Marché pétrolier : Le prix du Brent frôle 115 dollars

Pétrole, Brent de la mer du Nord, prix, West Texas Intermediate,

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait hier 114,74 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en juin était, quant à lui, de 0,30% à 114,54 dollars.

Les prix du pétrole étaient en attente mardi matin après avoir clôturé à leur plus haut niveau en près de huit semaines lors de la séance précédente, commente Lukman Otunuga, analyste pour FXTM. « Les efforts visant à obtenir un consensus sur un embargo pétrolier de l’UE à l’encontre de la Russie se poursuivent, ce qui maintient les prix élevés, explique Susannah Streeter, analyste pour Hargreaves Lansdown. Toutefois, les résistances de la Hongrie, particulièrement dépendante du pétrole russe, limitent les gains. La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d’euros le coût d’un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d’exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d’embargo pétrolier de l’UE.

Un embargo européen « affecterait négativement l’approvisionnement en pétrole russe et resserrerait inévitablement l’équilibre pétrolier », ce qui tirerait les prix vers le haut, rappelle Tamas Varga, de PVM Energy. La Russie a averti qu’elle réagirait à des déploiements d’infrastructures militaires de l’Otan en Finlande et en Suède, candidates à une entrée dans l’Alliance atlantique. L’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’alliance militaire et la réponse politique et militaire de la Russie qui s’ensuivra feront monter la tension, ce qui se répercutera sur l’économie mondiale et la chaîne d’approvisionnement en pétrole, fournissant ainsi un autre niveau de soutien aux prix, poursuit Varga.

En parallèle, le marché semble avoir apprécié les informations selon lesquelles Shanghaï n’a signalé aucune nouvelle infection au Covid-19 pour un troisième jour consécutif, affirme Lukman Otunuga. Une grande partie des 25 millions d’habitants de la capitale économique chinoise reste cependant toujours confinée.

Ania Nch

Le Courrier d’Algérie, 18 mai 2022

#Pétrole #Brent #Russie #Ukraine #Chine