Pegasus : Le Maroc est un sous-traitant

Pegasus : Le Maroc est un sous-traitant – Algérie, Espagne, Pedro Sanchez, espionnage, Sahara Occidental, Brahim Ghali,

Voici comment fonctionnent les services d’espionnage marocains : « Pegasus n’est qu’un de leurs outils »
Une surveillance intensive qui a espionné aussi bien les citoyens marocains que les dirigeants étrangers. Des journalistes et des victimes de Pegasus au Maroc expliquent à El Independiente le « modus operandi » qui a fait de Rabat un centre d’espionnage international
FRANCISCO CARRION

Les soupçons mènent de l’autre côté du détroit depuis des jours. Les révélations selon lesquelles les téléphones portables de Pedro Sánchez et de plusieurs de ses ministres auraient été infectés par Pegasus il y a un an maintenant, à un moment marqué par l’arrivée de Brahim Ghali et l’assaut migratoire sur Ceuta , font du Maroc le principal suspect en matière d’espionnage. Le royaume de Mohamed VI exerce un espionnage systématique sans scrupules, contre ses sujets mais aussi contre les officiels étrangers. Avant que La Moncloa ne le subisse, c’est Elíseo où ses méthodes ont souffert.

El Independiente révèle la stratégie de contrôle absolu du régime marocain en s’appuyant sur le précieux témoignage de ses victimes, celles qui connaissent le mieux l’impitoyable machine de surveillance de la monarchie alaouite et de son élite politique et policière . « Pegasus fait partie de ce qu’on peut appeler les nouvelles stratégies de répression utilisées par Mohamed VI », prévient Hicham Mansouri , un journaliste marocain exilé en France, dans une conversation avec ce journal. Mansouri, co-fondateur de l’association marocaine du journalisme d’investigation, a été pendant des années sur le radar de la dictature marocaine. Jusqu’à ce qu’il n’ait d’autre choix que de fuir le pays.

Hassan II a usé d’une violente répression frontale. Ce sont les « années de plomb », symbolisées notamment par la prison secrète de Tazmamart. Contrairement à son père, Mohamed VI a adopté une stratégie qui consiste à ‘salir avant de punir’ », explique le reporter. « Pegasus est au milieu de ce système, car il permet une analyse très détaillée de la vie privée des cibles et même des cibles potentielles. Il agit par une répression précoce, avant de salir ses médias ou de les poursuivre pour des délits comme l’adultère, le viol ou le blanchiment d’argent… », ajoute-t-il.

En juillet dernier, l’enquête de Forbidden Stories, Amnesty International et un consortium international de journalistes a mis au jour un tsunami resté silencieux : l’utilisation intensive et obsessionnelle du programme israélien Pegasus par les services secrets marocains. La révélation, résultat d’une fuite, a révélé plus de 50 000 numéros de téléphone considérés comme des cibles de la surveillance de Pegasus. La liste comprend des journalistes marocains et une vingtaine de nationalités et de responsables étrangers comme le président français Emmanuel Macron ou le diplomate américain Robert Malley, négociateur de l’accord nucléaire avec l’Iran en 2015. La liste comprenait plus de 200 mobiles espagnols .

Surveillance à l’échelle industrielle

Les informations montraient que Rabat était l’un des principaux clients du logiciel, propriété de la société israélienne NSO Group , également utilisé par les autocraties du golfe Persique pour persécuter leur dissidence. « Il est entre les mains de la police politique marocaine, à travers la direction générale de la surveillance territoriale. C’est l’organe qui contrôle et espionne les militants, les journalistes, les hommes politiques et même les membres de l’armée » , explique à ce journal Ali Lmrabet , journaliste marocain basé en Espagne. « Le Maroc a eu Pegasus en 2017 », reconnaît le journaliste, autre cible du programme.

« Mon portable marocain a été infecté en 2017 et l’espagnol en 2019. Quand Amnesty m’a contacté, ils m’ont dit l’année, le mois, le jour, l’heure, la minute et la seconde où les services secrets avaient saisi mon téléphone. Ils voulaient mes contacts et pouvoir activer l’écoute lorsque j’avais des réunions et travaillais sur un sujet qu’ils considéraient comme sensible », détaille Lmrabet. « Il a été dit que cela fonctionne avec un lien qui, une fois reçu et ouvert, infecte votre appareil. Mais avec Pegasus, c’est plus sophistiqué. Il suffit d’être appelé pour tomber dans le piège», prévient-il.

Le journaliste lie certains des épisodes survenus au cours de l’année à l’utilisation sans relâche de l’application israélienne, aujourd’hui dans l’œil du cyclone. « Comment avez-vous su que Brahim Ghali était en Espagne ? Comment le Maroc a-t-il tué le chef de la gendarmerie du Polisario avec un drone israélien ? On sait aujourd’hui que des centaines de téléphones d’officiels civils et militaires algériens ont été espionnés par le Maroc. C’était l’une des raisons qui ont conduit l’Algérie à rompre ses relations avec le Maroc », argumente Lmrabet.

Les voix meurtries du journalisme indépendant dans le pays voisin connaissent bien les méthodes du moukhabarat marocain . Ils ont souffert pendant des décennies. « L’espionnage se fait principalement par deux moyens : la technologie, avec l’écoute des conversations téléphoniques, et, dans les salles de rédaction, la présence de travailleurs infiltrés par le renseignement qui se consacrent à espionner le reste de leurs collègues », explique Aboubakr Jamaï , fondateur. de l’hebdomadaire local Le Journal . « J’ai toujours travaillé en sachant que c’était ce qui se passait. C’était un constat qui a servi à nous protéger lorsque nous traitions de sujets sensibles », ajoute-t-il.

« Pegasus a introduit une nouveauté importante : c’est un outil plus sophistiqué qui permet aux services secrets d’accéder et de télécharger une vie entière, qui est stockée sur un téléphone portable », prévient Jamaï. Une efficacité qui explique l’audace avec laquelle les militaires marocains ont utilisé le programme. « C’est une solution miracle pour la police politique marocaine, car il s’agit d’entrer dans la vie et les communications d’un individu. Les services de renseignement marocains en ont fait un usage intensif », pointe une autre des victimes de la surveillance. « Il existe des preuves solides que des responsables étrangers ont été espionnés par les services secrets marocains utilisant Pegasus », glisse-t-il.

Le Maroc, un sous-traitant

« Le nombre de personnes espionnées par le Maroc peut être surprenant, mais cela a du sens lorsque vous intégrez les faits que le Maroc ne le fait probablement pas seulement pour lui-même, mais qu’il travaille avec d’autres pays. Les principaux candidats sont Israël et les pays du golfe Persique. Et cela expliquerait pourquoi un outil aussi cher a été acheté par un pays qui n’est pas, de loin, le plus riche du monde », souligne Jamaï. Le scénario selon lequel Rabat est devenu ces dernières années le bras d’espionnage d’autres pays qui ont « sous-traité » l’utilisation controversée de Pegasus est une possibilité sur laquelle les personnes interrogées pour ce rapport s’accordent. « Il est logique de penser que le Maroc n’a pas payé la totalité du coût du programme mais que d’autres pays l’ont supporté. »

Selon Mansouri, cette précision expliquerait l’utilisation généralisée de l’outil dans les quartiers généraux du renseignement local. L’espionnage avec Pegasus serait, en partie, le résultat de commissions de pays tiers. « Pegasus s’inscrit dans un cadre plus global : l’influence israélienne dans la région, fondée sur la normalisation des relations. Il se peut que le Maroc ait agi en sous-traitant d’Israël pour espionner des chefs d’État et des hommes politiques européens, en échange d’une normalisation, d’une coopération économique et de l’impunité dans l’utilisation de Pegasus pour chasser ses citoyens au Maroc et ailleurs, fait valoir le journaliste.

« Ce que je peux dire, c’est que le Maroc n’oserait jamais espionner ses « amis et alliés » européens sans l’approbation ou la demande d’une autre puissance. C’est inconcevable. Le régime marocain est pragmatique et ambitieux, mais pas suicidaire », dit Mansouri. « S’il a agi ainsi, c’est parce qu’il a les garanties de ne pas gérer seul une éventuelle crise dérivée d’une mauvaise utilisation de Pegasus. Ceci explique le silence et la réaction timide, du moins jusqu’à présent, des Européens. Le Maroc n’est que la pointe de l’iceberg », suggère-t-il.

Il y a une semaine La Moncloa, au milieu d’une tempête politique due à l’espionnage avec Pegasus sur les dirigeants indépendantistes catalans, a dénoncé que les téléphones portables du président du gouvernement et de la ministre de la Défense, Margarita Robles, avaient également été infectés par le programme israélien par un agent extérieur. La première des intrusions se serait produite dans le cadre de l’entrée massive de quelque 10 000 immigrés à Ceuta entre le 17 et le 18 mai 2021. Un fait temporaire qui accroît la pression sur le Maroc. La présidence du gouvernement a cependant refusé de fournir des informations supplémentaires sur l’origine de l’espionnage au moment où elle cherche à se réconcilier avec le royaume alaouite, après le changement de position historique dans le différend sur le Sahara occidental, s’alignant sur le plan d’autonomie marocaine et exhibant sa solitude parlementaire.

« Il serait très facile de savoir si le Maroc est en retard car chaque client Pegasus génère une empreinte électronique » prévient Lmrabet. « Rabat fait maintenant ce qu’il a toujours fait : avant il y avait des informateurs humains et maintenant ils sont électroniques grâce à Israël », dénonce le reporter. « Je ne doute pas que ce qui s’est passé dernièrement à Madrid soit lié . Le changement de position sur le Sahara est une décision personnelle de Pedro Sánchez, ce n’est pas du gouvernement ou de son parti. Je suis sûr que le Maroc fait chanter Sánchez en ce moment parce qu’ils ont dû trouver quelque chose sur son téléphone. Dans 2,5 gigaoctets d’informations dans un téléphone, il peut y en avoir beaucoup ».

Diffamation et chantage

Intramuros du pays voisin, les informations recueillies grâce à l’espionnage de Pegasus et d’autres programmes antérieurs, de nationalités italienne, française ou néo-zélandaise, ont fini par apparaître sur les télévisions et les tabloïds les plus proches du régime dans un exercice continu de diffamation contre ceux qui contester le récit officiel. « Les médias du régime publient de nombreuses informations privées qu’il est impossible d’obtenir sans surveillance. Ils le font pour intimider et salir. L’objectif est d’anéantir ceux qui critiquent ou s’opposent au régime », souligne Mansouri.

L’une des victimes les plus récentes de ces pratiques est Wahiba Khourchech , une ancienne policière marocaine qui a été harcelée par le régime après avoir signalé un harcèlement sexuel à son supérieur. « En avril 2019, mon mari a reçu 3 photos sur lesquelles il apparaissait avec ma fille et mon avocat dans une chambre d’hôtel à Rabat. Ils lui ont dit qu’il était mon amant », se souvient la femme dans des déclarations à ce journal depuis son exil américain. « Mon téléphone a été espionné sans relâche. Bon nombre des messages que j’ai croisés avec mon avocat ont ensuite été partagés avec mon mari. Mon avocat a appris plus tard que son téléphone portable avait été infecté par Pegasus et que ses contacts étaient devenus sur le radar des autorités.

Khourchech a réussi à échapper au chantage et à la diffamation en traversant la frontière et en s’installant initialement à Melilla, d’où il s’est rendu aux États-Unis. « Pour les services d’espionnage marocains, les hommes politiques et officiels espagnols sont une priorité car ils partagent le conflit à Ceuta et Melilla. Il est normal qu’ils espionnent leurs téléphones », répond-il. « Après mon expérience, je sais que les services de renseignement marocains espionnent tous ceux qu’ils considèrent comme un danger ou qui pourraient leur causer un problème parce qu’ils sont prêts à dire ce qui se passe au Maroc. Et ils le font de mille façons : via Pegasus ou en accédant aux maisons et en plaçant des caméras.

Cercle fermé et opaque

A la tête de cet immense appareil de surveillance, fabriqué à Tel-Aviv et mis en œuvre à Rabat, se trouve le tout-puissant Abdellatif Hammaouchi , chef de la direction de la police nationale marocaine, de la direction de la sécurité nationale et de la surveillance territoriale et des services secrets. Il travaille également comme conseiller de Mohamed VI sur les questions anti-terroristes. « Le système de sécurité est très opaque. Hammaouchi contrôle à la fois la police et les services secrets. Ce serait un scandale en soi. C’est un cercle très fermé géré en toute impunité par trois ou quatre personnes, parfois avec un amateurisme flagrant. Le gouvernement n’a aucun contrôle sur le travail des services et encore moins sur le Parlement », dit Mansouri.

Des ombres allongées qui continuent de se heurter à l’ingéniosité des services secrets européens. « Que le Maroc soit le partenaire incontournable de l’Espagne en matière de lutte contre le terrorisme est un mythe. Les Français l’ont compris depuis longtemps. Les Espagnols sont à mi-chemin », indique Lmrabet. « Les Français et les Espagnols n’ont jamais fait pression sur le Maroc sur la question des droits de l’homme. L’Espagne n’a pas hésité à envoyer un innocent se faire torturer au Maroc », déplore Jamaï.

« Qu’il soit maintenant révélé que le Maroc a espionné l’élite politique espagnole est une sorte de justice poétique. L’Espagne, avec la France, a nourri le monstre, entre autres raisons, parce qu’il est considéré comme un bon allié dans la lutte contre le terrorisme . Les Français et les Espagnols ont récompensé et décoré la police marocaine pour ce travail supposé et regardons maintenant ce qu’ils ont soutenu. Ce sont les fruits. Ce qu’ils encouragent depuis des années, c’est le côté obscur du régime, le côté des services de sécurité qui ne vont pas contre les criminels mais persécutent ceux qui se battent pour la démocratie et les droits de l’homme », conclut-il.

El Independiente, 09 mai 2022

#Maroc #Espagne #Algérie #Espionnage #Pegasus #PedroSanchez #Macron #BrahimGhali #SaharaOccidental

Be the first to comment

Leave a Reply