Maroc : Qu’est-ce que la DGED?

Maroc : Qu’est-ce que la DGED? – espionnage, contre-espionnage, Direction Générale des Études et de la Documentation, services secrets, Pegasus,

La Direction Générale des Études et de la Documentation (DGED), le service marocain de renseignement extérieur et de contre-espionnage, est l’un des plus importants services secrets marocains, fondé en 1973 à la suite des deux coups d’État manqués de 1971 et 1972 sur le modèle du service secret français Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage, en abrégé SDECE. La DGED est une organisation militaire directement sous le contrôle du Roi.

Depuis sa création, la DGED est dirigée exclusivement par des officiers de l’armée. Le colonel Ahmed Dlimi est considéré comme le fondateur de ce service de renseignement, dont il a été le responsable de 1973 à sa mort en 1983. Le général Abdelhak el Kadiri lui a succédé et est resté en poste jusqu’en 2001, année où il a été remplacé par le général Ahmed El Harchi, originaire du Rif, qui a été le dernier militaire à diriger la DGED. En 2005, le roi a nommé son ancien camarade de classe du Collège royal, Mohamed Yassine Mansour, à la tête de la DGED.

En principe, la DGED opère à l’extérieur du Maroc et est donc chargée de superviser les activités politiques et économiques des Marocains résidant à l’étranger, ainsi que de collecter des informations pour les différents services de renseignement marocains. Le Maroc compte une quinzaine de services de renseignement au total. La DGED est représentée dans toutes les ambassades ou consulats marocains. En outre, les employés de Maghreb Arabe Presse (le bureau de presse de l’État marocain) sont également chargés d’envoyer des notes confidentielles non censurées à la DGED. Une fois tous les filtres de la hiérarchie passés, les messages de la DGED sont envoyés directement au Palais Royal de Rabat.

La DGED est composée de trois directions principales : la direction exécutive chargée des opérations de terrain et des opérations d’intervention rapide avec les unités spéciales, la direction de l’anti-espionnage et la direction des communications chargée de la coordination et du contrôle des moyens de communication entre tous les départements du service.

La DGED coopère avec les services de renseignement étrangers dans le domaine de la sécurité et des questions liées au terrorisme, y compris l’échange d’informations sur des Marocains spécifiques recherchés par les services de renseignement étrangers.

Le budget de la DGED est estimé à un montant annuel de 1 milliard USD. En outre, le service dispose d’une « boîte noire » ou d’une cagnotte secrète à partir de laquelle les informateurs du service sont payés. Selon un article de blog publié en 2013, la DGED compte 4000 employés et plus de la moitié d’entre eux sont des militaires et 5% sont des femmes. Selon le même article, les unités spéciales de la DGED comptent entre 250 et 300 membres et des centaines d’informateurs travaillent pour le service en Europe.

Le brigadier Rédouan Lemhaouli, de la police de Rotterdam-Rijnmond, a été licencié par son employeur en 2008 pour « manquement grave au devoir », suite à un rapport officiel des services secrets néerlandais AIVD. Dans la même affaire, Mohamed Zyad a été licencié, il travaillait comme employé de bureau au commissariat de police de La Haye sur une base volontaire.

Le tribunal de La Haye a condamné Rédouan Lemhaouli à 240 heures de travail d’intérêt général pour avoir transmis des informations secrètes des systèmes de police néerlandais aux services marocains. L’hebdomadaire marocain francophone TelQuel a prêté attention à ce sujet avec un article dans lequel on peut lire qu’il existe une organisation marocaine établie aux Pays-Bas appelée « Voix des démocrates marocains aux Pays-Bas » (SMDN) qui s’occupe de la défense de ces espions marocains.

En mars 2019, les médias espagnols ont révélé que le Maroc était derrière les attentats terroristes de 2004 à Madrid. Ces attaques terroristes ont tué 191 personnes et blessé 1800 personnes.

En Allemagne, le nom du service de renseignement marocain est également apparu lors de l’attaque terroriste du 19 décembre 2016, qui a fait 12 morts et 56 blessés lorsqu’un camion a foncé sur des personnes sur un marché de Noël. Selon les médias allemands, le Tunisien Bilel Ben Ammar est un agent des services secrets marocains. Bilel Ben Ammar aurait aidé l’assaillant à s’échapper de la scène de l’acte terroriste.

En 2018, les autorités belges ont arrêté la Marocaine Kaoutar Fal et l’ont expulsée du pays en raison d’une menace pour la sécurité de l’État belge.

Rif Time, 04 oct 2019