C-24: Le Sahara occidental, Malouines et Gibraltar au premier plan

C-24: Le Sahara occidental, Malouines et Gibraltar au premier plan – Comité de décolonisation, Nations Unies, Séminaire régional du Pacifique sur la décolonisation,

CASTRIES, Sainte-Lucie, 12 mai – La question de longue date de la décolonisation du Sahara occidental, des îles Falkland (Malvinas) * et de Gibraltar a occupé le devant de la scène aujourd’hui, alors que le Séminaire régional du Pacifique sur la décolonisation entrait dans sa deuxième journée.

Tenu sous les auspices du Comité spécial sur la décolonisation, le thème du séminaire est « Progrès des territoires non autonomes à travers la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19) et au-delà ». (Pour plus d’informations, voir le communiqué de presse GA/COL/3355 du 11 mai 2022).

Gavin Short, des îles Falkland (Malvinas), a déclaré que sa famille vivait dans le territoire depuis 173 ans. Décrivant les Falklands (Malvinas) comme un territoire d’outre-mer du Royaume-Uni, il a déclaré qu’ils avaient amplement démontré leur volonté de maintenir le statu quo lors du référendum de mars 2013, lorsque 99,8 % d’entre eux avaient voté à 92 % en ce sens. Le référendum a été observé au niveau international pour s’assurer que le vote était libre et équitable, a-t-il ajouté.

Joseph Bossano, ancien ministre en chef de Gibraltar, a rappelé l’affirmation par le Comité spécial en 1964 que la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux était pleinement applicable à Gibraltar, et son invitation au Royaume-Uni et à l’Espagne à entamer des négociations, conformément avec la Charte. Il a également rappelé qu’à 25 ans, il avait décidé de militer pour la décolonisation de Gibraltar et de s’opposer à sa rétrocession à l’Espagne. Notant que 2022 est la trentième année au cours de laquelle il s’adresse aux États membres pour défendre le droit de Gibraltar à l’autodétermination, il a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce que cela prenne autant de temps. Il a poursuivi en déclarant que Gibraltar avait augmenté son niveau d’autonomie, l’Espagne s’y opposant à chaque pas. Malgré le traité de paix de 1713, en vertu de laquelle elle a cédé à perpétuité le rocher de Gibraltar de 4 kilomètres carrés, l’Espagne se plaint que les Britanniques ont ensuite pris 1 km² supplémentaire de l’isthme, a-t-il souligné. Désormais, personne à Gibraltar ne soutient un retour aux négociations de Bruxelles ou aux discussions de souveraineté entre l’Espagne et le Royaume-Uni, avec ou sans la participation de Gibraltar, a-t-il souligné.

Sidi Mohamed Omar, Front populaire de libération de la Saguía el-Hamra et du Río de Oro (Frente Polisario), a noté que la question du Sahara occidental, dernier territoire non autonome d’Afrique, était à l’ordre du jour du Comité spécial depuis décembre 1963, soulignant que la raison principale est très claire – la poursuite de l’occupation militaire illégale du Maroc depuis 1975. La situation du peuple sahraoui dans les territoires sous occupation illégale s’est détériorée en raison de la pandémie de coronavirus à un moment où l’État occupant continue d’intensifier son pratiques et politiques répressives et coloniales, a-t-il dit, citant la répression en cours contre les civils sahraouis et les militants des droits de l’homme. Le Maroc modifie également la nature démographique du Territoire par des politiques de peuplement intensives et incitatives, destruction du patrimoine culturel et pillage des ressources naturelles, a-t-il déclaré. La seule option est de défendre les principes de la légalité internationale et de conclure la décolonisation du Sahara Occidental par l’expression libre, authentique et démocratique de la volonté souveraine du peuple sahraoui dans l’exercice de son droit inaliénable et non négociable à l’auto- détermination et indépendance, a-t-il souligné.

Bahiya Ghalla, Sahara occidental, donnant un compte rendu de première main des derniers développements au Sahara marocain, a déclaré que l’élan en faveur de l’initiative d’autonomie du Maroc donne l’espoir qu’une solution politique au différend régional sur le Sahara est plus proche que jamais. Dans une situation qui dure depuis bien trop longtemps, l’initiative d’autonomie du Maroc reçoit un large soutien de l’Afrique, du monde arabe et de l’Europe comme seule option pour mettre fin au conflit régional, a-t-elle souligné, notant que l’établissement de nombreux consulats au Sahara marocain atteste à une reconnaissance croissante de la légitimité de l’initiative. Elle a poursuivi en se décrivant comme faisant partie d’une génération de femmes marocaines jouant un rôle clé dans la conception et la mise en œuvre des politiques nationales de développement, dans le cadre de la vision marocaine de l’égalité des sexes en tant que fondement d’un monde moderne et société démocratique. Les dernières élections, avec un taux de participation de 66 %, ont été une autre étape importante dans le contexte d’une réforme démocratique ambitieuse, a-t-elle dit, soulignant que l’élection de jeunes femmes comme elle lors de ce scrutin a démontré les grands progrès réalisés dans le renforcement de l’égalité des sexes et promouvoir la participation politique des femmes aux niveaux local, régional et national. Soulignant les efforts du Maroc pour mettre en œuvre l’Agenda 2030 pour le développement durable et pour assurer la résilience de ses provinces du sud, elle a déclaré que le Sahara marocain est en train de devenir un pôle économique régional africain. soulignant que l’élection de jeunes femmes comme elle lors de ce vote a démontré les grands progrès réalisés dans le renforcement de l’égalité des sexes et la promotion de la participation politique des femmes aux niveaux local, régional et national. Soulignant les efforts du Maroc pour mettre en œuvre l’Agenda 2030 pour le développement durable et pour assurer la résilience de ses provinces du sud, elle a déclaré que le Sahara marocain est en train de devenir un pôle économique régional africain. soulignant que l’élection de jeunes femmes comme elle lors de ce vote a démontré les grands progrès réalisés dans le renforcement de l’égalité des sexes et la promotion de la participation politique des femmes aux niveaux local, régional et national. Soulignant les efforts du Maroc pour mettre en œuvre l’Agenda 2030 pour le développement durable et pour assurer la résilience de ses provinces du sud, elle a déclaré que le Sahara marocain est en train de devenir un pôle économique régional africain.

Paula Vernet, experte, a relevé le différend de souveraineté entre l’Argentine et le Royaume-Uni et a invité les deux à reprendre des négociations directes, en tenant compte des intérêts des habitants des Malvinas. Il a ajouté que le Royaume-Uni n’avait pas accepté l’offre de l’Argentine de les aider pendant la pandémie de COVID.

Le représentant de l’Espagne a déclaré que son pays avait cédé Gibraltar au Royaume-Uni en 1713 en vertu du traité d’Utrecht. Le Royaume-Uni a expulsé les Espagnols qui habitaient Gibraltar à l’époque, a-t-il ajouté, soulignant que l’Espagne n’a jamais consenti à l’occupation de l’isthme. La même chose peut être dite des eaux autour de Gibraltar et de l’espace aérien suprajacent, a-t-il déclaré. Rappelant que les séminaires régionaux passés ont appelé l’Espagne et le Royaume-Uni à tenir des pourparlers sur une solution négociée définitive, il a déclaré qu’ils étaient parvenus à des accords bilatéraux sur Gibraltar dans le cadre du Brexit, avec l’objectif ultime de créer une zone de prospérité partagée englobant la toute la zone de Campo de Gibraltar et Gibraltar.

Le représentant de l’Argentine a déclaré que la question des Malouines est une situation coloniale particulière impliquant un conflit de souveraineté entre son pays et le Royaume-Uni. Dans la résolution 2065 (XX), a-t-il rappelé, l’Assemblée générale a établi que le moyen de mettre fin à la situation coloniale passe par des négociations bilatérales entre les deux seules parties au différend, en tenant compte des intérêts des habitants du territoire. Notant que la composition de sa population est le résultat de la colonisation initiée par le Royaume-Uni en 1833, il a souligné que la législation coloniale illégitime visait dès le départ à préserver le « caractère britannique » de la population du Territoire et à rendre difficile la peuple argentin de s’installer sur les îles. Seules quatre personnes nées sur le continent argentin résidaient sur le territoire en 2016, a-t-il souligné, soulignant que le droit à l’autodétermination n’est donc pas applicable à la question des Malouines. Il a poursuivi en décrivant le référendum de 2013 comme un acte unilatéral du Royaume-Uni, sans légitimité ni reconnaissance par les Nations Unies. En 1966, le ministre britannique des Affaires étrangères a accepté d’engager des négociations sur la souveraineté, une évolution officiellement communiquée au Secrétaire général, a-t-il rappelé. Le conflit de 1982 n’a pas modifié la nature du différend, a-t-il déclaré, exprimant la volonté de l’Argentine de reprendre les négociations. le ministre britannique des Affaires étrangères a accepté d’engager des négociations sur la souveraineté, un développement officiellement communiqué au Secrétaire général, a-t-il rappelé. Le conflit de 1982 n’a pas modifié la nature du différend, a-t-il déclaré, exprimant la volonté de l’Argentine de reprendre les négociations. le ministre britannique des Affaires étrangères a accepté d’engager des négociations sur la souveraineté, un développement officiellement communiqué au Secrétaire général, a-t-il rappelé. Le conflit de 1982 n’a pas modifié la nature du différend, a-t-il déclaré, exprimant la volonté de l’Argentine de reprendre les négociations.

Le représentant de Sainte-Lucie, notant la nomination de Staffan de Mistura au poste d’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, s’est félicité de ses efforts pour reprendre les consultations en table ronde en vue d’une solution durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara occidental. Il a également salué l’initiative d’autonomie du Maroc.

Le représentant de la Côte d’Ivoire a exprimé le plein soutien de sa délégation à l’initiative d’autonomie du Maroc, affirmant qu’elle tient compte des spécificités de la région et est conforme au droit international, à la Charte des Nations Unies et aux résolutions pertinentes.

Le représentant de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, soulignant le besoin urgent d’une solution mutuellement convenue à la question du Sahara occidental, a déclaré qu’un dialogue inclusif est un outil important pour construire des ponts. Il a poursuivi en déclarant que l’initiative d’autonomie du Maroc est digne, basée sur la réalité politique et le compromis, notant un soutien international croissant pour elle comme une proposition crédible.

Le représentant de la Grenade s’est félicité de la nomination de l’Envoyé personnel du Secrétaire général et de l’initiative d’autonomie du Maroc.

Le représentant de la Sierra Leone a souligné que la résolution 2602 (2021) du Conseil de sécurité appelle le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie à coopérer plus pleinement entre eux. Il a exprimé son soutien à l’initiative d’autonomie du Maroc.

Le représentant de l’Indonésie s’est félicité de la nomination de l’Envoyé personnel du Secrétaire général. S’agissant des Falkland (Malvinas), il a déclaré qu’un règlement pacifique et négocié des questions entre les deux gouvernements concernés était la meilleure voie à suivre.

La représentante de Cuba a déclaré que le différend entre l’Argentine et le Royaume-Uni devait être réglé par des négociations, ajoutant que sa délégation s’opposait à l’envoi d’une mission de visite aux Malouines.

Le représentant de la Syrie a déclaré qu’une solution pacifique négociée est le seul moyen de mettre fin au différend entre l’Argentine et le Royaume-Uni. Exprimant son soutien aux droits légitimes de l’Argentine sur les îles Malvinas, les îles de Géorgie du Sud, les îles Sandwich du Sud et les zones maritimes environnantes, elle a appelé le Royaume-Uni à engager le dialogue.

Le représentant d’Antigua-et-Barbuda s’est félicité des efforts déployés par le nouvel Envoyé personnel pour reprendre le processus des tables rondes, notamment lors de sa première visite dans la région en janvier. Notant les efforts déployés pour libérer l’Amérique latine du colonialisme et des colonies, il a appelé l’Argentine et le Royaume-Uni à régler leur différend souverain sur les Malouines.

Le représentant de la Bolivie a souligné que la question des Malouines n’est pas seulement une question bilatérale, mais une question régionale et mondiale. Exprimant sa solidarité avec l’Argentine, il a souligné que la seule voie à suivre est de reprendre les négociations. La Bolivie s’oppose à une mission de visite, a-t-il ajouté.

Le représentant du Chili, mettant en garde contre les décisions unilatérales, a exprimé des doutes quant à la capacité du Comité spécial à mener une mission de visite en raison du conflit de souveraineté existant.

Le représentant du Timor-Leste a exprimé son soutien aux droits inaliénables du peuple sahraoui, tout en saluant la nomination de l’Envoyé personnel. Il a poursuivi en exhortant l’Argentine et le Royaume-Uni à poursuivre le dialogue.

La représentante de la Dominique, soulignant l’importance de l’implication de l’ONU dans la recherche d’une solution à la question du Sahara occidental, a réaffirmé l’appui de sa délégation au plan d’autonomie du Maroc et a salué ses efforts dans le développement du territoire.

Le représentant du Venezuela a exprimé son soutien à l’Argentine et a appelé le Royaume-Uni à reprendre les négociations directes, tout en qualifiant d’inappropriée une mission de visite aux Malouines. Déplorant que le peuple sahraoui n’ait pas pu exercer son droit à l’autodétermination, il a déclaré que la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) ne s’était pas pleinement acquittée de son mandat. Il est nécessaire de réactiver le processus politique pour le Sahara occidental, a-t-il ajouté, demandant au Secrétaire général d’envisager d’envoyer une mission de visite dans le territoire pour obtenir des informations sur le terrain.

Le représentant de l’Algérie, soulignant que le Front Polisario est le seul représentant du peuple sahraoui, a précisé que son pays n’est pas une partie au conflit, mais un observateur à ses côtés. Rejetant la tentative du Maroc de changer la nature du conflit, il a rappelé que le Sahara occidental est resté sur la liste des territoires non autonomes depuis 1963 et a exhorté le Comité spécial à utiliser tous ses outils, y compris les missions de visite.

Le représentant de l’Angola s’est dit préoccupé par la détérioration de la situation humanitaire résultant du conflit et de la pandémie.

Le représentant du Belize s’est dit préoccupé par le fait que les aspirations légitimes du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance ont été contrecarrées et entravées pendant près de 50 ans. Au lieu de la mise en œuvre du plan de règlement accepté par toutes les parties et approuvé par le Conseil de sécurité, le conflit a de nouveau éclaté, a-t-il noté.

Le représentant du Botswana a regretté que le Sahara occidental reste la seule colonie d’Afrique, appelant au respect des droits inaliénables du peuple sahraoui. Une mission de visite dans le territoire se fait attendre depuis longtemps, a-t-il souligné.

Le représentant du Brésil, appelant à l’application du principe d’intégrité territoriale, a exhorté le Royaume-Uni à cesser les actes unilatéraux d’exploration et d’exploitation des ressources naturelles. Il devrait également s’abstenir de promouvoir des exercices militaires dans une zone dont la souveraineté est contestée, a-t-il dit, soulignant que l’Atlantique Sud est une zone de paix et de coopération.

Le représentant de la Gambie s’est joint aux autres pour saluer la nomination de l’Envoyé personnel et a exprimé le plein appui de sa délégation à la pleine souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.

Le représentant du Mexique a exprimé son soutien au droit légitime de l’Argentine sur les Malvinas, exhortant le Royaume-Uni à reprendre les négociations sur une solution mutuellement acceptable à leur différend de souveraineté et à s’abstenir de toute modification unilatérale du territoire. Concernant le Sahara occidental, il a souligné l’importance d’écouter la volonté du peuple et son besoin d’exercer son droit à l’autodétermination.

Le représentant de la Namibie a exprimé sa sympathie pour ceux qui sont privés de leur droit à l’autodétermination, y compris le peuple sahraoui, soulignant que la décolonisation de l’Afrique ne sera pas complète tant que le peuple du Sahara occidental n’aura pas décidé de son statut futur par un référendum libre et équitable.

Le représentant du Maroc, notant que Mme Bahiya représente des milliers de personnes au Sahara marocain, a condamné la déclaration du délégué de l’Algérie affirmant que son pays n’est pas partie au conflit. « C’est une nouvelle pour moi », a-t-il dit, se demandant pourquoi l’Algérie négocie au nom du Front Polisario et fait campagne pour lui. Il a poursuivi en exhortant l’Algérie à permettre au peuple kabyle de choisir son propre avenir.

M. Omar a déclaré que toute délégation représentant « un autre Sahara » s’est trompée d’endroit car le Comité spécial n’examine que la question du Sahara occidental.

Le représentant de l’Algérie a déclaré que le Maroc masquait la vérité et déformait les résolutions des Nations Unies.

Le représentant du Maroc a rejeté l’accusation de dénaturation des documents des Nations Unies, affirmant qu’il pouvait transmettre sa déclaration à son homologue algérien. Il a poursuivi en demandant pourquoi la frontière entre les deux pays reste fermée.

Le représentant de l’Algérie a déclaré que le Maroc ignore les données historiques, rappelant à son homologue qu’Alger a fermé la frontière parce que des armes et de la drogue traversaient son pays.

M. Omar a déclaré que c’était le Maroc qui avait divisé le Sahara Occidental, demandant à Rabat d’autoriser le Comité spécial à se rendre au Sahara Occidental.

Le représentant du Maroc a déclaré que l’Algérie appauvrissait sa propre population en armant le Front Polisario.

Le représentant de Cuba a affirmé son soutien au peuple du Sahara occidental et à son droit à l’autodétermination.

Le représentant de la Bolivie a réaffirmé la nécessité essentielle du dialogue.

Au début de la session, le Séminaire a entendu les commentaires des orateurs restés de la discussion de la veille sur la situation en Nouvelle-Calédonie.

Roch Wamytan, expert, a déclaré qu’avec 56% des électeurs boycottant le troisième référendum au milieu des impacts du COVID-19, la Nouvelle-Calédonie est dans une impasse politique.

Julien Boanemoi, expert, a déclaré que la Nouvelle-Calédonie n’a pas été épargnée par les effets de la pandémie, décrivant les difficultés de la vie et l’accès aux services sous les restrictions induites par le COVID.

Naia Wateou, experte, a noté que toutes les communautés, pas seulement les Kanaks, étaient confrontées à des défis, soulignant que le virus ne fait pas de politique. Elle a déclaré que le troisième référendum s’était déroulé dans des conditions acceptables et que l’appel au boycott était une décision politique.

La représentante de la France a fait écho à cet orateur, affirmant que son pays était prêt à relancer les consultations sur la base de l’accord de Nouméa et à tout mettre sur la table.

Mike Forrest, membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, a rappelé que les taux de participation lors des deux premiers référendums en 2018 et 2020 dépassaient 80 %, mais n’étaient que de 43 % en 2021. L’impact du COVID a vraiment changé la vie en Nouvelle-Calédonie, il souligné.

Le séminaire a également entendu Simona Marinescu, coordonnatrice résidente des Nations Unies basée à Samoa, et Dale Alexander, chef du Centre caribéen de gestion des connaissances de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), qui ont fait des présentations vidéo préenregistrées sur le rôle du système des Nations Unies dans les efforts d’assistance aux territoires.

En 1960, l’Assemblée générale a adopté la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, proclamant par la suite la Décennie internationale de l’élimination du colonialisme (1990 à 2000), ainsi que les deuxième et troisième Décennies internationales (2001-2010 et 2011-2020). Plus de 80 anciennes colonies ont obtenu leur indépendance depuis la création de l’Organisation des Nations Unies, mais 17 territoires non autonomes restent sous la tutelle de l’organe de 29 membres, officiellement connu sous le nom de Comité spécial sur la situation en ce qui concerne la la mise en œuvre de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux.

Les territoires non autonomes sont les Samoa américaines, Anguilla, les Bermudes, les îles Vierges britanniques, les îles Caïmans, les îles Falkland (Malvinas), la Polynésie française, Gibraltar, Guam, Montserrat, la Nouvelle-Calédonie, Pitcairn, Sainte-Hélène, Tokelau, Turks et Caicos Îles, Îles Vierges des États-Unis et Sahara occidental. Les puissances administrantes sont la France, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Le Séminaire se réunira de nouveau le vendredi 13 mai pour conclure ses travaux.

__________
* Un différend existe entre les Gouvernements de l’Argentine et du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord concernant la souveraineté sur les îles Falkland (Malvinas).

United Nations, 12 mai 2022

#SaharaOccidental #Gibraltar #Malouines #Falkland #Comité_décolonisation

Be the first to comment

Leave a Reply