Tourisme : Le Maroc « respire à nouveau » après l’arrêt de Covid

Maroc, tourisme, covid, pandémie, Marrakech, Jamaa Ek Fna,

Marrakech (Maroc) (AFP) – Le charmeur de serpents marocain Youssef a vu les touristes longtemps absents se presser à nouveau sur la célèbre place Jamaa El-Fna de Marrakech, mettant fin à une longue pause forcée par la pandémie de Covid.

« Nous respirons à nouveau », a-t-il déclaré.

L’ancienne ville du sud, célèbre pour ses vues sur les gracieux bâtiments rouges adossés aux palmiers et aux montagnes enneigées, attire depuis longtemps des visiteurs, notamment des célébrités de Madonna à Yves Saint Laurent.

Mais il a été particulièrement touché par un effondrement du tourisme de deux ans qui a vu les arrivées dans le royaume nord-africain chuter à seulement un tiers l’année dernière à partir de 2019.

Pour Youssef, prenant une pause pour jouer de sa pipe « ghaita » en forme de hautbois devant le serpent apparemment hypnotisé, « c’est un tel plaisir d’être de retour ici après ces mois lents et douloureux ».

Le tourisme – qui représente environ 7% de l’économie marocaine et crée des centaines de milliers d’emplois formels et informels – a été mis à mal par les restrictions strictes imposées par le Maroc pendant la pandémie.

Aujourd’hui, les habitants de Marrakech voient à nouveau des signes d’espoir alors que les touristes sont revenus dans les ruelles étroites de la vieille ville, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les terrasses des cafés sont pleines et les étrangers parcourent les boutiques et les étals du marché à la recherche de vêtements traditionnels, de meubles et de souvenirs.

« Nous ne sommes pas revenus aux niveaux d’avant la pandémie, mais la situation s’est améliorée au cours du mois dernier », a déclaré le vendeur Abdellah Bouazri, après avoir servi un client argentin dans un haut de football Boca Juniors.

Bouazri, 35 ans, a déclaré que le coronavirus l’avait contraint à abandonner temporairement son magasin et à trouver un travail alternatif en tant qu’agent de sécurité.

Le père de deux enfants était l’un des nombreux acteurs de l’industrie assiégée contraints de trouver un revenu alternatif, y compris de nombreux travailleurs informels sans contrat ni sécurité sociale.

Mais il s’est dit optimiste quant à l’avenir : « Ça a été dur, mais aujourd’hui je suis ravi de retrouver mon vrai métier. »

« Récupération incomplète »

Le Maroc a rouvert cette semaine ses frontières terrestres avec les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, deux ans après leur fermeture en raison de Covid et d’une dispute diplomatique majeure.

C’était la dernière étape d’une lente reprise du secteur du tourisme, soutenue par le gouvernement qui a lancé un fonds de soutien de deux milliards de dirhams (190 millions d’euros), en plus des 95 millions d’euros qu’il a débloqués pour soutenir les hôtels.

« La reprise est peut-être en cours, mais elle est incomplète », a déclaré le chef de la fédération hôtelière nationale FNIH, Lahcen Zelmat.

Selon le ministère du Tourisme, le Maroc a réalisé l’année dernière quelque 3,2 milliards d’euros de recettes touristiques, soit moins de la moitié du chiffre de l’année précédant la pandémie.

Mais les revenus du premier trimestre ont augmenté de 80% par rapport à l’année dernière, selon les chiffres officiels, et le ministère des Finances prévoit des « perspectives plus favorables pour 2022 ».

Cela s’est reflété dans le flux constant de touristes à l’extérieur de la Medersa Ben Youssef, une école coranique du XVIe siècle à Marrakech.

« Cet endroit est magique – je suis impressionné par tous les détails », a déclaré Nick, un Londonien de 29 ans visitant pour la première fois. « Depuis Covid, il me manque d’explorer de nouvelles cultures. »

A proximité, d’autres visiteurs faisaient la queue devant le musée Yves Saint Laurent, l’un des hauts lieux touristiques de la ville.

« Le musée était incontournable », a déclaré Coco, une étudiante chinoise vivant en Allemagne. « Nous nous considérons comme très chanceux de pouvoir voyager à nouveau, et nous sommes vraiment charmés. »

© 2022 AFP

Source : France24, 18 mai 2022

#Maroc #Tourisme #Covid19 #Marrakech #JamaaElFna