Bayraktar TB2, le drone turc qui a déstabilisé la région

Bayraktar TB2, le drone turc qui a déstabilisé la région – Maroc, Algérie, Sahara Occidental, Arménie, Nagorno-Karabakh, Ukraine, Russie, kurdes, Turquie,

Bayraktar, un mot turc qui signifie « porte-drapeau », est un véhicule aérien sans pilote (UAV), un drone qui peut transporter jusqu’à 150 kilogrammes de munitions ou de missiles, voler jusqu’à 23 000 pieds à une vitesse de 220 km/h et pendant 24 heures sans interruption. Le développement du drone est attribué à Selçuk Bayraktar, diplômé du Massachusetts Institute of Technology, qui, en plus d’être le PDG de la société Bayrak avec son frère Haluk, est le gendre du président turc Recep Tayip Erdogan.

Malgré l’interdiction par le gouvernement américain de la vente de fournitures pour la fabrication de drones en Turquie (lois américaines sur le contrôle des exportations d’armes). Arms Export Control laws), une interdiction qui découle des craintes que les véhicules sans pilote soient utilisés contre la population kurde, la société Bayrak a réussi à trianguler ses achats par le biais de sociétés situées en dehors des États-Unis, comme l’achat d’un système de chargement de missiles auprès de la société britannique EDO (détenue par la société américaine L3Harris Technologies) en 2015, en plus d’avoir acheté d’autres fournitures en Allemagne (système de régulateur de vitesse), en Autriche (moteurs Rotax) ou au Canada (caméras optiques et infrarouges). [1] Au final, il a réussi à assembler un redoutable Frankenstein.

Le succès du Bayraktar TB2 dans les agressions militaires auxquelles il a participé a valu à son fabricant de nouvelles commandes, après le Qatar (2017), l’Ukraine (2019), l’Éthiopie (2019), l’Azerbaïdjan (juin 2020), la Tunisie (2020), le Maroc (2021) et le Turkménistan (2021), la Pologne (2021) a été le premier pays de l’OTAN à lui acheter des drones[2], et une douzaine de pays s’y intéressent, dont la Lituanie et la Grande-Bretagne. Pendant plusieurs décennies, les entreprises américaines et israéliennes ont dominé le marché des drones, mais aujourd’hui, Ankara est devenue la puissance émergente et est le deuxième plus grand fabricant de drones armés au monde, derrière les États-Unis et devant le groupe restreint de fabricants de drones que sont Israël, la Chine, le Pakistan et l’Iran.

Le premier « terrain d’entraînement » des drones Bayraktar a été l’opération Rameau d’olivier dans le Rojava, la région kurde du nord de la Syrie, où l’armée turque aurait fait ses débuts avec le drone, faisant son premier mort le 8 septembre 2016, et effectuant par la suite 449 raids et détruisant avec précision des éléments terrestres des positions kurdes sans exposer un seul pilote. Cette nouvelle capacité technologique a permis aux avions et aux hélicoptères turcs, en l’absence d’attaques des systèmes de défense kurdes, de mener beaucoup plus de raids contre les positions militaires et civiles.

La capacité de l’armée turque à contrôler et à mettre hors d’état de nuire les forces armées kurdes et à terroriser la population kurde du nord de l’Irak à l’aide de drones peu coûteux (coûtant chacun environ 5 millions de dollars) a suscité un vif intérêt chez les alliés militaires de la Turquie. Le gouvernement éthiopien les utilise contre les rebelles du Tigré depuis janvier 2020, selon des informations de l’organisation Pax For Peace. Bien que l’utilisation de drones soit censée rendre le ciblage plus précis et éviter la mort de civils comme c’est le cas avec les jets et les hélicoptères, des rapports indiquent qu’au Kurdistan comme en Éthiopie, des drones ont été utilisés contre la population civile.[3] Le succès des opérations militaires au Kurdistan a été démontré par l’utilisation de drones dans la région du Kurdistan.

Le succès démontré dans les opérations militaires au Kurdistan, en Éthiopie, en Libye et aussi en Syrie, a motivé le gouvernement azerbaïdjanais à acheter au moins 5 drones Bayraktar en juin 2020, quelques mois avant la guerre de septembre 2020. Comme le soulignent les analystes, ce drone, ainsi que les munitions israéliennes Hermes-900 et Harop de fabrication israélienne, sont responsables de la destruction de nombreux systèmes de défense antimissile dont disposent les forces arméniennes.

La différence de dépenses en armement entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan est éloquente : alors que l’Arménie a dépensé quelque 634 millions de dollars en 2020, l’Azerbaïdjan a dépensé trois fois plus, soit 2238 millions de dollars. L’asymétrie des dépenses d’armement, tant sur le plan qualitatif que quantitatif par l’Azerbaïdjan en 2020, a modifié l’équilibre entre les deux États. Mais plus que des investissements supérieurs, on considère que c’est le changement de politique étrangère de la Turquie en septembre 2020, couplé à l’accès de l’Azerbaïdjan aux drones turcs et israéliens, qui a fait pencher la balance de manière significative en faveur de Bakou et a conduit à une escalade du conflit et à la reconquête du Karabagh. Malgré le cessez-le-feu conclu le 9 novembre 2020, les drones de Bayraktar continuent de faire des incursions sur le territoire du Karabagh, comme cela s’est produit le 25 mars dernier à Parukh, tuant trois soldats arméniens.

Comme en Éthiopie, il est probable que lors de la guerre des 44 jours, ce sont des opérateurs turcs qui ont commandé les unités Bayraktar, car en raison du délai entre l’achat des drones (juin 2020) et le début de la guerre (27 septembre 2020), les soldats azéris n’ont pas pu obtenir les compétences nécessaires à l’utilisation de drones aussi complexes. La même suspicion existe dans le cas de l’Ukraine, comme l’observe Levent Kenez du journal Nordic Monitor[4], en montrant une vidéo partagée par le commandant en chef de la marine ukrainienne d’une attaque contre des positions russes présumées dans laquelle les opérateurs parlent turc[5]. 5] Si la vidéo est authentique, elle constituerait une preuve confirmant l’implication directe de la Turquie dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine. La question se pose alors : des soldats turcs (opérateurs de drones militaires) ont-ils été impliqués dans la guerre au Karabagh et aussi en Ukraine ? Tant la vente de drones que l’envoi d’opérateurs de drones nécessitent l’autorisation du gouvernement turc et doivent être validés par le ministère de la défense et le ministère des affaires étrangères, et dans un pays comme la Turquie, cette décision émane du chef du gouvernement turc.

Dans le cadre du renforcement des relations militaires avec l’Ukraine, Erdogan a signé un accord lors de sa visite à Kiev en février 2022, dans lequel il s’est engagé à installer une usine et à produire des drones Bayraktar sur le territoire ukrainien pendant 49 ans, ainsi qu’un centre de formation. Avant le début du conflit, le 24 février, l’Ukraine disposait d’une vingtaine de drones TB2, dont certains éléments montrent qu’ils ont été utilisés dans le Donbas en octobre 2021[6], ce qui a suscité la condamnation du Kremlin qui a estimé que l’envoi de ces drones pourrait déstabiliser la situation sur la ligne de contact[7]. Au début du mois de mars de cette année, malgré les efforts du président Erdogan pour servir de médiateur dans le conflit, la Turquie a envoyé une nouvelle cargaison de drones à l’Ukraine. Depuis septembre 2013, la Turquie a signé le Traité sur le commerce des armes (TCA), un traité international qui réglemente le commerce des armes conventionnelles, y compris les drones armés. Bien qu’ils n’aient pas ratifié le traité, ils s’étaient engagés[8] en septembre 2021 à achever le processus, ce qui a clairement été mis en attente.

Suivant l’exemple de l’Azerbaïdjan, le Maroc a également acheté la combinaison du drone Bayraktar TB2 (13 unités pour un coût de 70 millions de dollars)[9] et des munitions israéliennes Harop, et les a utilisés contre le Front Polisario et apparemment aussi contre des civils algériens (chauffeurs) transportant du ciment en novembre 2021 au Sahara occidental[10]. Il y a quelques semaines, le gouvernement espagnol a tourné le dos au Front Polisario pro-indépendance du Sahara occidental, ce qui a provoqué un tollé de la part de l’Algérie, qui s’oppose à la politique expansionniste du Maroc dans la région. La situation et les drones Bayraktar pourraient être à l’origine d’une escalade du conflit entre les deux pays africains.

Le commerce de drones armés par la Turquie a suscité beaucoup d’attention et de critiques de la part de la communauté internationale. À la suite des allégations du Kremlin, en octobre 2021, le ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Çavuçoglu, a fait valoir que, bien que les drones aient été fabriqués en Turquie, une fois vendus, ils appartiennent à l’Ukraine et ne peuvent être appelés armes turques. Alper Coskun[11] affirme que le fait de se laver les mains des ventes d’armes contredit le principe de conduite responsable implicite dans les traités de contrôle des exportations d’armes et le droit international que la Turquie a signés, et contredit également les années de critiques que la Turquie a formulées à l’encontre de pays, y compris ses alliés, affirmant avoir vendu des armes au Parti des travailleurs kurdes, un groupe considéré par eux, l’UE et les États-Unis comme une organisation terroriste. La mise en œuvre d’une stratégie politique qui rende les ventes de drones transparentes, et qui soit guidée par le respect du droit international, devrait être une tâche immédiate pour Ankara, ce qui contribuerait à éliminer le stigmate d’un vendeur de drones déstabilisateur, selon Coskun. Peu probable, d’autant plus que de nombreux pays vendent des armes et qu’il n’existe aucun cadre de référence international établissant une réglementation mondiale pour la vente de drones armés. La Turquie continuera à faire pencher la balance dans de nombreux conflits du Moyen-Orient et, comme le disait un slogan de propagande de la télévision turque diffusé après la guerre de 44 jours au Karabagh : ‘La puissance des drones turcs réchauffe les conflits gelés' »[12].

Carlos Antaramián
Anthropologue basé au Mexique

[1] Suite à la guerre en Karabakh, Ottawa a suspendu la vente de matériel de guerre à la Turquie, ce qui a amené Selçuk Bayraktar à dire que la technologie achetée au Canada peut être fabriquée en Turquie.

[2] https://www.defensenews.com/global/europe/2021/05/24/poland-to-buy-turkish-bayraktar-tb2-drones/

[3] https://paxforpeace.nl/news/blogs/turkish-drones-join-ethiopias-war-satellite-imagery-confirms

[4] https://nordicmonitor.com/2022/03/turkey-deployed-personnel-to-operate-armed-drones-in-targeting-russian-military/

[5] https://www.facebook.com/CinCAFU/videos/байрактар-13032022/1724392707953010/

[6] https://www.janes.com/defence-news/news-detail/ukraine-uses-bayraktar-tb2-in-anger

[7] https://www.reuters.com/world/middle-east/kremlin-says-turkish-drones-risk-destabilising-situation-east-ukraine-2021-10-27/?utm_source

[8] https://thearmstradetreaty.org/hyper-images/file/TURKEY%20-%20Treaty%20Universalization%20CSP7%20(not%20delivered%20but%20please%20post)/TURKEY%20-%20Treaty%20Universalization%20CSP7%20(not%20delivered%20but%20please%20post).pdf

[9] https://www.oryxspioenkop.com/2021/11/moroccos-bayraktar-tb2-ucavs-break.html

[10] https://www.menadefense.net/algerie/comprendre-lattaque-marocaine-contre-les-civils-algeriens/

[11] https://carnegieendowment.org/2022/01/18/strengthening-turkish-policy-on-drone-exports-pub-86183

[12] Apud Coskun, https://carnegieendowment.org/2022/01/18/strengthening-turkish-policy-on-drone-exports-pub-86183

Diario de Armenia, 10 mai 2022

#Armenie #Turquie #Drones #Nagorno_karabakh