Maroc. Affaires consulaires à Nice : Grosse cohue

Maroc, affaires consulaires, Nice, Marseille,

Afflux, bousculade, intervention policière… On vous résume ce qu’il s’est passé devant la permanence du consulat du Maroc à Nice
Bousculade et tensions, samedi, à L’Ariane. Le consulat du Maroc s’était déplacé de Marseille, comme une fois par an, à la rencontre de ses ressortissants qui réclament une présence plus régulière.

Grosse cohue dès la matinée
« On est au bord de l’implosion. Il y a des femmes, des enfants, des personnes âgées… Ça se bouscule, il fait chaud. Tout le monde s’énerve… »

Gosse cohue, racontée samedi matin, par une Marocaine de Nice qui faisait la queue, comme des centaines d’autres personnes, devant le centre AnimaNice Django-Reinhardt du quartier de L’Ariane, où le consulat du Maroc basé à Marseille s’était déplacé, comme une fois par an, à la rencontre de ses ressortissants.

Plus de 1.000 pesonnes présentes?
Plus de 600 convocations avaient été délivrées aux Franco-Marocains et aux Marocains des Alpes-Maritimes pour venir récupérer un passeport, une pièce d’identité et notamment la carte nationale, sésame pour entrer au Maroc.

Selon nos informations, ils seraient plus de 1.000 à s’être présentés.

Intervention de la police

Accueil saturé, dépassé, énervement. Face à l’afflux, la police a dû intervenir. L’adjointe au maire, en charge du territoire, Fatima Khaldi, s’est rendue sur place.

Tout est rentré dans l’ordre.

Mais la situation est récurrente: « Certaines années, il y a même eu des bagarres », témoigne un Marocain.

Pas de consulat à Nice, un problème récurrent

Pourquoi n’y a-t-il pas de consulat du Maroc à Nice? Les Tunisiens – la communauté issue du Maghreb majoritaire à Nice – en ont un. L’Algérie aussi. Mais les Marocains, non. Ils sont pourtant extrêmement nombreux, plus que les Algériens. Il n’y a pas de chiffres officiels mais les Franco-Marocains seraient entre 6.000 et 10.000 dans le département des Alpes-Maritimes et l’est du Var.

Pour toute démarche, ils doivent se rendre à Marseille, seul consulat de la région Paca (il y en seize au total en France).

Une demande vieille de dix ans

Si Marseille mène « des opérations exceptionnelles » en se déplaçant à Nice, cela ne suffit pas, battent en brèche des Francos-Marocains favorables à l’installation d’une antenne ici.

Mohamed Ouazzani, installé en centre-ville, milite depuis des années. Il a fait des pétitions, sensibilisé. Sans résultat. Pourtant, défend-il, « c’est notre droit, c’est dans la constitution marocaine. Il faudrait au moins qu’on ait une permanence tous les mois ou tous les 15 jours à Nice. Nous ne sommes pas des sous-citoyens. Mon fils attend un acte de naissance depuis plus de 6 mois alors qu’en France on obtient ça en deux jours… »

Une page Facebook « Pour un consulat Nice » créée en 2012 compte près de 22.000 d’abonnés.

« Le besoin est réel », martèle Mohamed Ouazzani.

« C’est une question qui appartient aux autorités marocaines », répond, sans développer, le consul général du Maroc à Marseille que nous avons sollicité.

Laure Bruyas

Nice Matin, 29 mai 2022

#Maroc #Consulats #Nice