Warda Al-Jazairia : l’éternelle rose algérienne

Algérie, Warda Aljazaïriya, guerre de libération, Guerre d’Algérie, colonialisme, France, Le Tam-Tam,

À l’occasion du 10e anniversaire de la mort de la chanteuse emblématique Warda Al-Jazairia, Moataz Rageb revient sur sa vie et son impact pendant l’âge d’or de la musique arabe, ainsi que sur son rôle continu de symbole nationaliste pour les Algériens.

La fleur qui sourit aujourd’hui
Demain meurt ;
Tout ce que nous souhaitons rester
Tente et puis s’envole.
Quel est le plaisir de ce monde ?
Un éclair qui se moque de la nuit,
Bref même aussi lumineux.
-Percy Shelly

Cette semaine marque l’anniversaire de la mort de Warda Al-Jazairia (La Rose algérienne) décédée à l’âge de 72 ans en 2012. Elle est l’une des chanteuses les plus emblématiques du monde arabe qui, à son époque sur cette planète, avait une grand impact sur la scène musicale arabe qui se fait encore sentir jusqu’à nos jours.

Warda Al-Jazairia, de son vrai nom Warda Mohamed Ftouki, est née à Paris et avait une mère libanaise et un père algérien. Son père possédait un cabaret à Paris appelé «Le Tam-Tam» (qui était un anagramme pour la Tunisie, l’Algérie, le Maroc), où la carrière de chanteuse de Warda a commencé.

Le Tam-Tam était l’endroit où chantaient des artistes renommés comme Farid Al-Atrache et Sabah, et servait de lieu de rencontre pour la diaspora arabe pour se réunir et échanger des idées. En fait, pendant la guerre de libération de l’Algérie contre l’occupation française, le Tam-Tam est devenu un lieu secret pour la section française du Front de libération nationale (FLN) pour se rencontrer et développer leurs tactiques. Cela a rapidement fait du cabaret la cible de la police française qui l’a fermé après avoir trouvé des armes à l’intérieur.

 »Elle a rapidement fait partie de la formation de chanteurs de l’opéra panarabe Al Watan al Akbar (1960). Elle a chanté aux côtés d’Abdel Halim Hafez, Shadia, Sabah, Faiza Ahmed et Najat Al Saghira pour célébrer l’unité entre l’Égypte et la Syrie au sein de la République arabe unie. Cela ne l’a pas seulement alignée sur les stars de cette période, mais a également fait d’elle un symbole nationaliste arabe.

Par la suite, Warda et sa famille ont été expulsés de France en 1956 et sont allés vivre à Beyrouth. Sa mère est malheureusement décédée avant leur arrivée au Liban.

A Beyrouth, Warda et sa famille se sont installés dans le quartier de Hamra connu pour sa vie nocturne et ses cabarets. Ici, elle s’est fait un nom et l’une de ses performances a été suivie par le père de la composition arabe à l’époque, Mohamed Abdel Wahab.

Elle n’avait pas remarqué Abdel-Wahab dans le public et il a demandé à la rencontrer après la représentation pour l’inviter à venir en Egypte. Son père et ses frères et sœurs aînés ont refusé de lui permettre de faire le voyage. Plus tard, le directeur égyptien des comédies musicales, Helmy Rafla, est allé convaincre son père que le talent de sa fille était trop grand pour qu’elle ne vienne pas au Caire pour poursuivre sa carrière. Finalement, il a été convaincu (ou a concédé) et Warda est partie pour l’Égypte où Abdel-Wahab l’a présentée au président égyptien de l’époque et père du nationalisme arabe, Gamal Abdel Nasser.

Elle fait rapidement partie de la formation de chanteurs de l’opéra panarabe Al Watan al Akbar (1960). Elle a chanté aux côtés d’Abdel Halim Hafez, Shadia, Sabah, Faiza Ahmed et Nagat Al Sagira pour célébrer l’unité entre l’Égypte et la Syrie au sein de la République arabe unie. Cela ne l’a pas seulement alignée sur les stars de cette période, mais a également fait d’elle un symbole nationaliste arabe.

Et ainsi, Warda est devenue un symbole d’espoir pour un avenir florissant, en particulier pour sa patrie, l’Algérie, à libérer de la domination coloniale française. Ce rêve se réalisera deux ans après cette représentation.

Après une courte période de célébrité au cours de laquelle elle a même joué dans un film, Warda a déménagé dans l’Algérie nouvellement indépendante et a épousé un officier algérien. Son mari ne lui a pas permis de chanter et elle s’est concentrée sur l’éducation de ses deux enfants, sa fille Widad et son fils Riad.

Après 10 ans, Warda a été invité par le président algérien Houari Boumédiene à chanter à l’occasion du 10e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Cette performance était très attendue pour plusieurs raisons. Elle a marqué la première apparition publique de Warda après une décennie entière d’absence de la scène, et parce qu’elle était un symbole important du projet nationaliste arabe dirigé par Boumédiene alors qu’il tentait d’établir l’arabe comme langue principale du pays.

Après la performance très appréciée de Warda, elle a voulu retourner au Caire et reprendre sa carrière, elle et son mari ont divorcé.

Bien qu’elle n’ait pas été autorisée à emmener ses enfants avec elle, elle est retournée en Égypte où elle a ensuite épousé l’un des plus grands compositeurs des années 60 et 70, Baligh Hamdi. Son amour pour la chanteuse, qui était de longue date et a précédé son premier mariage, a été aussi transformateur pour sa musique que sa vie. Baligh a compris sa gamme de voix et comment accentuer ses capacités de chant, rendant les messages à travers sa musique encore plus percutants. Malgré le fait que la relation s’est rompue plus tard en 1990, Baligh a continué à écrire des chansons pour elle.

 »Warda était l’un des symboles nationaux les plus adorés de la lutte de libération des Algériens. Avec une seule note, elle en ferait pleurer des centaines. »

Au début des années 90, Warda s’est réinventée et a métamorphosé son style musical, passant de chansons de plus de 40 minutes à des chansons relativement plus courtes (entre 6 et 15 minutes) composées par le producteur contemporain Salah el Sharnobi. Cette collaboration nous a donné les chansons classiques populaires des années 90 Batwannis Beek, Harramt Ahebak et Nar el Ghera. Ce nouveau répertoire a ouvert la voie à un public plus jeune et a assuré que Warda serait aimée par toutes les générations à travers le monde arabe, cela a fait d’elle une icône intemporelle transcendant les genres.

Tout au long de l’histoire, ses chansons ne se sont pas limitées aux frontières du monde arabe. Même l’un des plus grands producteurs de hip-hop, Timbaland, a échantillonné Batwannis Beek pour le morceau de la star du R&B Aaliyah Je ne sais pas quoi te dire en 2003.

Warda est l’une des plus grandes divas arabes qui a fait partie de l’âge d’or de la musique arabe mais qui a également transcendé cette époque. C’était une femme qui avait de la dignité et qui a défié les tabous sur le divorce et les femmes choisissant de poursuivre leur carrière – ce qui, dans son cas, nous a fourni un art qui unirait les Arabes du monde entier – le tout pour le rôle attendu de maintien de la vie de famille.

Elle a aussi très admirablement manœuvré dans une industrie musicale très dominée par les hommes.

Pourtant, à travers toutes ses luttes, la seconde où elle est montée sur scène, c’était avec une élégance et un calme qui feraient oublier à tous leurs soucis quotidiens. Une fois que le public a entendu sa voix envoûtante et la puissance avec laquelle elle a projeté sa musique, tout ce qu’ils voudraient faire, c’est chanter.

Enfin, il est important de reconnaître également que Warda était l’un des symboles nationaux les plus adorés de la lutte de libération pour les Algériens. Avec une seule note, elle ferait pleurer des centaines de personnes.

Et même aujourd’hui, malgré l’absence de Warda de cette terre depuis précisément une décennie, sa musique joue toujours fort partout. Il est réédité sur vinyle, diffusé sur les stations de radio, dansé dans les maisons, lors de fêtes et de mariages. Ses performances émouvantes sont toujours diffusées à la télévision et diffusées sur Internet.

Warda Al-Jazairia n’est pas une fleur fanée, mais celle dont la voix restera à jamais vivante dans nos cœurs.

Moataz Rageb

Moataz Rageb alias Disco Arabesquo est sociologue, DJ, chercheur et collectionneur de cassettes et vinyles arabes. Il se spécialise dans les sons croisés arabo-occidentaux qui dépeignent « un éclat de civilisations » et une génération créative à la recherche d’une nouvelle identité.

The New Arab, 19 mai 2022

#Algérie #Warda_aldjazaïriya #France #Colonialisme #Guerre_dalgérie