Comment Biden peut résoudre le conflit du Sahara occidental

Comment Biden peut résoudre le conflit du Sahara occidental – Maroc, Etats-Unis, Algérie, Front Polisario, ONU, Accords d’Abraham,

Par Hannah Rae Amstrong

En décembre 2020, dans l’un de ses derniers actes de mandat, le président américain Donald Trump a signé une proclamation unilatérale reconnaissant la souveraineté marocaine sur un territoire de 100 000 milles carrés contesté depuis un demi-siècle : le Sahara occidental. Les États-Unis sont longtemps restés majoritairement neutres dans l’impasse entre le gouvernement marocain, dont les forces exercent un contrôle de facto sur la majeure partie du territoire, et le groupe rebelle qui revendique l’indépendance du Sahara occidental. Mais d’un trait de plume, Trump a renversé des décennies de politique américaine, approuvant la revendication territoriale du Maroc en échange de la normalisation de ses relations avec Israël et rejoignant les accords d’Abraham de Trump. Ce compromis a provoqué l’effondrement d’un accord de cessez-le-feu, entraînant de nouveaux combats et des tensions croissantes dans la région.

L’ONU tente de relancer un processus politique qui sortirait de l’impasse actuelle ; Le Maroc a rejeté la mise en œuvre d’un référendum populaire soutenu par l’ONU qui déterminerait le statut du Sahara occidental et a plutôt avancé sa propre proposition qui accorderait au territoire une forme d’autonomie limitée. Le désaccord reste insoluble. Fort de la reconnaissance américaine de ses revendications, un Maroc trop confiant est peu susceptible de faire les concessions nécessaires, comme autoriser la surveillance des droits de l’homme sur le territoire ou compromettre la pleine souveraineté qu’il cherche à conserver sur le Sahara occidental, tandis que le Front Polisario, le groupe qui a combattu pendant des décennies pour l’indépendance du territoire, est convaincu que le processus est truqué contre le Sahara Occidental. Des décennies de pourparlers à l’ONU ont fait peu de progrès vers une résolution,

Le président américain Joe Biden a promis de revoir la reconnaissance par son prédécesseur de la revendication marocaine, et il a approuvé la relance du processus de paix mené par l’ONU. Son administration veut arrêter le dégel rapide du conflit et le remettre sur la glace. Mais de telles mesures ne feront que renforcer un statu quo dysfonctionnel. Biden devrait utiliser le véritable effet de levier qu’il a sur le Maroc et certains alliés marocains clés non seulement pour geler la guerre, mais pour y mettre fin complètement.

UNE CORDE RAIDE

Le conflit du Sahara occidental remonte au retrait chaotique espagnol de cette bande côtière désertique peu peuplée et riche en ressources en 1975. Les voisins du nord et du sud du territoire, le Maroc et la Mauritanie, se sont installés pour revendiquer des morceaux du territoire. Le Front Polisario, qui s’était formé pour résister à la domination coloniale espagnole, a réorienté sa lutte contre les envahisseurs. Les combats se sont poursuivis pendant plus de 15 ans, tuant des dizaines de milliers de personnes et en déplaçant des centaines de milliers d’autres, le Front Polisario forçant la Mauritanie à se retirer en 1979 mais perdant progressivement du terrain au profit du Maroc dans les années 1980. En 1991, les deux parties ont convenu d’un cessez-le-feu négocié par l’ONU qui promettait un référendum sur le statut du territoire. Le cessez-le-feu a effectivement gelé le conflit, mais le référendum n’a jamais eu lieu.

Pendant près d’un demi-siècle, Washington a marché sur la corde raide en ce qui concerne le Sahara occidental. Le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination est inscrit dans une série de résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies et de décisions juridiques internationales, mais le Maroc est l’un des alliés les plus proches des États-Unis au Moyen-Orient et en Afrique. Les administrations américaines successives ont refusé de reconnaître la revendication marocaine sur le Sahara Occidental tout en cherchant à préserver des relations solides avec Rabat. Mais cet exercice d’équilibre a été bouleversé par les décisions de Trump à la fin de 2020. L’administration Biden est maintenant dans une impasse ; s’il revient sur la reconnaissance par Washington de la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental, Rabat pourrait revenir sur sa normalisation des relations avec Israël. Cela pourrait mettre en péril les accords d’Abraham , qui bénéficient d’un large soutien bipartisan.

Lors d’un appel téléphonique en avril 2021, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a rassuré le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita que l’administration Biden n’inverserait pas la politique de Trump. En échange, le Maroc a accepté de normaliser pleinement ses relations avec Israël et d’accepter la nomination d’un nouvel envoyé de l’ONU pour le Sahara occidental. En octobre, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a nommé Staffan de Mistura, un diplomate italo-suédois, comme son envoyé personnel pour le Sahara occidental, le chargeant de trouver un règlement politique au différend.

L’administration Biden fait face à la pression des législateurs américains pour changer de cap. Le 17 février, un groupe bipartisan de membres du Congrès dirigé par les sénateurs Jim Inhofe, républicain de l’Oklahoma, et Patrick Leahy, démocrate du Vermont, a exhorté Biden à retirer la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, avertissant que cela « sapait des décennies de politique américaine cohérente ». politique ». Les responsables de la Maison Blanche ont résisté à cela, optant plutôt pour une position ambiguë ; ils ont refusé d’approuver ou de révoquer publiquement la reconnaissance. Pendant ce temps, le Département d’État continue d’utiliser une nouvelle carte dévoilée par l’administration précédente qui inclut le Sahara occidental dans le cadre du Maroc.

Piquée par l’inaction de l’administration, le Congrès a imposé de nouvelles restrictions sur le soutien au Maroc. Pour la toute première fois, le projet de loi de finances de cette année place les dispositions relatives au Sahara occidental sous une rubrique distincte (plutôt que sous la section sur le Maroc, comme dans les versions précédentes), séparant explicitement les deux entités dans la législation. Le projet de loi bloque également la construction d’un consulat américain au Sahara Occidental. La loi d’autorisation de la défense nationale de cette année, quant à elle, limite l’utilisation du financement pour tout exercice militaire avec le Maroc à moins que le pays « n’ait pris des mesures pour soutenir un accord de paix final avec le Sahara occidental.

UNE MAUVAISE AFFAIRE

Cela ne devait pas être ainsi. Les États-Unis ont payé un prix déraisonnablement élevé en échange de la participation du Maroc aux Accords d’Abraham. L’accord de Trump avec le Maroc n’était pas tant un accord qu’un cadeau. Trump a accordé au Maroc la reconnaissance du territoire contesté afin qu’il établisse des relations formelles avec Israël. Mais contrairement à Bahreïn ou aux Émirats arabes unis – des pays qui avaient des relations minimales et glaciales avec Israël avant les accords d’Abraham – le Maroc a discrètement maintenu des liens politiques, sécuritaires, culturels et religieux étroits avec Israël pendant des décennies.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque le régime de Vichy gouvernait le Maroc en tant que protectorat français, le roi marocain Mohammed V protégeait les Juifs marocains de la persécution et de la déportation. Son fils, le roi Hassan II, qui a dirigé un Maroc indépendant de 1961 à 1999, a travaillé en étroite collaboration avec Israël sur une série de questions, notamment la facilitation de la migration juive marocaine vers Israël et le partage d’enregistrements secrets de dirigeants arabes qui ont aidé Israël à gagner la guerre des Six jours. en 1967. À son tour, Israël a fourni à Hassan II des informations sur un complot visant à le renverser et, selon le New York Times, a aidé des agents des services de renseignement marocains à assassiner Mehdi Ben Barka, une figure de proue de l’opposition, à Paris en 1965. Dans les années 1980, des conseillers israéliens ont aidé le Maroc à construire la berme, une ligne de fortifications longue de 1 700 milles qui mure environ 80 % de l’Ouest. Sahara. Ces dernières années, jusqu’à 70 000 touristes israéliens, pour la plupart d’ascendance marocaine, ont visité le pays chaque année, accomplissant des pèlerinages dans des sanctuaires juifs magnifiquement préservés. À l’ intérieur d’Israël, les juifs marocains, environ dix pour cent de la population, en sont venus à composer un puissant lobby national, faisant de la politique marocaine une question d’intérêt national pour les Israéliens. Cette riche histoire de liens étroits entre Israël et le Maroc suggère que la participation de Rabat aux accords d’Abraham était un choix naturel et aurait pu être obtenue sans sacrifier le droit du Sahara occidental à l’autodétermination.

Le rapprochement public entre le Maroc et Israël a eu des conséquences déstabilisatrices dans la région. Cela a alarmé l’Algérie, qui ne reconnaît pas l’État d’Israël et le perçoit comme un acteur hostile, d’autant plus que des informations ont émergé en août dernier selon lesquelles le Maroc avait utilisé le programme d’espionnage israélien Pegasus pour surveiller de hauts responsables politiques et militaires algériens. Alger a rompu ses relations avec Rabat le même mois et a fermé son espace aérien aux avions civils et militaires marocains le mois suivant. Dans le même temps, l’Algérie, troisième fournisseur de gaz de l’Europe après la Russie et la Norvège, a interrompu les exportations de gaz via le gazoduc Maghreb-Europe, qui relie l’Espagne via le Maroc et constitue une source d’approvisionnement cruciale pour le Maroc et l’Europe. En novembre 2021, une visite du ministre israélien de la Défense à Rabat a produit le tout premier protocole d’accord de défense d’Israël avec un pays arabe, facilitant la vente d’armes et le partage de renseignements avec le royaume. Des responsables algériens ont déclaré que l’accord « ciblait » et menaçait de « saper » l’Algérie. Plus inquiétant, ce même mois, Alger a accusé Rabat d’avoir utilisé « des armes sophistiquées » (faisant peut-être référence à un drone israélien) pour mener une attaque mortelle contre trois chauffeurs routiers civils algériens traversant la zone contrôlée par le Polisario au Sahara occidental. Le Maroc a nié toute responsabilité dans la frappe, mais les deux pays ont augmenté leurs dépenses militaires et déployé des forces le long de leur frontière commune. Des responsables algériens ont déclaré que l’accord « ciblait » et menaçait de « saper » l’Algérie. Plus inquiétant, ce même mois, Alger a accusé Rabat d’avoir utilisé « des armes sophistiquées » (faisant peut-être référence à un drone israélien) pour mener une attaque mortelle contre trois chauffeurs routiers civils algériens traversant la zone contrôlée par le Polisario au Sahara occidental. Le Maroc a nié toute responsabilité dans la frappe, mais les deux pays ont augmenté leurs dépenses militaires et déployé des forces le long de leur frontière commune. Des responsables algériens ont déclaré que l’accord « ciblait » et menaçait de « saper » l’Algérie. Plus inquiétant, ce même mois, Alger a accusé Rabat d’avoir utilisé « des armes sophistiquées » (faisant peut-être référence à un drone israélien) pour mener une attaque mortelle contre trois chauffeurs routiers civils algériens traversant la zone contrôlée par le Polisario au Sahara occidental. Le Maroc a nié toute responsabilité dans la frappe, mais les deux pays ont augmenté leurs dépenses militaires et déployé des forces le long de leur frontière commune.

Le Front Polisario persiste dans ce brassage de tensions. Les diplomates décrivent le groupe sahraoui comme les rebelles les plus sages du monde. En endurant un processus de paix prolongé qui les a laissés à avoir des enfants et des petits-enfants dans les camps de réfugiés algériens, les réfugiés sahraouis ont adopté des moyens légaux de résistance et ont travaillé à la construction d’institutions étatiques démocratiques et inclusives. À l’intérieur du territoire contesté, les défenseurs sahraouis de l’autodétermination sont continuellement victimes d’abus de la part des forces de sécurité marocaines, qui ont ciblé des femmes telles que l’activiste Sultana Khaya pour des formes spéciales de torture. Depuis qu’elle a été assignée à résidence de facto en novembre 2020, les forces de sécurité marocaines sont entrées à plusieurs reprises chez elle, l’ont agressée et agressée sexuellement, ainsi que sa sœur et sa mère âgée.

UN NOUVEAU STATU QUO

Le Sahara occidental reste l’une des crises les plus insolubles au monde, en raison du refus obstiné du Maroc d’autoriser un référendum ou d’accepter toute contestation de son contrôle du territoire, ainsi que d’un manque de volonté politique parmi les alliés marocains, tels que la France et les États-Unis États-Unis, pour inciter le pays à changer de cap. En mars, l’Espagne a suivi les États-Unis en passant de la neutralité au soutien de la proposition marocaine d’autonomie, une décision qui a fait l’objet de vives critiques et a été combattue par une majorité de législateurs espagnols. Depuis 2007, Rabat refuse d’envisager une autre option que sa proposition d’autonomie. Il s’en est pris aux partenaires qui font pression sur le Maroc ou résistent à ses exigences. En 2012, le Maroc a déclaré l’envoyé de l’ONU Christopher Ross persona non grata après avoir dénoncé les abus marocains dans le territoire contesté. En 2013, lorsque les États-Unis ont tenté d’introduire la surveillance des droits de l’homme dans le mandat de la mission de maintien de la paix de l’ONU au Sahara occidental – sa seule mission de maintien de la paix sans un tel mandat – le Maroc a brusquement annulé un exercice militaire conjoint prévu avec les États-Unis et l’État marocain. les médias ont suggéré que l’armée pourrait plutôt organiser des exercices conjoints avec les marines chinoise et russe. En 2020, lorsque l’Espagne a admis Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, pour et les médias d’État marocains ont suggéré que l’armée pourrait plutôt organiser des exercices conjoints avec les marines chinoise et russe. En 2020, lorsque l’Espagne a admis Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, pour et les médias d’État marocains ont suggéré que l’armée pourrait plutôt organiser des exercices conjoints avec les marines chinoise et russe. En 2020, lorsque l’Espagne a admis Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, pourTraitement COVID-19 , Rabat a assoupli les contrôles aux frontières, lançant 8 000 migrants d’Afrique subsaharienne vers la frontière espagnole. La décision de l’Espagne de soutenir la position du Maroc sur le Sahara Occidental était un effort pour rétablir les relations à la suite de ce fiasco.

Le refus du Maroc de négocier a un coût élevé. Le conflit en cours alimente l’instabilité dans l’ensemble de la région. Adnan Abou Walid al-Sahraoui, le fondateur du groupe militant État islamique dans le Grand Sahara, et son adjoint, Abdelhakim al-Sahraoui, sont nés dans le territoire contesté au début des années 1970. D’anciens amis et camarades de classe disent que les injustices politiques dont ils ont été témoins sous l’occupation marocaine ont conduit à leur radicalisation. Entre 2018 et 2021, sous leur direction, l’État islamique du Grand Sahara a tué plus de 500 membres des forces de sécurité maliennes et nigériennes, et massacré des centaines de civils des deux côtés de la frontière malo-nigérienne.

Des décennies d’efforts menés par l’ONU n’ont pas encore abouti à un règlement durable, mais ils ont jeté les bases de la paix au Sahara occidental tout en s’efforçant de gérer les tensions entre le Maroc et l’Algérie. Les États-Unis ont jusqu’à présent choisi de ne pas annuler la reconnaissance unilatérale par Trump de la revendication marocaine, ils devraient donc faire plus pour contenir les retombées de cette décision. Washington devrait chercher à convaincre Rabat que les coûts du statu quo l’emportent sur les avantages.

Le Maroc dépense environ la moitié de son budget militaire sur le territoire ; investit des milliards de dollars dans les infrastructures et les subventions pour attirer les citoyens marocains vers les « provinces du sud » ; et n’a toujours pas le droit légal d’exploiter ses ressources ou d’y attirer des investissements. (Les exportations marocaines de poisson, de produits agricoles et de phosphates du Sahara occidental sont confrontées à des défis juridiques croissants, en particulier en Europe.) flux de gaz vers le Maroc, et a averti l’Espagne qu’elle couperait également l’Espagne si le pays européen réexportait du gaz algérien vers le Maroc. La hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires au Maroc a fait monter en flèche le coût de la vie, déclenchant des manifestations à l’échelle nationale.

Parallèlement à cette persuasion, Washington devrait exhorter Paris à assouplir sa position rigide pro-marocaine sur le conflit. Les États-Unis fournissent un soutien substantiel en matière de renseignement aux efforts français de lutte contre le terrorisme au Sahel. En retour, il devrait insister pour que la France cesse d’utiliser son droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU pour empêcher l’ONU de surveiller les violations des droits de l’homme au Sahara occidental. En attendant, le département d’Etat devrait nommer un nouvel envoyé spécial américain au Sahel, un poste vacant depuis plus d’un an, tout en veillant à ce que ce nouvel envoyé ait un historique d’expertise impartiale en Afrique du Nord. Les acteurs internationaux ont tendance à sous-estimer l’interdépendance entre le Sahel et l’Afrique du Nord ; un émissaire pourrait aider à rationaliser et à coordonner différentes formes de l’aide à l’heure des bouleversements régionaux et alors que les États cherchent à diversifier leurs partenariats extérieurs. Cela contribuerait à garantir que les politiques américaines au Sahel n’attisent pas par inadvertance les tensions en Afrique du Nord, et vice versa.

Ces mesures – amener le Maroc à reconsidérer les coûts de son cours actuel, mieux surveiller les violations des droits de l’homme dans le territoire contesté et coordonner plus étroitement les politiques américaines dans la région élargie – pourraient aider à réparer certains des dommages causés par l’administration Trump. Mais Washington doit refuser de se contenter de rétablir un statu quo au Sahara Occidental qui n’a jamais fonctionné que pour un seul parti.

Foreign affairs, 12 mai 2022

#Maroc #SaharaOccidental #Algérie #FrontPolisario #EtatsUnis #DonaldTrump #Accords_Abraham #Normalisation #ONU #JoeBiden

Be the first to comment

Leave a Reply