Entretien avec « La Thatcher de la Tunisie » Ouided Bouchamaoui

Entretien avec « La Thatcher de la Tunisie » Ouided Bouchamaoui, lauréate du prix Nobel de la paix – Confédération tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, UTICA,

Ouided Bouchamaoui est PDG du Groupe Hédi Bouchamaoui (HBG Holding). Elle a occupé le poste de présidente de la Confédération tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) de 2011 à 2018. Après la révolution de Jasmin en 2011, Bouchamaoui a cofondé le Quartet de dialogue national tunisien au milieu des troubles civils et politiques de la Tunisie en 2013. Aux côtés des dirigeants de trois autres organisations de la société civile de premier plan, elle a été un médiateur central dans la négociation visant à préserver les acquis démocratiques de la Tunisie et à ratifier une constitution durable. En 2015, Bouchamaoui et ses cofondateurs ont reçu le prix Nobel de la paix pour leur travail. La Tunisie est désormais considérée comme le seul pays démocratique du monde arabe.

Vous êtes une femme d’affaires très puissante et accomplie en Tunisie. Pouvez-vous me parler de votre parcours pour devenir présidente de la Confédération tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) ?

Je suis issue du milieu des affaires. Mon grand-père était un entrepreneur, et mon père aussi. Mon éducation était très importante pour lui. Il était mon mentor, mon éducateur, il m’a appris à écouter les autres, à négocier, à gérer les affaires, à être un leader. Il nous a éduqués de la même manière, garçons et filles. C’est grâce à mon père que je suis cette voie.

En quoi le fait d’être une femme a-t-il rendu votre choix de carrière plus difficile ? De quelle manière le fait d’être une femme vous a-t-il donné du pouvoir ?

Pour moi, c’est le moment de prouver aux autres que nous avons la capacité de gérer, de faire face, d’être le numéro un. Je n’ai pas eu l’impression d’être moins que les hommes. En 2011, après la révolution tunisienne, j’ai été élue présidente [de l’UTICA]. Quand j’ai eu cette opportunité de gérer la Confédération tunisienne, j’étais la seule femme du conseil d’administration. Cela ne dépend pas du fait que vous soyez une femme, mais de ce que vous avez dans votre esprit.

J’étais la première femme du monde arabe à être présidente de ce genre de communauté. J’ai été élue par une majorité d’hommes. Mais ils m’ont élue, non pas parce que j’étais une femme, mais parce qu’ils ont vu en moi la capacité de diriger.

Comment avez-vous utilisé votre plate-forme en tant que première femme présidente de l’UTICA pour plaider en faveur du changement ? Quelle différence vouliez-vous faire ?

J’ai été élue [présidente de l’UTICA] en 2011. En 2012, j’ai commencé à avoir un nouveau dialogue avec notre partenaire, l’Union générale tunisienne du travail. Pour moi, l’idée était de savoir comment construire une nouvelle relation entre l’Union et le monde des affaires. Comment pouvons-nous avoir une relation différente d’une relation conflictuelle ? Comment construire un pont et instaurer un dialogue ?

J’ai donc contacté le secrétaire général du syndicat et je lui ai dit : « Asseyons-nous autour d’une table et entamons cette nouvelle relation. » Il y avait toujours de la colère parce que les gens pensaient que le monde des affaires avait bénéficié du régime précédent. Pour moi, il était très important de remodeler cette image du monde des affaires et d’avoir un partenariat solide avec l’Union.

Lorsque nous avons engagé des discussions, nous avons vu le nombre de conflits diminuer. Le succès le plus important de ma carrière a été cette relation avec l’Union, car j’ai construit un nouveau type de processus social et de dialogue.

Vous avez mentionné la révolution de Jasmin. Dans quelle mesure cette révolution a-t-elle changé les objectifs que vous aviez pour vous-même et pour votre pays ?

L’année 2011 a été très importante dans ma vie. Nous sommes passés d’une dictature à un pays démocratique avec des élections libres. Ce qui est très important, c’est que [la démocratie] était un produit national à 100 % : ce qui a été fait en Tunisie a été fait par les citoyens tunisiens, sans intervention internationale. Ce qui a été fait en Tunisie a été fait par les citoyens tunisiens, sans intervention internationale, sans leadership politique, par la population.

Sous l'[ancien] régime, il n’y avait pas de liberté. Il n’y avait pas de médias libres. Nous avions un seul parti, un seul président. Nous avions des problèmes économiques et des taux de chômage très élevés. Il n’y avait pas d’égalité entre les villes et le gouvernement. Alors les gens sont descendus dans la rue et ont demandé de la dignité, de la liberté.

Cette vague de liberté est quelque chose qui appartient à la Tunisie. Nous l’avons fait de manière très pacifique si l’on regarde dans la région, en Libye, au Yémen et en Syrie. Nous avons réussi à avoir une constitution démocratique et des élections équitables. Nous avons différents partis. Nous avons une opposition. Nous pouvons critiquer tout le monde. Nous avons la liberté individuelle.

Je suis très fière de dire qu’en Tunisie, nous avons pu faire passer partout le message qu’un pays arabe et musulman pouvait être un pays démocratique sans violence, sans guerre et sans conflit.

Vous parlez d’être fier de la Tunisie et de vos compatriotes après la révolution de 2011. Qu’est-ce qui vous a poussé à fonder le Quartet de dialogue national en 2013 ?

En 2013, deux ans après mon élection, il y a eu deux assassinats politiques de [membres de] l’opposition en Tunisie. Nous avions peur de perdre notre démocratie. Le gouvernement de l’époque était responsable et ils ont dû démissionner. Nous avions le sentiment que nous allions tout perdre.

C’est pourquoi nous nous sommes réunis : moi, le secrétaire général de l’Union, le bâtonnier de l’ordre des avocats et le président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme. En tant que quatre confédérations importantes du pays, nous représentions une grande force. Nous représentions l’argent, les travailleurs, la loi et les droits de l’homme.

Nous avons rédigé un communiqué, une sorte de feuille de route. Dans cette feuille de route, nous avons mis six points que nous demandions, dont la constitution, la démocratie, les gouvernements technocratiques, entre autres. Nous avons mis ce que les gens demandaient, ce que la majorité de la Tunisie demandait. Et nous avons dit [aux politiciens], s’il vous plaît, signez cette feuille de route et négocions. Il nous a fallu au moins sept mois pour négocier avec les parties concernées – plus de 1 700 heures de négociations.

Nous avons montré aux politiciens qu’ils devaient s’asseoir ensemble. Nous avons amené 21 parties à s’asseoir ensemble et à discuter. Nous leur avons dit : regardez-nous : moi et le chef du syndicat, nous avons toujours été en conflit, mais nous sommes capables de nous asseoir ensemble. C’était la première leçon du dialogue national de la Tunisie. Tout le monde venait de mondes différents, mais nous étions capables de résoudre les problèmes, nous étions capables de nous asseoir ensemble. C’était la clé du succès du [Quatuor du dialogue national]. Nous étions la voix des citoyens tunisiens.

Bien sûr, en sept mois, nous avons eu des difficultés. Parfois, nous avions l’impression qu’il n’y avait pas de solution. Nous avons arrêté les négociations deux fois, une fois pendant deux semaines et une fois pendant un mois. Nous avons utilisé la négociation en tête-à-tête pour convaincre tout le monde que notre première priorité était de sauver la révolution, de sauver la transition démocratique, d’avoir une élection démocratique et de construire un pays démocratique.

C’était le cœur des négociations. Il y avait au moins 50 personnes autour de la table. C’était épuisant quand nous étions dans ce processus. Nous avons oublié notre ego, nous avons oublié nos organisations, nous avons oublié nos familles, nous avons oublié nos entreprises, nous avons tout oublié. Nous nous sommes simplement concentrés sur la façon dont nous pouvions trouver une solution le plus rapidement possible. Les gens nous tendaient la main.

Tout au long de ce processus de négociation de sept mois, de nombreuses personnes ont quitté la table et ne voulaient pas négocier. Comment les avez-vous convaincues de revenir ?

Lorsque nous avons entamé ce dialogue, nous avons dit [aux parties concernées] que pour chaque décision, nous avions besoin d’un consensus unanime. C’est pourquoi il a fallu sept mois. Pour chaque point, nous devions nous préparer à mener une négociation individuelle, une discussion individuelle, une réunion individuelle pour contester et convaincre.

Notre objectif était une initiative des gens et pour les gens, donc tous devaient être d’accord sur cette feuille de route. Nous avons gagné, mais cela a été difficile pour moi et mes collègues. Les politiciens ont utilisé les médias sociaux pour nous intimider et diffuser de fausses nouvelles. J’ai été harcelée. J’ai été menacé. Ils ne voulaient pas que ce dialogue aboutisse. Ils disaient : « vous n’avez pas la légitimité pour parler ».

Ils ont tout essayé – surtout pour moi en tant que femme. J’étais la seule femme dans un groupe de trois hommes. Ils pensaient qu’en tant que femme, je partirais. Ils m’ont dit : « Qu’est-ce que tu fais ici ? Pourquoi t’occupes-tu des politiciens ? » Je leur ai dit : « C’est mon pays. Je pense à la nouvelle génération. Je pense à mes enfants. Je pense à l’avenir de mon pays. C’est mon devoir de trouver la solution. » C’est pourquoi ils m’ont appelé le Thatcher de la Tunisie.

Vous dites que vous avez gagné, et vous l’avez fait : vous avez sauvé la démocratie en Tunisie. Vous avez également reçu le prix Nobel de la paix avec le Quartet du dialogue tunisien pour cet accomplissement. Si vous réfléchissez à tout ce que vous avez accompli, de quoi êtes-vous le plus fier ?

Nous avons fait connaître la Tunisie partout. Les gens ont reconnu que la démocratie était possible dans notre région et dans notre pays. Ils ont vu que nous pouvons faire face au dialogue et que le dialogue est possible même dans les moments difficiles. La majorité ne savait pas où était la Tunisie. C’était une façon de dire, oui, nous sommes capables de traiter par nous-mêmes et d’éviter les conflits. Avec ce prix Nobel de la paix, nous avons pu mettre la Tunisie sur la carte.

Avez-vous des conseils à donner aux jeunes, et surtout aux jeunes femmes, qui veulent aussi créer un monde plus pacifique ?

La nouvelle génération a plus de moyens de se connecter. Grâce à la technologie, tout est facile à contacter. Vous pouvez discuter de différentes manières. Vous avez la capacité de convaincre. Même si vous n’avez pas vécu ce genre de conflit, votre objectif final est de vivre ensemble sans barrières, obstacles ou restrictions. Vous voulez voyager, vous voulez discuter, vous voulez goûter, vous voulez partager, vous voulez essayer – c’est très important. Vous avez cette ouverture d’esprit qui vous permet de vivre partout et de discuter avec n’importe qui. Ce sont des outils très importants pour réussir dans votre vie.

Harvard International Review, 29/04/2022

#Tunisie #OuidedBouchamaoui

Be the first to comment

Leave a Reply