Alger-Ankara : A l’ère de nouvelles donnes géopolitiques

#Algérie #Turquie #Tebboune #Erdogan #Ukraine #OTAN #Libye #UnionEuropéenne #Gaz

Les relations algéro-turques devraient connaître un autre élan, à la faveur des nouvelles perspectives envisagées par les deux chefs d’Etats. Les spécialistes pensent que l’Algérie veut actuellement un partenariat «gagnant-gagnant» avec cette puissance, et l’heure est à la concrétisation des ambitions communes des peuples, notamment à la lumière des donnes géopolitiques impliquant des liens «concrets et surtout sincères».

Le politologue Smaïl Debèche affirme que les relations algéro-turques ont un poids politique et économique, et ce, pour des raisons historiques et régionales. Il fait savoir de ce fait que la visite du président Abdelmadjid Tebboune à Ankara devrait s’articuler autour de nombreux dossiers. Concernant les conflits régionaux, Debèche pense que l’Algérie est plus à l’aise dans sa vision, la Turquie étant étroitement liée à l’Otan en tant que membre. Les deux chefs d’Etats devraient ainsi discuter de la crise ukrainienne, car, explique-t-il, une issue politique à ce conflit devrait arranger la Turquie.

Dans ce sillage, l’Algérie ne veut pas également que le gaz soit une carte de «pression» de la part des pays européens. D’où son ambition d’en finir avec la crise ukrainienne, explique Debèche. Pour le cas du conflit libyen, il affirme que l’Algérie et la Turquie partagent la même position et elles ont le soutien du gouvernement de Dbeibah.

Cependant, les discussions, enchaîne le politologue, concerneront également et surtout la question palestinienne. Il pense que la Turquie devrait utiliser ses cartes pour influencer l’entité sioniste à revoir sa politique expansionniste.

Ahmed Sadouk, vice-président du Groupe d’amitié parlementaire algéro-turque, indique quant à lui que la visite du chef de l’Etat à Ankara intervient à l’ère de nouvelles donnes géopolitiques, notamment la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Compte tenu des relations historiques des deux pays, Sadouk affirme que le partenariat entre les deux Etats a de beaux jours devant lui. Dans cette optique, il souligne que la visite du président algérien à Ankara vise «la diversification de la coopération entre les deux pays». C’est pour lui une orientation aussi vers «l’est» du monde pour ne pas se limiter uniquement à l’accord «décevant » accompli avec l’Union européenne.
Karima Alloun

Horizons, 17 mai 2022