Les touristes arrivent en Tunisie après 2 ans de covid

Tunisie, tourisme, covid,

Alors que de plus en plus de visiteurs internationaux reviennent, la Tunisie, un pays avec « l’Afrique dans sa forme la plus méditerranéenne et l’Arabie dans sa forme la plus cosmopolite », devient plus bruyante qu’au cours des deux années précédentes de verrouillage du COVID-19.

TUNIS, 28 mai (Xinhua) — Lunettes de soleil sur la tête, la touriste française Bernadette Burlet est assise sur un banc et profite de la vue sur la mer Méditerranée à Sidi Bou Saïd, une ville côtière bien connue pour son utilisation intensive du bleu et du blanc dans le nord du pays. Tunisie.

Il s’agit de son premier voyage à l’étranger après le début de la pandémie de COVID-19 au début de 2020.

« Il est naturel de se sentir anxieux pendant la pandémie. Après tout le stress, j’ai décidé de voyager en Tunisie, un beau pays non loin de la France », a déclaré Burlet à Xinhua.

Jeff Morel est venu en Tunisie pour une semaine de vacances en famille. Le père de deux enfants a déclaré qu’il était tombé amoureux du pays d’Afrique du Nord lors de sa première visite en 2012.

« Venir en Tunisie signifie trouver de beaux paysages, des plages fabuleuses, une cuisine délicieuse et des coutumes et traditions intéressantes », a déclaré Morel.

Avec plus de touristes en visite, Sidi Bou Saïd, parmi les autres destinations touristiques tunisiennes, devient plus bruyante qu’au cours des deux années précédentes.

« Assise sur le renflement le plus septentrional de l’Afrique du Nord et s’avançant vers l’Europe, la Tunisie est l’Afrique dans sa forme la plus méditerranéenne et l’Arabie dans sa forme la plus cosmopolite », a commenté l’écrivain américain Gerald Zarr à propos du pays, qui est une destination attrayante pour les touristes depuis le début de les années 1960.

L’industrie touristique tunisienne a attiré environ 7,1 millions de visiteurs par an au cours des cinq années précédant le déclenchement de la pandémie de COVID-19. Selon la société de traitement de données Knoema, les voyages et le tourisme ont contribué à hauteur de 16,1 % au produit intérieur brut (PIB) du pays en 2019.

La pandémie de COVID-19 a porté un coup sévère au secteur du tourisme, dont les revenus en 2020 ont chuté de 65 % pour atteindre environ 746 millions de dollars américains par rapport à ceux de 2019.

Lorsque la crise de santé publique s’est atténuée, le gouvernement tunisien a commencé à assouplir les restrictions de voyage et à lancer davantage de campagnes pour promouvoir le tourisme.

Au 20 avril, plus d’un million de touristes étrangers ont visité le pays cette année, marquant une augmentation de 128% par rapport à la même période en 2021, a rapporté le ministère tunisien du Tourisme au début du mois.

Entre-temps, tirée par la croissance des secteurs du tourisme et de l’agriculture, l’économie tunisienne a progressé de 2,4 % au premier trimestre de cette année.

Alors que les performances du secteur du tourisme ces derniers mois ont alimenté les espoirs d’une reprise plus rapide, il reste incertain si le tourisme reviendra aux niveaux d’avant la pandémie dans le pays, qui a été pris dans une crise politique prolongée.

Le musée national tunisien du Bardo, qui possède l’une des plus grandes collections de mosaïques au monde, est fermé depuis près d’un an pour des raisons de sécurité, car il se trouve dans le même complexe que le Parlement tunisien, qui a été suspendu par le président Kais Saied en juillet. 25, 2021.

Mohamed Dhafer, qui vend de l’artisanat à Sidi Bou Saïd depuis 2006, s’est plaint que son entreprise n’était pas aussi bonne qu’elle l’était avant la pandémie, comme tant d’autres Tunisiens dans l’industrie du tourisme.

« De nombreux propriétaires doivent fermer leurs magasins en raison du manque de touristes. J’espère que cette saison n’est pas aussi mauvaise que la précédente », a-t-il déclaré.

par Xu Supei, Ayten Laamar

Xinhua

#Tunisie #Tourisme #Covid19