Maroc: Le transfert de Shuvaev de Rabat en Algérie inquiète

Russie, Algérie, Maroc, Valerian Shuvaev, Igor Beliaev,

De grandes spéculations ont accompagné la sélection de l’ambassadeur de Russie au Maroc, Valerian Shuvaev, comme ambassadeur extraordinaire de Russie en Algérie, après qu’il ait mis fin à ses fonctions d’ambassadeur au Maroc. A quoi ressemble cette décision du point de vue de l’un des doyens de la diplomatie en Algérie, représenté par l’ancien sous-secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine, Noureddine Djoudi ?

L’ancien responsable du ministère des Affaires étrangères estime que la décision du président russe Vladimir Poutine de nommer son ancien ambassadeur au Royaume du Maroc, Valerian Shuvaev, comme nouvel ambassadeur en Algérie, est dans l’intérêt d’une coopération étroite entre l’Algérie et Moscou.
Contrairement aux lectures que la « propagande » du régime makhzen tentait de faire passer auprès de l’opinion publique de son pays, que cette nomination sert la thèse du voisin occidental au Sahara Occidental, le Doyen des Diplomates estime que cette nomination « a beaucoup agacé le régime marocain et ses amis en Europe, parce que l’ambassadeur nommé en Algérie a une longue et grande expérience, et a été soumis à un état de pression au Maroc à cause de l’opération militaire russe en Ukraine ».

La longue expérience de l’ambassadeur de Russie chez le voisin occidental, selon le diplomate Noureddine Djoudi, lui a permis de « cristalliser une vision riche de la société marocaine et des rouages ​​de la gestion des affaires de l’État là-bas, s’il s’agit du régime du Makhzen, ou du roi Mohammed VI et ses environs, et tous ces faits augmentent le niveau de peur du Maroc et de ses amis à propos de cette nomination ».

Le diplomate algérien, Noureddine Djoudi, a expliqué dans un entretien téléphonique avec Echorouk, que parmi les craintes du Royaume du Maroc et de ses amis suite au transfert de l’ambassadeur de Russie au Maroc pour travailler en Algérie figure la possibilité que cet ambassadeur apporte le précieux informations qu’il a recueillies lors de son travail chez le voisin occidental, aux autorités algériennes dans le cadre de la coopération bilatérale, en raison des relations distinguées entre l’Algérie et Moscou.

« Je ne connais pas le véritable objectif de la décision du président Poutine de transférer en Algérie l’ambassadeur de son pays qui travaillait au Maroc, mais ce que je sais, c’est que Poutine fait beaucoup confiance à l’Algérie et à ses positions et au respect par l’Algérie des accords bilatéraux et de ses relations. avec l’axe de non-alignement. Par conséquent, il nous vend des armes qu’il ne vend pas à d’autres pays, y compris certains pays non alignés », a ajouté Djoudi.

Cependant, cela « n’empêche pas le régime marocain d’avoir peur de cette démarche, même si son appareil de propagande a fait fuiter de fausses nouvelles en essayant d’y faire croire à l’opinion publique que le transfert de l’ambassadeur de Russie en Algérie, Igor Belyaev, sert les intérêts marocains ».

Le diplomate algérien justifie sa lecture de cette situation par la nature des relations distinguées algéro-russes, qui sont « anciennes, datant de la période de la guerre de libération et au-delà, c’est-à-dire de l’ère de l’Union soviétique, mais cette ne signifie pas que l’Algérie abandonnera sa position historique, qui est connue pour son appartenance à l’organisation des non-alignés et ne rejoignant aucun camp. », qui est la tendance établie par l’État algérien depuis la période pré-indépendance, ou comme le Feu le président Houari Boumediene, que Dieu lui fasse miséricorde, disait : « Quand l’Union soviétique et les États-Unis d’Amérique sont forts, on vit dans le calme, si l’un des deux tombe, la situation se complique ».

Concernant ce qui est diffusé chez le voisin occidental par son appareil de propagande, Djoudi a déclaré : « Nous sommes dans une guerre de l’information, et le Maroc est connu pour sa rhétorique basée sur des rumeurs et de fausses informations, et tout ce qu’il fait est basé sur une tentative nuire à l’Algérie. Ces questions sont connues dès la période d’occupation. Ils essaient à chaque fois de convaincre les autres de mensonges, mais ils échouent ».

Mohamed Moslem

Echouroukonline, 29 mai 20221

LIRE AUSSI : Poutine nomme son ex ambassadeur au Maroc à Alger

#Maroc #Algérie #Valerian_Shuvaev #Russie