Pegasus : Le PE inclue le Maroc dans son enquête

Pegasus : Le PE inclue le Maroc dans son enquête – Parlement européen, Forbidden Stories, Amnesty International, Sahara Occidental, Catalangate, Pedro Sanchez,

La commission d’enquête Pégase du Parlement européen inclura le Maroc dans ses travaux. Comme l’a appris ce journal, les députés européens vont enquêter sur la responsabilité qui pourrait incomber à Rabat dans l’espionnage de plus de 200 numéros de téléphone espagnols durant l’année 2021, dont ceux du président du gouvernement espagnol et de ses ministres de la Défense et de l’Intérieur.

En effet, l’initiative à laquelle EL ESPAÑOL a eu accès soulève de la part du groupe des libéraux du Renouveau la possibilité d' »établir une mission d’enquête au Maroc dans les plus brefs délais ». La lettre est basée sur les conclusions de Forbidden Stories et Amnesty International sur « l’utilisation illégale des technologies de surveillance par les autorités marocaines contre la société civile au Maroc et au Sahara occidental ».

L’impulsion de ce travail intervient après que l’affaire dite Pegasus a éclaté en Espagne il y a trois semaines et, surtout, après qu’elle a conduit à la violation et au vol de plus de 10,4 gigaoctets de données des téléphones officiels de Pedro Sánchez, Margarita Robles et Fernando Grande-Marlaska, ainsi qu’à la tentative d’intrusion dans celui du ministre de l’agriculture, Luis Planas, ancien ambassadeur au Maroc.

Le fait que les dates des raids sur les appareils des trois personnes ayant la plus grande responsabilité politique en matière de sécurité extérieure et intérieure de l’Espagne coïncident avec la partie la plus dure de la crise avec le Maroc -mai et juin 2021- appuie les soupçons.

Jusqu’à présent, seuls les jours exacts des failles de sécurité sur le téléphone du président ont été révélés : le 19 mai, le lendemain de la visite à Ceuta, après l’assaut de 10 000 personnes parrainé par les autorités de Mohammed VI, et le 31 mai. Les autres intrusions – à Robles, à Marlaska et celle, ratée, à Planas – ont eu lieu quelques semaines plus tard, en juin.

Soupçons sur Rabat

L’initiative, signée par le député européen Jordi Cañas (Cs), fait valoir qu' »en tant que voisin proche, le Maroc est un partenaire privilégié de l’UE dans le domaine de la coopération politique et économique », de sorte que son éventuel manque de loyauté devrait être pris en compte par les institutions européennes.

D’autant plus que la position politique du gouvernement espagnol sur le Sahara occidental a récemment changé. Et le gouvernement n’a pas nié la possibilité de revoir cette mesure, prise pour résoudre les tensions avec Rabat, dans le cas où « il est démontré que Rabat était derrière l’espionnage » et l’utilisation éventuelle des informations téléchargées.

La vérité est que la Moncloa ne nie pas cette possibilité, mais exclut de l’utiliser : « Les relations internationales sont basées sur des faits, pas sur des conjectures », a défendu José Manuel Albares ce mercredi même, après avoir rencontré Naser Burita, son homologue marocain, à Marrakech.

Le document conclut en avertissant que « l’utilisation illicite de logiciels espions contre les États membres de l’UE est tout simplement inacceptable et doit faire l’objet d’une enquête ». Le comité plénier recevra la proposition lors de sa prochaine réunion et devra décider à la majorité.

Les sources consultées comptent sur le fait qu’il « va de l’avant, sans aucun doute ». Ils fondent leur opinion sur la prise de conscience par le gouvernement espagnol des agissements « déloyaux et illégaux » de Rabat, qui « utilise l’immigration comme une arme d’agression ».

La solidarité de l’UE-27 et des représentants de la souveraineté européenne s’est traduite par des déclarations claires de la Commission et du Conseil, ainsi que par une résolution unanime du Parlement européen contre le « chantage » du Maroc.

« Nous avons demandé cette mission au Maroc en raison des indications et des soupçons selon lesquels ce pays pourrait être à l’origine de l’espionnage des téléphones des membres de l’exécutif espagnol », argumente Jordi Cañas, au micro de EL ESPAÑOL. « Les dates des attentats coïncident avec l’entrée massive de milliers de personnes à Ceuta face à la passivité marocaine ».

Le « montage » de l’affaire

La constitution de cette commission de 38 députés, approuvée le 10 mars, a été utilisée par le séparatisme pour supprimer tous les fondements de la « pacification de la Catalogne » promue par Pedro Sánchez, à travers son alliance parlementaire avec Esquerra Republicana.

La commission a été créée précisément la semaine où le New Yorker a publié son rapport sur l’espionnage présumé de 63 hommes politiques, dirigeants et militants du mouvement indépendantiste catalan et basque en Espagne. Ainsi, le 19 avril, le gouvernement a tenté de passer sous silence l’affaire dite Pegasus, affirmant que les révélations n’avaient « rien de nouveau » et que la Moncloa n’avait « rien à cacher ».

Mais la semaine suivante, la première réunion de la commission des députés européens s’est tenue à Bruxelles. Parmi les représentants figuraient trois membres indépendantistes catalans, Carles Puigdemont (ancien président catalan et fugitif de la justice espagnole après le 1-O), de Junts, et les républicains Diana Riba, en tant que deuxième vice-présidente du forum, et Jordi Solé (un autre de ceux qui auraient été espionnés).

Décrire cette coïncidence dans le temps comme un coup de maître pour « gagner le récit une fois de plus », comme l’ont admis des sources gouvernementales à ce journal, est basé sur deux faits.

La première est le timing. Comme l’a admis Jon Iñarritu (député EH-Bildu au Congrès et une autre des victimes présumées de Pegasus), l’information est restée sous embargo pendant un an jusqu’à sa publication. Entre le moment où il a été contacté par Citizen Lab – l’institut de l’Université de Toronto qui a rédigé l’étude – et le moment où le rapport a été révélé dans le magazine New York, plus de 12 mois se sont écoulés, pendant lesquels on lui a fait signer un accord de confidentialité.

La deuxième indication est que la date du 10 mars précitée coïncide avec la suspension sans explication de la troisième réunion de la table ronde de dialogue, de négociation et d’accord par Pere Aragonès.

La Generalitat et le gouvernement national avaient prévu cette nouvelle réunion pour deux semaines plus tard, avec un ordre du jour basé sur des accords sur la langue et la méthode de travail des équipes de négociation. C’est ce qu’ont révélé à ce journal des sources gouvernementales espagnoles, une fois le scandale devenu incontrôlable.

Mardi, il a été révélé qu’une autre initiative au sein de la commission vise à envoyer une mission d’enquête en Espagne. Selon des sources au sein du comité, les partisans de l’indépendance présents « cherchent à assimiler l’Espagne à la Pologne et à la Hongrie », deux pays de l’UE, mais avec des gouvernements autocratiques, dans lesquels les droits fondamentaux ont été violés.

« En ce qui concerne une mission en Espagne de cette même Commission, Ciudadanos ne va pas s’y opposer s’il en est ainsi décidé », a déclaré Cañas à ce journal. « Il s’agit d’enquêter sur l’attaque du téléphone du président du gouvernement et de plusieurs ministres et non sur la surveillance des appareils des politiciens sécessionnistes, qui a été effectuée sur ordre judiciaire ».

Le mouvement indépendantiste a fondé tout le scandale sur son espionnage présumé, le gouvernement espagnol a révélé sa vulnérabilité et ne sait pas comment gérer l’affaire. Toutefois, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a prévenu dans une récente interview accordée à EL ESPAÑOL qu’ils « enquêteront sur tout ce qui est nécessaire » concernant l’utilisation illégale de Pegasus et d’autres programmes d’espionnage similaires.

Dans ce maelström politique, avec le ministre de la Défense qui s’en prend au Congrès au mouvement indépendantiste –  » que doit faire un État quand il est attaqué ?  » -, des accusations croisées au sein même du gouvernement, des demandes de  » têtes à tomber  » personnifiées par Robles elle-même, et des accusations contre le CNI, qui ne peut se défendre, l’affaire Pegasus 2.0 est née le lundi 2 mai.

Félix Bolaños et Isabel Rodríguez sont apparus à Moncloa pour révéler que le président et le ministre de la défense avaient été espionnés par quelqu’un utilisant Pegasus 11 mois auparavant. Les dates, dans le cas de Sánchez, ont coïncidé avec l’apogée de la crise avec le Maroc.

Et bien que le cours des événements se soit soldé par la destitution/le remplacement de Paz Esteban, directeur du CNI, toutes les inconnues demeurent :

Est-elle renvoyée pour avoir espionné le parti indépendantiste espagnol ? Non, « parce que tout était légal », dit Moncloa. Pour l’attaque des téléphones portables de Sánchez, Robles et (nous le savons maintenant) Marlaska ? Ni l’un ni l’autre, « leur travail est exemplaire ». Qui a espionné les 45 autres séparatistes ? Personne ne peut le savoir. Et le président et ses ministres ? Nous ne savons pas non plus « et nous ne le saurons probablement jamais », concluent les sources de l’exécutif.

C’est dans cette atmosphère – où Bolaños, Rodríguez et le porte-parole socialiste au Congrès, Héctor Gómez, alimentent les soupçons à l’égard de Rabat – que le ministre des affaires étrangères s’est rendu à Marrakech pour tenir (enfin) sa première réunion bilatérale avec Naser Bourita, son homologue marocain, en évitant de mentionner l’affaire Pegasus et de lui accorder la moindre importance.

El Español, 12 mai 2022

#Espagne #Maroc #ParlementEuropéen #PE #Pegasus #Espionnage #Catalangate

Be the first to comment

Leave a Reply