Algérie. Messages éloquents du président Tebboune à l’Espagne

Algérie, Espagne, Sahara occidental, Maroc, gaz,

Le discours du président Abdelmadjid Tebboune, lors de la visite d’Etat qui l’a conduit en Italie, n’a pas été sans messages éloquents adressés directement à l’Espagne, dont le gouvernement dirigé par Pedro Sanchez se trouve dans une situation peu enviable, puisqu’il a adopté la décision de soutenir le projet d’autonomie proposé par le Régime marocain du Makhzen concernant le Sahara Occidental.

Le président Tebboune a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il a tenue jeudi avec son homologue italien, Sergio Mattarella, que « l’Italie sera le distributeur du gaz algérien en Europe », une déclaration qui semble normale tant que Rome est le partenaire traditionnel de l’Algérie dans le domaine de l’énergie. et d’autres secteurs, mais c’est assez loin de là.

L’Italie est le premier client de l’Algérie dans le domaine du gaz, et le gazoduc Trans-Med « Enrico Mattei », reliant le sol algérien et italien à travers la Tunisie, est le premier du genre dans l’histoire, bien que l’Algérie dispose de deux gazoducs la reliant à l’Espagne , à savoir « Medgaz » et le gazoduc Maghreb-Europe (MEG ; également connu sous le nom de gazoduc Pedro Duran Farell ou Gazoduc Maghreb Europe – GME) qui a été suspendu par décision de l’Algérie depuis début novembre dernier, le partenariat avec Madrid n’a pas pas à la hauteur du partenariat entre l’Algérie et Rome.

Le discours du président Tebboune, s’il exprimait le niveau de confiance entre l’Algérie et l’Italie, était en passe d’envoyer un message au Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, qui a trahi le pacte et vendu la position de son pays à un « prix bon marché » à un régime qui ne mérite pas ce privilège, qui est le régime makhzen qui ne tient pas compte de l’amitié et des coutumes.

Jusqu’à récemment, l’Espagne était sur le point de devenir un distributeur exclusif du gaz algérien vers les pays européens, et pour cela, elle a construit d’énormes infrastructures dans le domaine du stockage et du transfert de gaz et y a dépensé des milliards d’euros, et destiné à utiliser dans le stockage importé du gaz algérien par gazoducs. Pourtant, dans un moment de folie politique, Pedro Sanchez a commis une folie en s’opposant gratuitement à l’Algérie, lorsqu’il a abandonné la position historique de son pays sur la question du Sahara Occidental, et il est conscient de la sensibilité de ce dossier pour un partenaire comme l’Algérie.

Malheureusement pour la partie espagnole, sa mauvaise décision est venue au mauvais moment, c’est-à-dire dans un contexte où le monde connaît une crise énergétique étouffante due à la guerre russo-ukrainienne, qui a fait monter ses prix à des niveaux record qui n’ont pas été enregistrés depuis près d’une décennie et a accru la pression interne sur le pays. Le Premier ministre de Madrid, dont le gouvernement était seul responsable de la crise diplomatique avec l’Algérie et de ses répercussions sur les affaires intérieures espagnoles, après que les autorités algériennes eurent décidé de revoir les prix du gaz exporté vers l’Espagne, à l’exclusion des autres pays importateurs Gaz algérien.

Le message du président Tebboune de Rome à Madrid est également intervenu le jour où le Parlement espagnol discutait d’un changement de position du gouvernement Sanchez sur la question du Sahara occidental, ce qui a intensifié la pression sur le parti socialiste au pouvoir, plus menacé que jamais par la chute de son gouvernement. La coalition, à environ un an de la date des prochaines élections législatives, devrait être fatale aux socialistes espagnols, selon de nombreux observateurs.

Le même jour, après d’intenses discussions, le Parlement espagnol a appelé pour la troisième fois en environ deux semaines, le Premier ministre Pedro Sanchez, à corriger la position de son pays sur la question sahraouie, et a exigé qu’il revienne soutenir le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, qui est la position historique de Madrid en tant que puissance coloniale qui dirige les zones sahraouies occupées, alors qu’il n’est pas exclu que la pression sur le gouvernement Sanchez s’intensifie s’il ne répond pas aux demandes répétées du Parlement à cet égard.

Ce qui est remarquable dans cette affaire, c’est que le parti de gauche Podemos, qui fait partie de la coalition gouvernementale, a continué à se tenir aux côtés des différentes composantes de la scène politique qui rejettent la position de Sanchez sur la question du Sahara occidental, ce qui l’a isolé chez lui au milieu de la propagation de doutes sur le fait de devenir un otage entre les mains du régime marocain du makhzen, qui a réussi à accéder à des secrets sur son téléphone portable qui a fait l’objet d’espionnage à travers le programme sioniste « Pegasus », alors qu’à l’extérieur, il reste rejeté par un partenaire avec la taille de l’Algérie, qui le faisait menacer de la chute de son gouvernement, à la lumière des multiples scandales qui ont accompagné la normalisation des relations de son pays avec le régime marocain du Makhzen.

Mohamed Moslem

Echouroukonline, 28 mai 2022

#Algérie #Espagne #SaharaOccidental #Gaz #Maroc