Sahara Occidental: La crise ukrainienne a faussé les calculs du Maroc

Sahara Occidental, Maroc, Martin Jay, The Strategic Culture Foundation, Ukraine, UJSARIO,

La crise de l’Ukraine a faussé les calculs du Maroc concernant la question du Sahara occidental, notamment suite à l’intérêt grandissant de l’Occident qui a focalisé toute son attention sur l’Ukraine, relève le journaliste britannique Martin Jay dans une contribution au Think Thank « The Strategic Culture Foundation », estimant dans ce sens, que les Etats-Unis ne peuvent rien faire pour aider le Maroc dans sa quête à rallier le maximum de soutien à sa thèse de colonisation.

Le conflit en Ukraine « a fait ressurgir la question de la ‘non colonisation’ qui somnolait aux Nations unies », écrit le journaliste, soulignant que « plus l’Occident verse de l’argent à l’Ukraine (…) plus l’ONU et ses Etats membres soutiennent cette tendance, ce qui représente le pire revers que le Maroc puisse imaginer sur le sujet du Sahara occidental ». L’auteur de l’article considère, en outre, que « ni le président américain Joe Biden, ni son secrétaire d’Etat, Anthony Blinken, ne peuvent faire quoi que ce soit pour apporter leurs soutiens au Maroc, qui espère le retour de l’ancien président américain, Donald Trump, aux affaires en 2024 ». « La pire chose possible pour Rabat, qui espérait exploiter la décision de Trump (qui a exprimé son soutien à la proposition marocaine concernant l’octroi d’une pseudo autonomie au Sahara Occidental contre la normalisation avec l’entité sioniste), s’est produite », affirme le journaliste, considérant qu’un éventuel retour de Trump constitue le « plus grand souhait » du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et du Palais royal.

L’actuel locataire de la Maison Blanche « s’est toujours opposé à la décision de Trump » concernant le Sahara Occidental, « mais se trouve limité pour remédier à cette situation », affirme encore Martin Jay, qui estime que les opinions politiques de Biden « sont en contradiction avec l’idée qu’un pays colonise un autre » et s’aligne, de ce fait, sur les résolutions des Nations unies qui prévoient une solution démocratique prévoyant un référendum d’autodétermination du peuple Sahraoui.

Le journaliste Martin Jay est correspondant pour The Daily Mail (Royaume-Uni) qui a travaillé pour plusieurs médias internationaux sur les questions du Moyen-Orient, de l’Afrique et de l’Europe.

———————————————————

Les délégations étrangères s’engagent à transmettre le message du peuple sahraoui
Les participants à la conférence internationale de solidarité avec la jeunesse sahraouie, représentant des organisations étrangères, se sont engagés dimanche à Boudjedour (camp des réfugiés sahraouis), à transmettre le message du peuple sahraoui et à faire connaître ses souffrances dans les fora internationaux. Cette conférence, organisée en marge du 10ème congrès de l’UJSARIO et à laquelle ont pris part près de 150 participants étrangers, a été mise à profit par les délégations pour dénoncer et condamner les « violations flagrantes » perpétrées dans les territoires occupés contre les citoyens sahraouis sans défense par les forces coloniales marocaines.

Approché par l’APS en marge de la conférence, Salah Thouabta, représentant de la délégation palestinienne, a exprimé, au nom du groupe de la bande de Ghaza, sa solidarité « inconditionnelle et absolue » avec le peuple sahraoui et sa lutte pour la liberté et l’indépendance. Il a affirmé être « solidaire avec les militants sahraouis dans les territoires occupés par le Maroc qui sont exposés à différentes exactions, violations et arrestations arbitraires par les forces coloniales marocaines ».

« Nous croyons fermement en la lutte légitime du peuple sahraoui pour sa juste cause et nous sommes convaincus qu’un jour le peuple sahraoui arrachera sa liberté et son indépendance sur ses terres », a soutenu le représentant palestinien, avant d’interpeller la communauté internationale sur la nécessaire protection du peuple sahraoui vivant sur ses terres occupées par le Maroc et de responsabiliser les autorités marocaines des crimes commis contre les citoyens sahraouis sans défense. Le représentant de la commission travailliste espagnole, Adriane Gonionne, a porté, de son côté, « l’entière responsabilité à la communauté internationale dans la poursuite des souffrances endurées par le peuple sahraoui », avant d’appeler à « mettre immédiatement un terme à la colonisation ». « Il est de notre devoir aujourd’hui de chasser le colonialisme marocain des terres sahraouies par l’unification des visions des différentes parties solidaires avec les sahraouis et croyant en la justesse de leur cause », a estimé M. Gonionne. « La position officielle espagnole ne pourra en aucun cas influer sur la position du peuple espagnol à l’égard de la question sahraouie qui ne cesse de réitérer sa solidarité, de transmettre le message du peuple sahraoui et de faire écho des souffrances de ce dernier sur la scène internationale ».

Le représentant du mouvement socialiste et de la liberté de l’Argentine, Robin Zanov, a exprimé, pour sa part, sa position de soutien à la cause et au peuple sahraouis qui, a-t-il dit, « mérite, à l’instar des autres peuples du monde, une vie décente dans la liberté et l’indépendance ». M. Zanov aréitéré, à ce titre, son engagement à continuer de militer aux côtés du peuple sahraoui et d’œuvrer à faire entendre largement sa voix, faire pression sur le royaume marocain et recouvrer le droit spolié du peuple sahraoui. Initiée dans le cadre du 10ème Congrès de l’Union de la jeunesse de Seguia El Hamra et Rio de Oro (UJSARIO), cette conférence a été riche en communications animées par des délégations venues de divers pays, dont l’Espagne, Allemagne, Canada, Etats-Unis d’Amérique (USA), Suède, Ghana, Yémen et Palestine.

Les communications ont focalisé sur la solidarité internationale avec le peuple sahraoui et sur la dénonciation des violations des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés.

Les travaux du Congrès se poursuivent pour la troisième journée avec la constitution d’une commission chargée de superviser l’opération électorale du secrétaire général et du bureau exécutif de l’UJSARIO, après adoption, par les participants à la rencontre, des travaux des commissions du Congrès.

Quelque 500 délégués représentant les différents membres de l’UJSARIO, en plus de près de 150 invités, prennent part au Congrès baptisé au nom du Chahid Othmane Ali Brahim et placé sous le signe « Force mobilisatrice et consciente du triomphe de la lutte décisive ».

Lemaghreb.dz, 29 mai 2022

#SaharaOccidental #Maroc #ONU #Ukraine #FrontPolisario #UJSARIO