Services secrets alliés: Stupeur face à la crise du CNI

Services secrets alliés: « Stupeur » face à la crise du CNI – Espagne, Maroc, Pegasus, espionnage, Paz Esteban, Pedro Sanchez, Margarita Robles,

Le limogeage de Paz Esteban en tant que directeur général du CNI en paiement au mouvement indépendantiste, et la décision de rendre public lors d’une conférence de presse que les terminaux mobiles du Premier ministre, Pedro Sánchez ; la ministre de la Défense, Margarita Robles, et le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, auxquels il faut ajouter l’attentat subi par le ministre de l’Agriculture, Luis Planas, a provoqué la « stupeur » des services de renseignement alliés, selon sources de solvabilité maximale consultées par ABC.

La destitution de Paz Esteban comme directeur général du CNI en paiement du mouvement indépendantiste, et la décision de rendre public lors d’une conférence de presse que les terminaux mobiles du Premier ministre, Pedro Sánchez ; la ministre de la Défense, Margarita Robles, et le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, à laquelle il faut ajouter la tentative subie par le ministre de l’Agriculture, Luis Planas, a causé la « stupeur » dans les services de renseignement alliés, selon des sources de la solvabilité maximale consultés par ABC.

Paz Esteban avait des relations privilégiées avec les services de renseignement des pays alliés qu’il a tissées tout au long de ses 40 ans à la Chambre où, il faut le rappeler, il a occupé différentes responsabilités dans le domaine du renseignement extérieur. Durant ses années à la tête du CNI, l’ancien directeur a renforcé ces contacts de telle sorte que le centre est considéré par ses collègues comme l’un des plus fiables. Cela s’est traduit par un échange fluide d’informations très sensibles qui ont permis d’écarter différentes menaces, notamment dans le domaine du terrorisme djihadiste, mais aussi de disposer de données très fiables sur des scénarios aussi brûlants que l’Ukraine.

 » Ce type de relation est très délicat, et mettre le CNI au centre de la controverse, comme l’a fait le gouvernement, n’aide pas à maintenir la confiance « , affirment des sources des services de renseignement. « Si en plus, gratuitement, des failles de sécurité sont reconnues dans rien moins que les communications de hauts fonctionnaires de l’État, les doutes sont plus grands « , ajoutent-elles.  » Et si tout cela aboutit au licenciement de l’une des personnes avec lesquelles cette affinité existe, avec la quasi-certitude que cela s’est produit dans le cadre d’une manœuvre politique du gouvernement pour rester au pouvoir, la destruction est plus importante « . « , concluent-ils, pour s’interroger : « Quelqu’un croit-il que les services alliés ne vont pas analyser tout cela au moment de partager à nouveau des informations sensibles avec l’Espagne ? ».

D’autres sources vont plus loin :  » Ce qui s’est passé est grave pour les services de renseignement amis, mais les services hostiles ont également pris note et prendront des décisions en fonction de cela. « Le sentiment général est que le gouvernement n’a pas su mesurer les conséquences de ses actes, qui ne se feront pas sentir immédiatement – les travaux de préparation du sommet de l’OTAN n’en pâtiront pas – mais à moyen et long termes. Pour cette raison, le premier défi d’Esperanza Casteleiro à la tête du CNI sera de rassurer la Chambre en interne, mais aussi de regagner la confiance de nos partenaires internationaux.

Des sources de la Police et de la Garde civile qui ont des contacts réguliers avec le service de renseignement montrent également leur perplexité face aux démarches du gouvernement dans une affaire aussi sensible que celle-ci.

« Ce n’était pas le moment, et cela n’a pas été bien expliqué », disent-elles, ajoutant que ce qui reste de toute cette crise est que « l’Exécutif a préféré exposer le CNI pour rester au pouvoir. Et en plus, comme il l’a fait en d’autres occasions, il n’a eu aucun scrupule à sacrifier un serviteur de l’Etat ». Ils sont également d’accord sur le fait que face au sommet de l’OTAN, où l’Espagne déploiera le plus grand dispositif de sécurité de ces dernières décennies, le changement ne sera pas remarqué, mais ils rappellent que  » le CNI a besoin de stabilité et des changements traumatiques comme celui qui a été produit affectent le travail opérationnel. Ses membres ont besoin de sentir qu’ils ont la confiance et le soutien du gouvernement qu’ils servent, et ce qui s’est passé ces jours-ci n’envoie pas exactement ce message.

INDONEWYORK, 13 May 2022

#Espagne#CNI#Services_secrets#Renseignements#Maroc#Pegasus#Espionnage