Amener le Maroc à accepter le rapatriement des siens

Amener le Maroc à accepter le rapatriement des siens – Pays Bas, migration, sans papiers, clandestins,

J’attends avec impatience des vacances au Maroc, car pour l’instant je ne le connais que par le film : L’homme qui en savait trop d’ Alfred Hitchcock qui commence par Jimmy Stewart et Doris Day (« Que sera, sera ») dans un beau mais voyage en bus chaleureux à Marrakech. Cette ville culturelle était également aimée de Winston Churchill, qui y installait souvent et volontiers son chevalet. Et aux Pays-Bas, tout le monde connaît des Néerlandais marocains éminents comme Ahmed Aboutaleb (maire de Rotterdam), Ahmed Marcouch (maire d’Arnhem) et Khadija Arib (ancienne présidente de la Chambre des représentants ; si elle avait été là, elle aurait certainement utilisé sa position pour aider Pieter Omtzigt plus que les deux minutes embarrassantes de temps de parole qu’il a reçues cette semaine de Vera Bergkamp, ​​membre du D66, dans le débat sur le scandale des allocations).

Les Pays-Bas peuvent désormais faire bon usage de la récente visite de la présidente de l’UE von der Leyen au Maroc. Il a promis 1,6 milliard d’argent de l’UE au Maroc le 6 février, en échange de la promesse que le Maroc fera des efforts pour renforcer ses relations avec l’UE.

Von der Leyen a parlé principalement des futures actions environnementales du Maroc, ce qui est formidable, mais le Maroc n’a pas encore fait un grand pas dans un autre domaine pour devenir un véritable ami des Pays-Bas (et du Danemark, de l’Allemagne, de l’Autriche et d’autres membres de l’UE) : respecter l’article 12.4 du PIDCP, qui stipule que toute personne a le droit de retourner dans son pays d’origine.

Demander un permis de travail à Rabat

Le Maroc a signé ce traité de l’ONU puis l’a introduit officiellement le 3 août 1979, mais crée des problèmes pour l’Europe avec le refus systématique de réadmettre des ressortissants marocains dans leur patrie lorsqu’un État de l’UE ne veut pas les accueillir en tant qu’immigrants économiques. Ceci est non seulement contraire au PIDCP mais également à la Déclaration universelle des droits de l’homme (article 13.2) : « Toute personne a le droit de retourner dans sa patrie ». (NB : Même si un gouvernement retire la nationalité d’une personne, sa patrie reste sa patrie et selon les juristes il conserve le droit de retour).

Pourquoi est-ce si important pour les Pays-Bas ? Nous ne pouvons pas mettre les soi-disant « demandeurs d’asile déboutés » du Maroc dans un avion à destination de Rabat parce que le Maroc refuse de les admettre. Chaque année, plusieurs centaines de jeunes hommes marocains veulent s’installer aux Pays-Bas, non pas en tant que « demandeurs d’asile », parce que le Maroc ne les a pas persécutés, mais pour un meilleur avenir financier. Dans les relations normales entre le Maroc et les Pays-Bas, ils devraient d’abord demander un permis de travail à l’ambassade des Pays-Bas à Rabat, sachant que s’ils se présentent à Ter Apel sans un tel permis, ils seront détenus et renvoyés dans leur pays d’origine. dès que possible.

Arrêtez avec la rhétorique bon marché

La réalisation d’un avenir aussi normal nécessite un plan minutieux étape par étape :

Le ministre des Affaires étrangères Hoekstra doit définitivement cesser de critiquer avec condescendance les pays de la Méditerranée. Hoekstra et ses prédécesseurs Dijsselbloem et ‘il duro’ Zalm n’ont rien fait et n’ont fait que semer la zizanie avec leurs déclarations vulgaires sur l’Italie. Pensez par vous-même : pourquoi les politiciens italiens s’en soucieraient-ils ? La rhétorique bon marché pour le Bühne doit cesser, car le Maroc est également plus susceptible de négocier si le respect est démontré.
Hoekstra serait sage de demander conseil à l’Espagne qui a de l’expérience dans la négociation des réfugiés du Maroc. L’Espagne et le Maroc doivent régulièrement résoudre des problèmes concernant les enclaves espagnoles contestées au Maroc qui – si la sécurité des frontières marocaines échoue par erreur ou volontairement – offrent soudainement à des milliers de réfugiés une chance d’admission dans l’UE.
Hoekstra peut en partie faire appel à l’intérêt personnel marocain. 70 % des garçons marocains n’ont toujours pas les compétences de base en lecture à la fin de l’école primaire (source : Banque mondiale). Les 30 % restants qui savent lire sont désespérément nécessaires dans leur propre pays s’ils veulent se développer mieux qu’avant. Qu’est-ce que des hommes et des femmes du calibre d’Aboutaleb, de Marcouch et d’Arib ne pourraient pas apporter ? Les Pays-Bas pourraient promettre de ne pas délivrer de permis de travail aux garçons et aux filles marocains très instruits, qui sont si nécessaires dans leur propre pays, par exemple en tant que futurs cadres ou en tant que médecins (les Pays-Bas ont cinq fois plus de médecins pour 1000 habitants que le Maroc ).

En échange de cette promesse, le Maroc devrait accepter que notre ambassade à Rabat dise « non » dans la plupart des cas aux garçons et aux filles qui n’ont pas terminé correctement l’école primaire (le fait de ne pas savoir lire joue un rôle moins important chez les filles, dont 40 % sont alphabétisées).

Aussi des accords avec d’autres pays

Je ne connais pas les règles administratives de l’UE – tous les États membres doivent-ils accepter les 1,6 milliard ? Mais tout le monde sait que les États membres mettent parfois des bâtons dans la roue européenne pour forcer quelque chose qui leur tient à cœur. Pour les Pays-Bas, il s’agit de mettre fin à l’immigration massive de jeunes hommes marocains aux Pays-Bas, qui doivent ensuite traîner avec nous pendant six mois ou plus, en attendant le 1 % de chance (le chiffre réel de l’année dernière) que ils peuvent rester, et entre-temps, créer des problèmes pour les chauffeurs de bus, la police et la surveillance par ennui compréhensible, et aussi alimenter la théorie toxique de Wilders selon laquelle les jeunes analphabètes du Maroc ne rentrent pas ici à cause de leur religion

Enfin, un bon accord avec Rabat peut servir d’exemple pour des pactes similaires avec d’autres pays qui refusent de réadmettre leurs propres citoyens en violation des traités de l’ONU (la Tunisie encore cette année). L’Europe donne à gauche et à droite tellement d’argent à ses voisins amis qu’elle peut aussi faire des demandes. Et puis une situation beaucoup plus pure se rapproche dans laquelle Ter Apel peut se concentrer sur de vrais demandeurs d’asile qui ont dû fuir leur pays, tandis que les immigrés économiques font évaluer leurs papiers à l’ambassade des Pays-Bas dans leur pays de résidence.

Eduard Bomhoff, professeur d’économie

Winia’s week, 14 mai 2022

LIRE AUSSI : Maroc-Espagne. Une immigration clandestine croissante

LIRE AUSSI : Migration: Les plans de l’UE pour le Maroc, la Libye…

LIRE AUSSI : Le Maroc brandit l’arme de la migration illégale

#Maroc #PaysBas #Migration #Rapatriement

Be the first to comment

Leave a Reply