Sahara Occidental: Comment le Maroc a voulu piéger la Turquie

Sahara Occidental: Comment le Maroc a voulu piéger la Turquie – Mevlut Cavusoglu, Nasser Bourita, Coalition mondiale de lutte contre Daech,

C’est décidément la brouille aussi entre la Turquie et le Maroc. Le grave dérapage diplomatique auquel s’est livré le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita a l’égard de son homologue turc Mevlut Cavusoglu mercredi à Rabat a jeté un froid dans les relations entre les deux pays.

Le communiqué publié par le ministère turc des affaires étrangères jeudi sur la question du Sahara Occidental a vite fait de révéler le subterfuge et la manipulation auxquelles a été conviée Ankara contre son grès.

Cavusoglu se trouvait au Maroc pour assister à une réunion ministérielle de la baptisée “la Coalition mondiale de lutte contre Daech”, accueillie dans la ville de Marrakech.

Un évènement que le Makhzen marocain souhaitait utiliser pour accréditer la thèse selon laquelle le Front Polisario serait elle aussi une entité terroriste. Une hérésie à laquelle aucun participant n’a souscrit compte tenu du fait que le Polisario étant considéré par l’ONU comme le représentant légitime du peuple sahraoui.

Or, à l’issue de la conférence de presse entre Bourita et Cavusoglu organisée en marge de cette conférence, la presse marocaine avait attribué au ministre turc des propos selon lesquels la Turquie reconnait la “souveraineté” du Maroc sur le Sahara Occidental. Une manœuvre qui a outré les autorités turques y voyant une ” inacceptable atteinte aux intérêts suprêmes ” de l’ancienne puissance ottomane.

Mais qu’est ce qui a poussé la presse marocaine a attribué à la Turquie une position en porte-à-faux avec sa doctrine diplomatique et qu’est-ce qui a amené Ankara à recadrer Rabat?

Contacté par le Jeune Indépendant, ce vendredi 13 mai, une source responsable au sein du ministère turc des affaires étrangères a expliqué, que “les marocains ont voulu piéger M. Cavusoglu lors de la conférence de presse dont le thème central était l’effort mené par la communauté internationale contre le terrorisme”, ajoutant que “des médias marocains vraisemblablement briffé à l’avance ont dérapé sur la question du Sahara Occidental”.

Ce responsable qui est chargé du dossier Maghreb au ministère turc des affaires étrangères et ancien diplomate en Libye a surtout précisé que les “marocains ont tenté de piéger notre ministre et ont interrompu la conférence de presse avant qu’il ne puisse évoquer la position de notre pays sur le Sahara occidental”, soulignant que le but inavoué de M. Bourita “était d’obtenir une déclaration sur la souveraineté des pays et la détourner à son avantage quitte à mettre en péril les relations de confiance entre la Turquie et le Maroc.”

Selon lui, il s’agit d’”un hold-up diplomatique qui brise la confiance entre nos deux pays et met nos diplomates en garde contre de tels dérapages lorsqu’il s’agit du Maroc” car ce genre de manœuvres, a-t-il poursuivi, “visent à nuire aux relations entre la Turquie et l’Algérie ce qui est en soi une atteinte aux intérêts suprêmes de notre Etat”.

Suite à cet incident, Ankara s’est empressée de recadrer le Maroc. Dans un communiqué rendu public jeudi 12 mai, le ministère turc des Affaires étrangères a démenti les informations relayées par de presse marocaine faisant état de la reconnaissance par la Turquie de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. «La Turquie plaide pour une solution politique à la question sahraouie dans le cadre des résolutions pertinentes de l’ONU» a assené le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l’ambassadeur Tanju Bilgiç.

Il a rappelé la constante position turque qui « défend la mise en place d’une solution politique à la question du Sahara occidental dans le cadre des résolutions pertinentes de l’ONU et par le biais d’un dialogue entre les parties ».

Le porte-parole a surtout précisé que la Turquie soutient l’intégrité territoriale et la souveraineté de tous les pays de la région à « l’intérieur de leurs frontières internationalement reconnues ».

La réaction d’Ankara constitue une douche froide pour Bourita et son staff qui s’illustrent ainsi par une incompétence criarde en matière d’éthique diplomatique.

Par S. Ould Brahim

Le Jeune Indépendant, 13 mai 2022

LIRE AUSSI : Comment Biden peut résoudre le conflit du Sahara occidental

LIRE AUSSI : Sáhara Occidental: Sanchez víctima del chantaje del Majzén

LIRE AUSSI : Israël offre son soutien au Maroc sur le Sahara occidental

https://www.jeune-independant.net/sahara-occidental-comment-le-maroc-a-voulu-pieger-la-turquie/

Be the first to comment

Leave a Reply