Gaz algérien uniquement pour l’Espagne

Espagne, Maroc, Algérie, gaz, Gazoduc Maghreb-Europe, Sahara Occidental,

Le gaz n’est pas autorisé à être acheminé vers le Maroc

Madrid – En octobre 2021, l’Algérie avait suspendu les opérations du « Gaz-Maghreb-Europe Pipeline » (GME Pipeline), qui traverse le Maroc. Ce gazoduc alimentait en gaz le Portugal et l’Espagne. Après 25 ans d’exploitation, le gazoduc a été fermé car le contrat de fourniture de gaz a expiré et n’a pas été renouvelé. Les relations entre l’Algérie et le Maroc étaient déjà en crise à l’époque en raison de la volonté d’indépendance du Sahara occidental.

En mars, le gouvernement espagnol a annoncé sa décision de soutenir l’intention du Maroc de déclarer le Sahara Occidental occupé comme son territoire. Cela a conduit à des tensions considérables avec l’Algérie, car l’Espagne y puise près de la moitié de ses besoins en gaz naturel. L’Algérie, pour sa part, est connue pour soutenir le Sahara Occidental et le mouvement de libération « Front Polisario ». L’Algérie a rappelé son ambassadeur de Madrid, mais l’approvisionnement en gaz de l’Espagne n’a pas été interrompu.

Le courrier électronique a provoqué des troubles

Les tensions ont de nouveau éclaté deux mois plus tard alors que l’Espagne voulait aider le Maroc avec ses approvisionnements en gaz. La ministre de l’Environnement, Teresa Ribera, avait informé par courrier électronique le ministre algérien de l’Energie, Mohamed Arkab, que le gouvernement allait désormais autoriser l’exploitation du gazoduc GME dans le sens inverse, c’est-à-dire de l’Espagne vers le Maroc. Cet e-mail n’était en fait qu’une formalité : il y a quelques semaines, les travaux de maintenance de la canalisation pour permettre au gaz de s’écouler en sens inverse se sont achevés avec succès. L’Algérie était donc bien informée de la mise en service.

La rupture de contrat entraînerait la résiliation

Néanmoins, l’annonce a suscité une réponse sévère : « Tout acheminement ultérieur de gaz naturel algérien livré vers l’Espagne, dont la destination est différente de celle prévue dans les contrats, sera considéré comme un manquement aux obligations contractuelles et pourra entraîner la résiliation du contrat. « , a déclaré la réponse officielle du ministre algérien de l’énergie Arkab au gouvernement espagnol. Un porte-parole du ministère de l’Environnement a tenté de désamorcer le conflit et a assuré que le gaz qui circulera de l’Espagne vers le Maroc ne proviendrait pas d’Algérie. Le Maroc a l’intention d’acheter du gaz liquide sur le marché mondial, qui sera acheminé vers l’Espagne par bateau puis pompé vers le Maroc via le gazoduc.

Wochenblatt, 18 mai 2022