Maroc : Les prix de l’énergie flambent

Maroc : Les prix de l’énergie flambent – gouvernement Akhannouch, gaz, pétrole, inflation,

La rue marocaine est en ébullition depuis plusieurs mois et les tensions ne cessent de croître au fur et à mesure que le pays s’enfonce dans la crise économique. De nouvelles manifestations ont secoué plusieurs villes marocaines où la protestation contre une flambée de prix jamais observée jusqu’ici provoque à la fois la colère et l’inquiétude des populations, une majorité de Marocains considérant que le gouvernement Akhannouch maintient une gestion catastrophique des affaires du pays. Nombreux sont ceux qui s’insurgent contre un discours officiel trompeur qui tend à falsifier les risques graves auxquels est réellement confronté le Maroc, dans le domaine énergétique entre autres.

La question du gaz et du pétrole est, en effet, devenue la préoccupation majeure non seulement des ménages, mais également des organisations syndicales et corporatistes qui participent de plus en plus à la contestation dans les métropoles de Rabat et Casablanca notamment. Le fait est que le Maroc ploie sous le poids d’une inflation inédite, avec des hausses des prix vertigineuses, que grève une baisse de la croissance chiffrée d’ores et déjà à 0,7% pour l’année en cours.

Le mécontentement populaire a fait tache d’huile puisque ce sont plus d’une trentaine de villes marocaines qui expriment désormais leur grogne et dénoncent avec force l’incapacité du gouvernement Akhannouch à juguler la crise dont souffrent une majorité de citoyens, au demeurant indignés par la corruption qui prévaut dans les sphères dirigeantes et principalement au Makhzen.

Sous l’égide du Front social, un mouvement qui porte la revendication et annonce la tenue prochaine d’un rassemblement national à Casablanca, des réunions ont lieu au cours desquelles sont examinées «les caractéristiques les plus importantes de la situation actuelle qui combine des prix exorbitants et une oppression systématique des différents groupes sociaux en lutte» pour une vie décente. C’est ainsi que doit avoir lieu, également, un rassemblement d’envergure dans la ville de Mohammadia, devant le siège de la raffinerie Samir – unique raffinerie du Maroc dont l’activité a été suspendue, entraînant la perte de plus de 3 500 emplois – afin de condamner les mesures récemment intervenues comme la flambée du prix du carburant, multiplié par quatre !

Les mouvements sociaux risquent de connaître une flambée au moins égale, car l’Union marocaine du travail entend saisir l’opportunité de la Journée internationale de lutte pour les droits des travailleurs, le 1er mai prochain. Sous le slogan «Arrêtez la série d’attaques contre la classe ouvrière», les organisations syndicales se veulent déterminées à affronter le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, qui, disent-elles, ne cesse de «tromper tout un pays sur la question du gaz», un secteur dans lequel il a d’immenses intérêts.

Mehdi O.

Ebourse

Be the first to comment

Leave a Reply