Maroc: Un accès privilégié à Pegasus en échange de faveurs politiques

Maroc: Un accès privilégié à Pegasus en échange de faveurs politiques – Emmanuel Macron, Pedro Sanchez, Margarita Robles, Sahara Occidental, Brahim Ghali,

Le Maroc et Pégasus. Le couple fait à nouveau la une des journaux. Cette fois-ci en raison du soupçon que le royaume alaouite est l’agresseur  » externe  » derrière l’espionnage de Pedro Sánchez et Margarita Robles, puisqu’en mai et juin 2021 – date des infections – la tension avec Rabat était à son comble en raison de l’affaire Gali.

Ce n’est pas la première fois qu’il est accusé d’espionner un pays ami avec le logiciel d’espionnage développé par la société israélienne NSO. En juillet 2021, une enquête menée par Amnesty International et le consortium journalistique Forbidden Stories a révélé que le numéro de téléphone du président français Emmanuel Macron, de son Premier ministre et de 14 autres ministres figurait sur une liste de l’ONS.

Le Maroc a également été accusé d’espionner Macron, mais la France a gardé le silence.
La liste contenait 50 000 numéros du monde entier, dont 180 journalistes, 600 hommes politiques, 85 militants et 65 hommes d’affaires, ainsi qu’une douzaine de chefs d’État et de gouvernement. « Cela a déclenché des signaux d’alarme. Les gouvernements, si réticents à réglementer le cyber-espionnage, ont vu qu’il ne s’agit pas seulement d’une menace pour les dissidents dans les pays autoritaires, mais qu’il est également utilisé contre eux », explique Donncha Ó Cearbhaill, directeur du Security Lab d’Amnesty, qui suit le cyber-espionnage contre les dissidents et les journalistes.

Le fait d’être sur la liste ne signifie pas nécessairement que les téléphones de Macron et de ses ministres ont été infectés, mais cela signifie qu’ils ont été ciblés par un client de l’ONS. Forbidden Stories a estimé que 10 000 téléphones (un cinquième) étaient destinés au Maroc, dont 1 000 numéros français et 200 espagnols (selon les calculs de The Guardian).

L’Elysée a ordonné une enquête, mais s’est abstenu de confirmer si le téléphone du président avait été infecté et, surtout, si Rabat en était à l’origine. Lorsqu’un mois plus tard, le ministre israélien de la défense s’est rendu à Paris, le gouvernement a déclaré qu’il attendait des « clarifications », mais n’est pas allé plus loin.

Pegasus est le joyau de la couronne de l’industrie de la défense israélienne. NSO est une entreprise privée, mais ne peut vendre sa technologie qu’avec l’aval de l’Agence de contrôle des exportations de la défense. En d’autres termes, le gouvernement israélien a le dernier mot. Cela explique pourquoi Pegasus est devenu un atout diplomatique pour Israël, qui a acheté des alliances et un soutien politique en fournissant cette puissante cyberarme.

Israël a acheté des alliances et des soutiens en fournissant cette puissante cyberarme.
L’architecte de cette politique est Beniamin Netanyahou, qui a utilisé Pégase pour réaliser un rapprochement avec les monarchies du Golfe et le Maroc. « Partout où Netanyahou est allé, NSO était juste derrière », a écrit le quotidien israélien Haaretz . L’ancien premier ministre est intervenu pour que le veto sur l’Arabie saoudite soit levé après le meurtre de Jamal Khashoggi et pour que le logiciel soit réapprovisionné.

Rabat dispose de Pégase depuis au moins 2017, date des premières attaques mises au jour par Amnesty contre deux militants marocains. Trois ans plus tard, en décembre 2020, le pays a normalisé ses relations avec Israël. En contrepartie, Trump a reconnu la souveraineté du Sahara occidental.

Les services de renseignement marocains et israéliens coopèrent étroitement (et secrètement) depuis les années 1960.
Israël ne permettrait jamais à Pegasus de se retrouver entre les mains d’un pays hostile. Bien que les deux États n’aient pas de relations officielles, les services de renseignement marocains et israéliens coopèrent étroitement (et secrètement) depuis les années 1960, selon le journaliste Ronen Bergman.

Israël obtient du nouveau roi Hassan II qu’il autorise l’émigration des Juifs marocains vers l’État hébreu en échange d’informations vitales du Mossad : l’opposant Mehdi Ben Barka prépare un coup d’État pour le renverser. Ben Barka finira par être enlevé et assassiné à Paris en 1965, après avoir été traqué par le Mossad. Quelques mois auparavant, le Maroc a accueilli une réunion de dirigeants arabes à Casablanca et a permis aux Israéliens de mettre sur écoute des salles de réunion et des suites. Israël a obtenu des informations qui se sont avérées cruciales, deux ans plus tard, pour écraser les armées arabes lors de la guerre des Six Jours.

En avril 2021, un drone marocain a tué le chef de la gendarmerie du Front Polisario, le mouvement indépendantiste sahraoui, dans une opération dans laquelle beaucoup voient la main des services de renseignement israéliens. En juillet, Israël et le Maroc ont signé un accord de cyberdéfense visant à renforcer « la coopération opérationnelle, la recherche, le développement et le partage d’informations ». Israël construit deux usines de drones dans le nord du Maroc.

La Vanguardia, 06/05/2022

#Espagne #Maroc #Pegasus #Israël #Espionnage #NSOGroup #PedroSanchez