Guerre en Ukraine: hausse des prix et faim en Afrique

Ukraine, guerre, Afrique, faim, hausse des prix, produits alimentaires,

MOGADISCIO, Somalie (AP) – Il en coûte désormais deux fois plus cher à Ayan Hassan Abdirahman qu’il y a quelques mois pour acheter la farine de blé qu’elle utilise pour préparer le petit-déjeuner quotidien de ses 11 enfants dans la capitale somalienne.

Presque tout le blé vendu en Somalie provient d’Ukraine et de Russie, qui ont interrompu leurs exportations via la mer Noire depuis que Moscou a fait la guerre à son voisin le 24 février. Le moment ne pourrait pas être pire : l’ONU a averti qu’environ 13 millions de personnes étaient confrontés à une famine sévère dans la région de la Corne de l’Afrique en raison d’une sécheresse persistante.

Abdirahman a essayé de se débrouiller en remplaçant le sorgho, une autre céréale plus facilement disponible, dans son pain plat. L’inflation, cependant, signifie que le prix de l’huile de cuisson dont elle a encore besoin pour la préparer a également grimpé en flèche – un pot qui coûtait autrefois 16 dollars se vend maintenant 45 dollars sur les marchés de Mogadiscio.

« Le coût de la vie est élevé de nos jours, ce qui rend difficile pour les familles même d’acheter de la farine et de l’huile », dit-elle.

Haji Abdi Dhiblawe, un homme d’affaires qui importe de la farine de blé en Somalie, craint que la situation ne fasse qu’empirer : il y a aussi une pénurie imminente de conteneurs d’expédition pour acheminer des vivres d’ailleurs en ce moment.

« Les Somaliens n’ont pas d’endroit pour cultiver du blé, et nous ne savons même pas comment le cultiver », dit-il. « Notre principale préoccupation est maintenant de savoir ce que l’avenir nous réserve alors que nous sommes actuellement à court de fournitures. »

18 millions de personnes supplémentaires sont confrontées à une famine sévère dans le Sahel, la partie de l’Afrique juste en dessous du désert du Sahara où les agriculteurs subissent leur pire production agricole depuis plus d’une décennie. Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies affirme que les pénuries alimentaires pourraient s’aggraver lorsque la période de soudure arrivera à la fin de l’été.

« La faim aiguë atteint des niveaux sans précédent et la situation mondiale ne fait qu’empirer. Le conflit, la crise climatique, le COVID-19 et la flambée des prix de la nourriture et du carburant ont créé une tempête parfaite – et maintenant nous avons la guerre en Ukraine qui empile la catastrophe sur la catastrophe », a averti le directeur exécutif du PAM, David Beasley, plus tôt ce mois-ci.

Même le coût des aliments thérapeutiques pour les enfants souffrant de malnutrition pourrait augmenter de 16 % au cours des six prochains mois en raison de la guerre en Ukraine et des perturbations liées à la pandémie, selon l’UNICEF.

Les pays africains ont importé 44% de leur blé de Russie et d’Ukraine entre 2018 et 2020, selon les chiffres de l’ONU. La Banque africaine de développement fait déjà état d’une augmentation de 45 % des prix du blé sur le continent, ce qui rend tout, du couscous en Mauritanie aux beignets frits vendus au Congo, plus chers pour les clients.

« L’Afrique n’a aucun contrôle sur les chaînes de production ou de logistique et est totalement à la merci de la situation », a déclaré le président sénégalais Macky Sall, président de l’Union africaine, qui a déclaré qu’il se rendrait en Russie et en Ukraine pour discuter des problèmes de prix.

Le président russe Vladimir Poutine a pressé l’Occident la semaine dernière de lever les sanctions contre Moscou pour la guerre en Ukraine, cherchant à rejeter la responsabilité de la Russie sur l’Occident pour une crise alimentaire mondiale croissante qui a été aggravée par l’incapacité de l’Ukraine à expédier des millions de tonnes de céréales. et d’autres produits agricoles lorsqu’ils sont attaqués.

Poutine a déclaré au Premier ministre italien Mario Draghi que Moscou « est prêt à apporter une contribution significative pour surmonter la crise alimentaire grâce à l’exportation de céréales et d’engrais à condition que les restrictions politiquement motivées imposées par l’Occident soient levées », selon le Kremlin.

Les responsables occidentaux ont rejeté les affirmations russes. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a noté que la nourriture, les engrais et les semences sont exemptés des sanctions imposées par les États-Unis et bien d’autres à la Russie.

Pendant ce temps, l’Ukraine a accusé la Russie de piller à la fois les céréales et le matériel agricole des territoires détenus par ses forces. Un responsable installé par la Russie dans le sud de l’Ukraine a confirmé que les céréales de la récolte de l’année dernière étaient envoyées à des acheteurs en Russie, selon un rapport publié lundi par l’agence de presse d’État russe Tass.

Ce grain, cependant, n’est pas acheminé vers l’Afrique. Au Cameroun, le boulanger Sylvester Ako dit avoir vu sa clientèle quotidienne passer de 300 clients par jour à seulement 100 depuis que le prix du pain a bondi de 40% à cause du manque d’importations de blé.

Il a déjà licencié trois de ses sept employés et craint de devoir fermer complètement son entreprise de Yaoundé à moins que quelque chose ne change.

« Le prix d’un sac de blé de 50 kilogrammes (110 livres) se vend maintenant à 60 dollars – contre environ 30 dollars – et l’approvisionnement n’est pas régulier », a déclaré Ako.

Parallèlement au déficit des importations de blé, la Banque africaine de développement met également en garde contre une baisse potentielle de 20 % de la production alimentaire sur le continent car les agriculteurs doivent payer 300 % de plus pour leurs engrais importés.

L’organisation dit qu’elle prévoit de résoudre les problèmes grâce à un plan de 1,5 milliard de dollars qui fournira aux agriculteurs africains des semences certifiées, des engrais et d’autres formes d’aide. Réduire la dépendance aux importations étrangères fait partie de la stratégie, mais ces transitions économiques prendront probablement des années, et non des mois.

Le président sénégalais affirme que les appétits peuvent pivoter plus rapidement. Il encourage les Africains à consommer des céréales locales qui étaient autrefois la base de leur alimentation.

« Nous devons également changer nos habitudes alimentaires », a déclaré Sall. « Nous avons abandonné le mil et avons commencé à importer du riz d’Asie. Maintenant, nous ne savons que manger du riz et nous n’en produisons pas assez. Nous ne savons que manger du pain. Nous ne produisons pas de blé.

Associated Press, 30 mai 2022