OTAN-Russie : A quels scénarios s’attendre ?

OTAN-Russie : A quels scénarios s’attendre ? – Ukraine, Finlande, Suède, Turquie,

Les discussions, assez avancées, à propos de l’adhésion de la Finlande et la Suède à l’Otan reflètent-elles vraiment un échec de Poutine et une consolation, aussi maigre soit-elle, pour les Occidentaux ? L’opération militaire engagée par la Russie en Ukraine a complètement bouleversé l’Europe, et le monde, changeant profondément les opinions des populations de pays voisins directs de la Russie, particulièrement les pays nordiques. La Finlande, qui partage avec la Russie une longue frontière de 1 340 kilomètres, semble plus que jamais pressée de conclure son adhésion à l’Otan depuis l’éclatement de la guerre en Ukraine. Avant le 24 février, à peine 20 % des finlandais souhaitaient une adhésion à l’Otan, et après cette date, ils sont plus de 65 % de voix favorables à cette adhésion.

Selon les informations en circulation, les autorités finlandaises ont entamé les démarches de l’adhésion de leur pays à l’Otan en mars dernier, en se rendant aux Etats-Unis où les discussions à ce sujet ont été sérieusement engagées à la Maison Blanche. On voit bien que ce dossier n’a pas été ouvert hier, mais sa médiatisation outrancière, elle, ne remonte qu’à ces trois derniers jours. Pourquoi maintenant ? Cherche-t-on à perturber la concentration des Russes sur le front ukrainien ?

L’insécurité ambiante et la peur de voir un jour la Russie se tourner contre eux, a poussé les gouvernements finlandais et suédois à faire ce choix, qui n’était pas à l’ordre depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. L’attaque militaire russe contre l’Ukraine a-t-elle fait sauter la vieille neutralité finlandaise ? A vrai dire, la neutralité de ces deux pays a pris fin en 1995, à la suite de leur adhésion à l’Union européenne et la ratification dans ce sillage des clauses de sécurité du traité de l’UE. Et si la Finlande et la Suède sont assurées de bénéficier de ces clauses de sécurité liant les pays de l’UE, soit une défense commune et solidaire en cas de menace militaire contre l’un des pays membres, pourquoi alors a-t-on besoin du parapluie de l’Otan ? Peut être à cause du fait que l’Europe n’a pas encore bien mis en place cette stratégie de défense commune, et c’est pour cette raison que les autres membres de l’UE sont presque tous membres de l’Otan, sauf Malte, Chypre, l’Autriche et l’Irlande, et bénéficient de la garantie de défense du traité de l’Otan. Deux pays en quête de protection, poussés par la Russie dans le giron de l’Otan dans le sillage de son ‘opération militaire spéciale’ en Ukraine ? Bien évidemment que cette adhésion dérangerait la Russie, qui a déployé ses troupes militaires en Ukraine pour prévenir, précisément, l’extension de l’Otan à ses frontières. Est-ce à dire, les mêmes causes produisant les mêmes effets, que la Russie va agir de la même façon avec ces deux nordiques ?

De toute évidence, la Finlande et la Suède ne sont pas l’Ukraine, qui est la deuxième république fédérée de l’ex-URSS par sa population. La symbolique, en sus de l’importance géostratégique de cette région, ne sont plus à souligner pour la Russie. La situation reste toutefois ouverte à tous les scénarios. En attendant l’officialisation de la demande d’adhésion de la Finlande et la Suède à l’Alliance atlantique, la Turquie (membre de l’Otan depuis 1952) vient jouer le trouble-fête, affichant son opposition à ce projet (un seul membre de l’Otan peut bloquer toute demande d’adhésion), accusant ces deux pays d’être des «maisons d’hôte pour organisations terroristes».

Abdelkrim Zerzouri

Le Quotidien d’Oran, 15 mai 2022

LIRE AUSSI : Russie – Otan : Lignes rouges

LIRE AUSSI : Ukraine: la Russie a lancé une attaque « préventive »
LIRE AUSSI : USA-Russie: Pas de gagnants dans une guerre nucléaire

#OTAN #Russie #Ukraine #Finlande #Suède