Espagne : Laya acquittée sur l’affaire du chef du Polisario

Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, Arancha Gonzalez Laya, Brahim Ghali,

Un tribunal espagnol a blanchi l’ancien ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya d’actes répréhensibles concernant l’arrivée en Espagne l’année dernière d’un leader indépendantiste du Sahara occidental pour des soins médicaux, a révélé vendredi un document judiciaire.

Le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, était gravement malade du Covid-19 lorsqu’il s’est envolé pour la ville septentrionale de Saragosse en avril et a été emmené pour se faire soigner dans un hôpital de Logroño.

Le Maroc contrôle la majeure partie du Sahara occidental et l’incident a déclenché une crise diplomatique majeure entre Madrid et Rabat, qui n’a été résolue qu’en mars après que l’Espagne a changé sa politique et soutenu la proposition d’autonomie du Maroc pour la région.

Un tribunal de Saragosse a ouvert une enquête en septembre sur l’arrivée de Ghali au milieu d’informations selon lesquelles il aurait été exempté de contrôle de passeport.

Il a déclaré qu’il enquêtait sur la « possible commission d’un crime de malfaisance » – acte répréhensible ou inconduite d’un agent public – de la part de Gonzalez Laya, qui était ministre des Affaires étrangères à l’arrivée de Ghali. Elle a été remplacée lors d’un remaniement ministériel en juillet.

Cependant, le tribunal a maintenant décidé de suspendre l’enquête, affirmant qu’il était « indiscutable » que Ghali soit entré en Espagne « sans se soumettre aux contrôles aux frontières », et que Gonzalez Laya  » ait activement participé aux préparatifs » de son arrivée.

Néanmoins, il a déclaré que permettre à Ghali « d’entrer secrètement (en Espagne) afin de ne pas affecter nos relations avec d’autres pays relève du cadre des relations extérieures ».

Gonzalez Laya a déclaré à la radio d’information Cadena Ser qu’elle était « satisfaite » de la décision du tribunal et a réaffirmé que l’entrée de Ghali « avait été faite pour des raisons humanitaires et dans le cadre de la loi ».

Rabat avait exprimé son « exaspération » face à l’entrée « irrégulière » de Ghali en Espagne.

La crise diplomatique a culminé à la mi-mai 2021 lorsque plus de 10 000 migrants ont fait irruption dans l’enclave nord-africaine espagnole de Ceuta alors que les forces frontalières marocaines détournaient le regard dans ce qui était largement considéré comme une mesure punitive de Rabat.

Barron’s, 27 mai 2022

#Maroc #Espagne #SaharaOccidental #Arancha_Gonzalez_Laya #Polisario #Brahim_Ghali