L’autre crise du gaz concerne l’Algérie

L’autre crise du gaz concerne l’Algérie – Espagne, Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, gazoduc Maghreb-Europe,

Pierre Haski , France Inter , France

Comme si une seule crise gazière ne suffisait pas, une seconde vient s’ajouter à celle que connaissent la Russie et l’Europe : l’Algérie menace d’interrompre l’approvisionnement destiné à l’Espagne dans le cadre de sa rivalité avec le Maroc.

L’Espagne s’est retrouvée au milieu d’un triangle infernal avec l’Algérie et le Maroc, une relation à trois dont personne ne peut sortir vainqueur. L’histoire commence en 1975 lorsque l’Espagne fuit sa colonie du Sahara. Depuis lors, le territoire est au centre d’un conflit larvé entre Alger, partisan du Front Polisario et partisan de l’autodétermination du Sahara occidental , jadis territoire espagnol, et Rabat, qui en a pris le contrôle pendant quarante-sept ans. depuis.

Le 18 mars, l’Espagne cède aux pressions et choisit de soutenir la position marocaine sur le dossier encore ouvert du Sahara. Les relations entre Alger et Madrid se détériorent alors, avec des échanges hostiles au plus haut niveau et le rappel de l’ambassadeur d’Algérie en Espagne.

Le dernier signe de cette crise est la menace sur l’approvisionnement en gaz, dont dépend l’Espagne.

L’Algérie livre son gaz à l’Espagne par un gazoduc qui passe par le Maroc, Maghreb-Europe. Le Maroc, en échange de l’autorisation de transit, a retiré une grande partie du gaz dont il a besoin. Cependant, le 1er novembre, l’oléoduc a été fermé par l’Algérie à un moment où les relations avec Rabat étaient au plus bas.

Cette décision a déclenché la dernière crise, au cours de laquelle l’Espagne a annoncé qu’elle utiliserait le gazoduc dans la direction opposée pour livrer du gaz naturel au Maroc. Aujourd’hui, l’Algérie menace de couper l’approvisionnement en gaz de l’Espagne si Madrid en « rend » une partie au Maroc. Les autorités espagnoles assurent que le gaz qui arrivera au Maroc n’est pas celui algérien, mais provient d’importations de gaz naturel liquéfié. Bien sûr, les Algériens ne font pas confiance.

Anciennes rivalités

Au-delà des aspects techniques, l’histoire est clairement politique. Comme dans le cas de la Russie, ce conflit confirme aussi la facilité avec laquelle l’approvisionnement énergétique peut devenir un outil de chantage. Dans ce cas, entre autres, la crise est plus profonde et se prête à différentes lectures.

Il y a d’abord la vieille rivalité entre l’Algérie et le Maroc, dont la frontière terrestre est fermée depuis trente ans et dont les relations diplomatiques ont rompu en août 2021.

Mais il faut aussi tenir compte de la recomposition des alliances dans la région Méditerranée-Moyen-Orient, avec les « accords abrahamiques » passés par Israël avec divers pays du Golfe et avec le Maroc . Les relations israélo-marocaines se développent rapidement, également sur le plan sécuritaire, autre enjeu de la confrontation avec l’Algérie.

L’Espagne se retrouve entre deux feux : le Maroc a exploité la carte de la pression migratoire dans l’enclave de Ceuta et a finalement contraint Madrid à la reddition, mais l’Algérie n’entend pas devenir la grande défaite de cette phase de recomposition et de contre-attaques à l’arme à gaz.

Il sera impossible de sortir de ce pétrin tant que les deux pays maghrébins n’auront pas surmonté leur antagonisme. Malheureusement, ce scénario paraît très lointain.

(Traduction d’Andrea Sparacino)

Internazionale, 29/04/2022

LIRE AUSSI : L’Allemagne place le gaz algérien en tête de ses priorités

LIRE AUSSI : La rupture du gaz algérien à l’Espagne emportera Sanchez

LIRE AUSSI : Benkirane : nous étions prêts à la coupure du gaz algérien

#Algérie #Espagne #Maroc #SaharaOccidental #Gaz #Gazoduc