attentes limitées quant à l’obtention d’une position d’avantage concurrentiel. L’analyse de la manière dont les individus et les équipes ont abordé la prise de décision permet de repenser les modèles d’escalade au XXIe siècle et de tirer parti des nouveaux concepts et capacités pour mieux soutenir la signalisation en cas de crise.

La guerre de la Russie en Ukraine : les objectifs et les hypothèses du Kremlin (International Centre for Defence and Security)

Ce dossier aborde les objectifs de guerre de la Russie. Ceux-ci ne se limitent pas à la destruction de l’État ukrainien, ni même de la nation ukrainienne, de sa culture et de sa langue, mais incluent la modification de l’architecture de sécurité de l’Europe en sapant l’OTAN et l’UE. Il évalue également dans quelle mesure les hypothèses de la Russie étaient justes et fausses, comme le prouve le cours des événements après le 24 février 2022. Il conclut que le régime de Vladimir Poutine a tendance à faire des erreurs de calcul et semble avoir un appétit pour les aventures futures.

-L’ambition de la Russie ne se limite en aucun cas à l’anéantissement de l’Ukraine.
-L’objectif à long terme de la Russie – la destruction de l’Ukraine – ne changera pas tant que Poutine restera au pouvoir.
L’objectif indéniable de Poutine est un Occident incapable de se mobiliser de manière solidaire pour défendre l’Ukraine et, en fin de compte, lui-même.
-La Russie s’est montrée efficace pour exploiter les opportunités, mais incapable de tirer les leçons du passé.

La guerre Russie-Ukraine à trois mois (Brookings)
L’auteur examine les différents développements et note que l’issue souhaitée de cette guerre serait que les Ukrainiens forcent la Russie à se retirer ou, au minimum, que Moscou accepte un règlement négocié dans des conditions acceptables pour Kiev. Faire en sorte que l’agression russe échoue et que l’Ukraine obtienne l’un de ces résultats devrait être l’un des principaux objectifs de l’Occident.

(Suivra)

#Ukraine #Russie #Europe #OTAN #Guerre #EtatsUnis