Espagne: Un groupe de sahraouis empêché d’entrer

Espagne: Un groupe de sahraouis empêché d’entrer – Sahara Occidental, Maroc, Cuba, droit d’asile, migration,

L’Espagne refuse l’entrée à un groupe de Sahraouis qui ont demandé l’asile à Barajas
Les autorités espagnoles n’ont autorisé, pour l’instant, l’accès qu’à 2 candidats sur un groupe de 17 arrivés en deux lots.

Un groupe de 17 Sahraouis arrivés ces derniers jours à l’aéroport Barajas de Madrid ont demandé l’asile dès leur descente d’avion. Parmi ceux-ci, un seul homme, reconnu apatride, a reçu l’autorisation d’entrer sur le territoire espagnol. Une femme peut également entrer, la seule dont la demande de protection internationale a été admise pour traitement, selon des sources judiciaires proches de ses dossiers. Il y a sept demandes déjà refusées et le reste est toujours à l’étude selon la procédure frontalière plus rapide que d’habitude, qui est appliquée à l’aéroport.

Les Sahraouis, résidant dans différents camps de réfugiés en Algérie , sont arrivés en deux lots, les 2 et 8 mai, selon des sources en contact avec les proches. Le groupe reste séparé entre le terminal 1 et le terminal 4 de l’aéroport et certains d’entre eux ont entamé une grève de la faim, qui a duré plusieurs jours, pour empêcher leur retour, selon les mêmes sources. La directrice des politiques de la Commission espagnole d’aide aux réfugiés (CEAR), Paloma Favieres, explique les caractéristiques spécifiques de ces cas : « Bien que leur demande d’asile ait été rejetée, tous sont susceptibles de se voir reconnaître le statut d’apatride en raison de les autorités espagnoles, mais elles ne leur permettent pas d’entrer sur le territoire pendant son traitement et elles sont obligées de revenir ».

Les avocats du CEAR commis d’office aux Sahraouis ont demandé au tribunal des mesures très conservatoires pour empêcher le retour des sept personnes dont la demande a déjà été rejetée, mais le juge les a rejetées. Ce dimanche, les autorités espagnoles ont tenté de ramener ce petit groupe à La Havane (Cuba), d’où il était parti, mais ils ont refusé de monter dans l’avion et l’opération a été avortée. Il sera jugé à nouveau, maintiennent-ils des sources légales. L’intérieur n’a pas commenté l’affaire.

Le voyage pour se rendre à Barajas et demander l’asile a été intense. Une partie au moins des Sahraouis ont quitté Alger pour La Havane après une escale à Istanbul (Turquie). L’avion de retour de Cuba fait escale à Madrid et offre la possibilité de demander une protection aux postes mis en place à l’aéroport à cet effet. L’activiste sahraoui Taleb Alisalem explique que, compte tenu de la facilité d’entrée à Cuba, il s’agit d’une voie courante pour les Sahraouis qui ont tenté en vain d’obtenir un visa leur permettant d’entrer légalement en Espagne pour demander une protection.

« Ces dernières années, des garçons et des filles sahraouis des camps ont essayé de demander l’asile, comme tout immigrant à la recherche d’un avenir meilleur, et presque toujours, ils ont été refusés et ont été expulsés », explique Alisalem. « Loin de la question politique du Sahara Occidental [dont l’autonomie sous souveraineté marocaine a été soutenue par l’Espagne], ces jeunes sont encore des réfugiés, reconnus par l’ONU. C’est une question qui doit être abordée d’un point de vue humanitaire », demande la militante.

El País, 16 mai 2022

#Espagne #SaharaOccidental #Maroc #Cuba #asile #Migration