Projet Desertec : En attendant le ruisseau du désert

Projet Desertec : En attendant le ruisseau du désert – Allemagne, énergie renouvelable, électricité, Maroc, Algérie, Egypte,

C’étaient de grands projets : des centrales solaires au Sahara qui approvisionneraient l’Europe en énergie. Les centrales électriques sont en cours de construction, mais jusqu’à présent, aucune électricité du désert n’y parvient. Le projet Desertec a-t-il échoué ?

Par Thomas Bormann, ARD Studio du Caire

Skaka, un endroit du sud de l’Arabie saoudite où le soleil brûle du ciel. Le ministre saoudien de l’énergie, le prince Abdelaziz bin Salman, inaugure la nouvelle centrale solaire. Panneaux solaires – à perte de vue. Ils couvrent une superficie de deux kilomètres sur trois. Assez d’électricité doit être produite ici pour 75 000 foyers. Et la centrale électrique de Skaka n’est qu’une parmi tant d’autres : le ministre annonce fièrement que sept autres centrales électriques fonctionnant aux énergies renouvelables vont bientôt ouvrir dans le Royaume d’Arabie saoudite.

L’énergie solaire et éolienne est en hausse – à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, du Maroc à Oman. « Les projets explosent », constate Paul van Son, responsable de Desert Energy, basé à Dubaï. « Les énergies renouvelables sont clairement l’avenir de cette région.

« Le responsable de l’énergie néerlandais a également été co-fondateur de la société Desertec. Il ne considère pas le projet comme un échec. Mais à l’époque, en 2008, Desertec avait une sorte d’anomalie congénitale, dit-il : « Il y a environ 14 ans, les gens étaient trop concentrés sur l’électricité pour nous en Europe ou en Allemagne. »

Un projet comme à l’époque coloniale ?Dans des pays comme le Maroc ou l’Égypte, l’idée n’a pas été bien accueillie, à savoir construire d’énormes centrales solaires à votre porte, mais ne pas pouvoir les utiliser vous-même. Après tout, l’électricité produite devrait être acheminée vers l’Europe, alors que chez nous, au Maroc ou en Égypte, l’électricité est constamment défaillante en raison d’un mauvais approvisionnement énergétique. Pour certains critiques, Desertec ressemblait à un projet de l’époque coloniale.

Donc Desertec a non seulement changé le nom en « Desert Energy », mais aussi la stratégie. « Vous ne pouvez pas exporter depuis une zone qui n’est pas encore prête », déclare Paul van Son. « Vous devez d’abord vous assurer que l’approvisionnement local en électricité fonctionne, que le mix énergétique est également principalement sans émissions. Et bientôt ce sera comme ça que l’on pourra dire : nous aussi, nous avons des excédents et la région peut exporter.

« Maroc, Algérie, Egypte – les centrales solaires et les éoliennes sont connectées au réseau partout. La société Desert Energy n’apparaît pas comme investisseur elle-même. Elle conseille, elle se considère comme une « facilitatrice ». « Nous poussons des projets ou nous amenons les gouvernements à accélérer l’ensemble de la transition énergétique », déclare van Son.

La confiance de l’Arabie Saoudite

Des émirats comme Dubaï et Abu Dhabi sont depuis longtemps en concurrence avec l’Arabie saoudite pour être le numéro un des énergies renouvelables dans le monde arabe. Le pétrole est fini, le soleil ne l’est pas. Et l’énergie solaire peut être obtenue particulièrement bon marché dans le désert, à des prix extrêmement bas. Le ministre saoudien de l’énergie, le prince Abdelaziz, parle même d’un record mondial : « Dans cette centrale solaire, il ne coûte que 1,04 centimes américains pour produire un kilowattheure d’électricité. Mes collègues ici du secteur de l’énergie et moi-même disons au monde : Nous sommes le site énergétique le moins cher, le plus performant et le plus efficace au monde.

« Cela semble confiant. « L’Arabie saoudite a très bien compris que cette transition, ce tournant, que c’est l’avenir de l’Arabie saoudite », estime van Son, peut-être dans 20 ou 30 ans. « Mais je parie que ce sera beaucoup plus rapide que ce dont nous pouvons rêver aujourd’hui.

« La vision de Desertec se réaliserait alors après tout – et en Allemagne aussi, la soif d’énergie pourrait être étanchée avec l’électricité du désert.

ARD-aktuell / tagesschau.de, 15 mai 2022

LIRE AUSSI : Un ministre allemand accuse la France d’avoir saboté le Projet Desertec en Algérie

LIRE AUSSI : Desertec: Le niet de l’Algérie

LIRE AUSSI : Transition énergétique juste ou « colonialisme vert »?

#Allemagne #DesertecProject #Electricité #Energie_renouvelable #Maroc #Algérie #Egypte