Maroc: Les syndicats du transport menacent de recourir à une grève

Maroc, syndicats du transport des marchandises, prix des carburants,

Les syndicats du transport des marchandises au Maroc ont dénoncé la énième flambée des prix des carburants qui leur a causé des pertes incommensurables, menaçant de recourir à une grève nationale « pour faire entendre leur mécontentement et dénoncer l’inaction du gouvernement face à leurs doléances ».

« Les professionnels vivent une crise que le gouvernement néglige. Nous avons donc décidé de prendre des mesures préliminaires par lesquelles nous dénoncerons la situation. Si le gouvernement ne répond pas à notre cri de détresse, nous aurons recours à l’escalade, notamment à travers une grève nationale dont la date sera annoncée prochainement », a indiqué aux médias locaux, le SG national des professionnels du transport routier, Mounir Benazzouz.

« La barre des 15 dirhams (1,41 euro) le litre d’essence a été franchie dans plusieurs villes du Royaume. Face à cette flambée qui ne prendra pas fin de sitôt d’après les prévisions des experts, les syndicats du transport des marchandises ont demandé au gouvernement de trouver une solution urgente à la crise des professionnels concernant le gasoil, qui constitue désormais plus de 80% du coût total des transports », a-t-il ajouté.

Selon le syndicaliste, le recours des transporteurs de marchandises à la grève nationale a aussi pour motif la faiblesse et les irrégularités ayant entaché les mesures de soutien décidées par le gouvernement au profit des professionnels du secteur.

« En plus de son approbation sans consultation des professionnels, le soutien alloué par le gouvernement aux professionnels du transport routier était entaché de plusieurs déséquilibres. En effet, le soutien accordé a été décidé à un moment où le prix de l’essence ne dépassait pas les 12 dirhams/litre (1,13 euro), alors qu’il a atteint aujourd’hui les 15,13 dirhams (1,43 euro) », a expliqué le syndicaliste.

Par ailleurs, les syndicats du secteur du transport des marchandises ont dénoncé fermement l’incapacité du gouvernement à mettre en place des mesures à même de plafonner le prix du carburant.

« Le gouvernement n’a pas été en mesure, jusqu’à présent, de prendre des mesures visant à plafonner le prix du carburant à un niveau raisonnable au profit de tous les professionnels du secteur », ont dénoncé les syndicats dans un communiqué conjoint, soulignant « la nécessité de revoir la composition du prix exagéré et d’ouvrir une enquête sur le marché des carburants au Maroc ».

A noter que le Maroc reste l’un des pays du continent africain les plus touchés par l’inflation des prix, notamment alimentaires, selon l’Oxford Economics Group, l’un des plus grands cabinets de conseil à l’échelle mondiale, dans un récent rapport.