Le Maroc pointé du doigt au scandale d’espionnage en Espagne

Le Maroc pointé du doigt au scandale d’espionnage en Espagne – Pegasus, Pedro Sanchez, Margarita Robles, Sahara Occidental, Algérie,

La volte-face de Sanchez dans la position vis-à-vis du Sahara Occidental, pourrait-elle avoir des raisons secrètes liées à la mise sur écoute du Premier ministre espagnol par les services secrets marocains ?

En d’autres termes, le Maroc pourrait-il avoir eu connaissance d’informations compromettantes et aurait-il fait chanter Sanchez afin d’obtenir ce changement si soudain de l’Espagne dans sa position vis à vis du Sahara Occidental qui coïncide avec les révélations de l’utilisation du makhzen de ce logiciel israélien pour espionner la France, l’Algérie et divers autres pays européens en mai 2021.

La question était sur toutes les lèvres cette semaine alors qu’on découvrait de surcroît que le ministre de l’Intérieur était également sur écoute. Un double scandale en Espagne qui a vu la patronne des renseignements remerciée et où un chef de gouvernement est pris la main dans le sac d’espionnage de parlementaires catalans.

Dans n’importe quelle démocratie équilibrée, M. Sanchez aurait déjà démissionné.

Mais il n’en est rien, le gouvernement socialiste persiste et se pose maintenant en victime d’espionnage à son tour pour couronner le tout. Donc il faut donc comprendre que ce logiciel, dont dispose visiblement le gouvernement espagnol, est utilisé par eux et contre eux. Édifiant.

Le journal espagnol El Mundo a déclaré, cette semaine, que tous les chemins mènent au Maroc dans le scandale de l’espionnage du Premier ministre Pedro Sanchez. Le journal a lié le moment où le programme Pegasus a pénétré dans le téléphone du Premier ministre et du ministre de la Défense et la crise politique entre le Maroc et l’Espagne.

El Mundo a ajouté que le but du programme d’espionnage israélien était de pénétrer l’épine dorsale de l’État espagnol.

Le journal espagnol El Pais a déclaré : La décision a été prise rapidement ; « Cela indique la volonté de Sanchez de mettre fin à la crise de Pegasus dès que possible. » Il est prévu que la ministre de la Défense, Margarita Robles, annoncera lors d’une conférence de presse la décision de limoger le directeur du renseignement espagnol.

Début mai, le gouvernement espagnol a déclaré que les téléphones du Premier ministre Pedro Sanchez et de la ministre de la Défense Margarita Robles avaient fait l’objet d’« écoutes clandestines externes et illégales » à l’aide du logiciel israélien Pegasus.

« Ce ne sont pas des hypothèses », a déclaré le ministre des Affaires présidentielles Felix Bolanos lors d’une conférence de presse tenue à la hâte, évoquant des incidents « extrêmement dangereux » enregistrés en 2021.

Les médias et les médias ont pointé du doigt le Maroc comme le pays le plus important qui a utilisé le programme pour espionner les politiciens et les opposants au pays et à l’étranger.

Une chose est certaine, cette affaire n’a pas fini de rebondir au vu du climat malsain de scandale d’état qu’elle a entraîné entre notamment les deux monarchies voisines (Maroc/Espagne). L’opposition espagnole de son côté, ne relâche pas la pression sur le gouvernement Sanchez et demande des auditions plus approfondies.

Attendons de voir et d’entendre.

Aldjazair.org, 13 ai 2022

LIRE AUSSI : Pegasus: L’Espagne est une priorité pour le Maroc (Cembrero)

LIRE AUSSI : Pegasus : le PE va enquêter sur l’implication du Maroc

LIRE AUSSI : Maroc-Espagne: Sánchez dans la poche de Rabat

#Maroc #Espionnage #Pegasus #Espagne #PedroSanchez #SaharaOccidental #Algérie