« Le Maroc a chanté Pedro Sanchez par le biais de sa femme »

Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Pedro Sanchez, Begoña Gómez, chantaje,

Un colonel des renseignements espagnols a la retraite a accusé les services secrets marocains d’avoir usé du chantage a l’encontre du premier ministre espagnol Pedro Sanchez a travers les activités commerciales de son épouse  Begoña Gómez.

Le journal “Periodista digital”-citant l’officier supérieur a la retraite- a indiqué que les services de renseignements marocains étaient au courant des activités de la femme de Pedro Sanchez que ce dernier tentait de dissimuler.

Quelques jours après la divulgation de cette histoire, l’analyste politique Alvise Pérez est revenu en détails sur l’implication de l’épouse du Premier ministre espagnol dans des activités douteuses.

“Le gouvernement marocain a créé un réseau d’affaires regroupant Begoña Gómez et Pedro Sanchez lui-même”, a fait savoir l’analyste.

Ainsi,  Pedro Sanchez avait été sommé par Rabat ou de céder le Sahara occidental au profit du Maroc ou de procéder a la dissolution dudit réseau commercial, ce qui entraînera des répercussions sur le couple  ‘Sanchez’, selon le journal.

Texte intégral de l’article de Periodista digital à ce sujet

CORRUPTION PRÉSUMÉE

Lumière sur le chantage exercé par le Maroc sur Pedro Sánchez : le « pot-de-vin » de 4 millions d’euros de Begoña Gómez.
L’influenceur et analyste politique, Alvise Pérez, donne la clé de ce que le royaume alaouite a découvert sur le chantage du président.

Ce week-end, nous vous annoncions dans Periodista Digital que le colonel d’infanterie à la retraite, Diego Camacho, membre historique du CESID (l’actuel CNI) avait expliqué les détails de ce qui, selon ses informations, pourrait être un véritable chantage du gouvernement marocain et de ses services de renseignement envers Pedro Sánchez, président du gouvernement espagnol.

Selon son récit, les services de renseignement marocains étaient au courant des informations relatives aux activités privées et financières de Begoña Gómez, épouse du président du gouvernement, sous la forme d’activités commerciales et universitaires, et il sera probablement connu, probablement, plus de questions que l’actuel président du gouvernement et leader du PSOE tente de cacher.

Quelques jours plus tard, et suite à ce qui a été publié par PD, l’analyste politique et influenceur de médias sociaux, Alvise Pérez, a fourni plus d’informations sur cette version, qui corrobore les propos du colonel, qui appartenait au CESID de l’époque.

Pérez a publié sur ses réseaux sociaux des détails financiers qui, selon sa version, impliquent l’épouse du président du gouvernement. Ainsi, l’analyste commence son récit en expliquant que « le gouvernement marocain a créé un réseau d’affaires dans lequel Begoña Gómez et Pedro Sánchez lui-même étaient impliqués, et qui transcende les contrats de formation de l’épouse du président que je vous ai divulgués ».

Alvise Pérez assure à ses milliers de fidèles que « lorsqu’elle a commencé à faire des bénéfices (4 millions d’euros pour eux en un an seulement) le prince héritier Muley El Hasán a donné l’ordre au frère cadet du roi (Muley Rachid) et au président du gouvernement marocain (Aziz Ajanuch) de téléphoner au président Pedro Sánchez et de lui transmettre clairement la situation ».

Et cette situation, selon la version de Pérez, n’est autre que la suivante : « Soit l’Espagne cède le Sahara au Maroc, soit un tel réseau d’affaires touchant à la fois sa femme et lui-même sera divulgué par l’Instituto de Empresa ».

« Le conseiller du roi (Ali Himma, bras droit du monarque) et Naser Burita (Affaires étrangères) reçoivent la confirmation de Sánchez et la photo est préparée : l’humiliation historique avec le drapeau espagnol à l’envers et la figure du conquérant de la péninsule ibérique lors de l’invasion musulmane, Tariq Ibn Ziyad, entre Pedro Sánchez et le dirigeant marocain », explique Alvise Pérez.

L’analyste politique conclut son message sur les réseaux sociaux de manière énergique et fournit incidemment une information sur un autre des voyages présumés de l’ancien ministre José Luis Ábalos : « C’est la VÉRITÉ. Et cela finira par se savoir, que ce soit maintenant ou dans quelques années. Je ne vous le fais savoir qu’en temps réel. Elle s’appelle TRAHISON (Ábalos vole actuellement de Tanger à Madrid. Demandez-vous ce qu’il faisait là) ».

#Maroc #Espagne #Begoña_gomez #Chantage #Pedro_Sanchez