ONU: Le Maroc propose un juriste pour un organe non juridique

ONU: Le Maroc propose un juriste pour un organe non juridique – Sahara Occidental, frontières maritimes continentales, Miloud Loukili, Commission des limites du plateau continental,


En plein litige maritime maroco-espagnol au large du Sahara occidental, le Maroc fait pression pour qu’un défenseur de l’occupation du Sahara occidental fasse partie d’un important panel scientifique onusien sur les frontières maritimes continentales.

Le gouvernement marocain pousse actuellement la candidature du professeur Miloud Loukili pour un siège au sein de la Commission des limites du plateau continental. D’après ce que sait Resource Watch du Sahara occidental, Rabat a écrit à plusieurs gouvernements pour demander aux États membres de l’ONU de soutenir sa candidature.

L’organe scientifique de l’ONU décide de la délimitation du plateau continental, c’est-à-dire qu’il détermine la zone exacte dans laquelle le plateau continental des différents pays s’avance dans les eaux profondes. Cela est pertinent partout où le plateau continental s’étend au-delà de la zone d’exclusion économique de 200 miles nautiques.

Conformément à l’article 2 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, chacun des 21 membres de la commission doit être « expert en géologie, en géophysique ou en hydrographie ».

M. Loukili est un juriste marocain ayant une longue carrière dans le droit, mais sans formation formelle dans les domaines requis pour être membre de la Commission. WSRW a eu un aperçu du CV du juriste, qui a été transmis aux gouvernements.

Les élections de l’organe onusien auront lieu à la mi-juin 2022. Les membres actuels de la Commission, élus pour cinq ans en 2017, termineront leur mandat lors de la même session. Les personnes qui occupent le siège de la commission basée à New York le font à titre personnel.

Loukili est décrit dans les lettres du gouvernement marocain comme un « éminent spécialiste » du droit maritime, « fortement impliqué dans le processus multilatéral lié à la mise en œuvre de la CNUDM » (Convention des Nations unies sur le droit de la mer).

Le gouvernement marocain omet cependant de préciser que le CV du professeur Loukili ne contient pas les qualifications formelles requises pour être membre de la Commission. Ce qui est également passé sous silence, c’est que Loukili est un défenseur acharné de la position du gouvernement marocain sur le Sahara occidental, qu’il appelle « le Sahara marocain » ou « notre Sahara ». Il a ouvertement appelé à défendre la position marocaine à l’international « sur tous les fronts ».

Lors d’un événement organisé par l’agence de presse marocaine MAP à Rabat en 2018, il a déclaré qu’il était « absolument nécessaire – de manière très claire – et je parle en tant que juriste […] de sensibiliser l’opinion publique internationale sur tous les fronts à la légitimité de la position marocaine ».

Il a ajouté que sa participation à la manifestation de la MAP allait de soi, car « tout ce qui touche à la cause nationale ne peut me laisser indifférent ». Son discours complet à voir ici.

« Je suis juriste et je me suis spécialisé dans le droit international, notamment le droit maritime. […] Et je dois aujourd’hui, en toute humilité, apporter ma contribution pour éclairer l’opinion publique nationale et surtout internationale sur ce qui se passe dans notre Sahara », a déclaré Loukili.

« Le Maroc considère que le territoire du Sahara se trouve à l’intérieur de ses frontières authentiques, qu’il fait partie intégrante et complète de son territoire ». Il a cité le roi du Maroc en ces termes : « L’essentiel n’est pas de se demander ce que la patrie fait pour nous, mais ce que nous faisons pour la patrie ».

Ces déclarations hautement politiques – qui laissent entendre que le Sahara occidental appartient au Maroc – vont à l’encontre de toutes les résolutions des Nations unies et des tribunaux internationaux qui se sont penchés sur la question.

La CIJ, la CJUE et les Nations unies sont conscientes que le Maroc n’a pas de mandat légal pour être présent au Sahara occidental. Le récent arrêt de la CJUE du 29 septembre 2021 a réaffirmé que le Maroc et le Sahara occidental sont des territoires « séparés et distincts » en vertu du droit international et que les accords commerciaux ne peuvent pas inclure le Sahara occidental sans le consentement explicite du peuple du territoire, représenté par le mouvement de libération nationale Polisario.

Les eaux situées au large du Sahara occidental ont fait l’objet de nombreux litiges, principalement entre le Maroc et le peuple sahraoui, mais aussi entre le Maroc et l’Espagne.

Dans un récent article paru dans la revue Marine et Océans, Loukili a indiqué que la commission dont il souhaite faire partie a reçu « plus de 100 demandes d’extension du plateau continental, dont celles de l’Espagne, du Portugal et de la Mauritanie, toutes situées à proximité immédiate du Maroc. Afin d’assurer la sécurité juridique de ses intérêts sur le plateau continental, le Maroc a présenté à la Commission en 2015 un rapport contenant des informations préliminaires et indicatives sur l’extension proposée de son plateau continental. En juin 2017, le Royaume a réitéré sa demande d’extension du plateau continental auprès de cet organe onusien, dans l’attente de la présentation ultérieure d’un rapport technique détaillé, comme le prévoit la convention de Montego Bay ».

L’organe scientifique des Nations unies est connu pour être très attentif à son intégrité et pour ne pas effectuer de travaux dans des zones où la souveraineté n’a pas été clarifiée. Se référant aux règles de la Convention, article 46, il s’est abstenu à plusieurs reprises de réaliser de tels travaux.

La procédure d’élection est décrite à l’annexe 2, article 3 de la Convention. Pour être élu à la Commission, il faut une majorité des deux tiers des États membres de la Convention. Presque tous les États membres des Nations unies sont membres de la CNUDM.

Le Maroc prétend respecter la Convention des Nations unies sur le droit de la mer et la Charte des Nations unies alors qu’il poursuit son occupation illégale du Sahara occidental et contrôle ses eaux.

« Le Maroc, nation maritime par excellence en raison de sa position géostratégique et de ses 3500 (sic) km de côtes, tant sur l’Atlantique que sur la Méditerranée, attache une grande importance à l’application de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer », écrit paradoxalement le gouvernement marocain aux États membres de l’ONU. En réalité, le Maroc possède environ 2500 km de côtes.

L’événement de la MAP n’est pas la seule fois où Loukili participe à des événements organisés par l’agence de propagande marocaine. En 2013, Loukili a été interviewé par la MAP lors d’un événement de présentation d’un livre sur les prisonniers de guerre marocains capturés par le Polisario après l’invasion marocaine des territoires occupés, où il a qualifié le Polisario de « terroristes » et a souligné sa défense de ce qu’il appelle « la marocanité du Sahara ».

WSRW, 05 mai 2022

#Maroc #ONU #SaharaOccidental #Frontières_maritimes

Be the first to comment

Leave a Reply