Gaz inversé au Maroc via GME: quels fournisseurs et à quel prix?

Gaz inversé au Maroc via GME: quels fournisseurs et à quel prix? – gazoduc Maghreb-Europe, Algérie, Espagne, Qatar,

Bien que les responsables marocains et espagnols s’accordent à dire que le flux inverse de gaz vers le GM via le gazoduc Maghreb-Europe (GME) ne sera rien d’autre que l’Algérie, il y a du suspense sur le coût et le profil du ou des fournisseurs. Qui va approvisionner le marché marocain désormais…

Fin avril, le régime algérien a menacé de mettre fin à l’accord avec l’Espagne, qui a fermé fin octobre 2021 après que Madrid et Rabat ont décidé de détourner le débit du gazoduc Maghreb-Europe (GME).

L’Algérie maintient sa position hostile envers le Maroc, craignant que dans le processus d’inversion du flux GME, le gaz algérien ne soit mélangé avec le gaz envoyé au Maroc. Madrid a réagi rapidement, rappelant qu’elle avait accepté d’autoriser Rabat à n’utiliser ses installations de gaz renouvelable que pour acheter du gaz naturel liquéfié (GNL) du Maroc sur le marché international.

« Les chances que l’Algérie viole ses obligations énergétiques envers l’Espagne, un allié européen clé, restent minces », a déclaré Intissar Fakir, directrice de projet pour l’Afrique du Nord et le Sahel, au Moyen-Orient.

« Sonatrach, la compagnie nationale d’énergie du pays, ne veut pas rompre les accords internationaux pour un certain nombre de raisons et mettre en péril sa relation avec un client clé. L’Algérie a évité de transférer du gaz algérien au Maroc dans le cadre de son contrat actuel – et Madrid a assuré aux Algériens qu’un tel transfert n’aurait pas lieu. Intissar Fakir dans cet article intitulé « L’approche instable de l’Algérie vis-à-vis du Maroc pourrait avoir un impact sur les liens énergétiques avec l’Espagne ».

Le directeur du projet Afrique du Nord et Sahel (Mostafa Terrab, président du groupe OCP, qui est membre du conseil consultatif du projet) indique que parmi les options envisagées par le gouvernement marocain, une restructuration pour embaucher du GNL a été externalisée. « À cette fin, des responsables marocains se sont rendus au Qatar, un exportateur de gaz, en février pour s’assurer les volumes de GNL. Les relations du Maroc avec le Qatar sont fortes, notamment lors du siège du pays dans le Golfe en 2017. Il est peu probable que Doha soit oubliée », a rappelé le groupe de réflexion basé à Washington.

« Compte tenu du coût de la location de l’installation gazière, le Maroc s’est tourné vers l’Espagne pour faciliter l’exploitation du GNL, qui sera ensuite acheminé via le GME. Peut protéger les objets.

Amérique, Nigéria, Qatar… gâtés

Lors d’une conférence de presse vendredi 15 avril, la ministre du Changement énergétique Leila Benali a confirmé que l’arrivée des premières fournitures aux deux centrales, Tahaddart et Aïn Beni Mathar, était « une question de quelques jours ». Si le Maroc « entre rarement sur le marché international du GNL », « les équipes marocaines ont su développer un pouvoir de négociation important face à des traders expérimentés ».

Leila Benali n’a pas semblé apprécier la quantité commandée par la partie marocaine (ONEE et Onheim), qu’elle jugeait moins importante qu’elle ne l’avait espéré, même si elle s’est félicitée de l’effervescence suscitée par la sortie du Maroc sur le marché international du GNL. « Nous avons reçu des dizaines de réponses. Ce sont des accords à moyen terme », a promis la ministre, sans préciser les détails de ces accords (prix, quantité, pays fournisseur).

« Je ne suis pas membre de la commission ad hoc chargée du dossier gaz », a déclaré la ministre, ajoutant que l’annonce de la première date de répartition est attendue dans les prochains jours.

Plus de deux semaines après le départ significatif du ministre, les centrales de Tahaddart et Ain Beni Mathar sont toujours fermées, et aucun des paramètres du nouveau contrat énergétique entre le Maroc et l’Espagne n’a encore été filtré.

Selon l’agence de presse londonienne Ray Alyoum, les méthaniers loués par le Maroc doivent arriver via l’Atlantique (hors Qatar) en provenance des États-Unis ou du Nigeria, décharger la cargaison au port de Huelva en Andalousie et démarrer le processus de pompage vers le hub de GME en Córdoba.

Au lieu de se contenter d’un fournisseur unique, le Maroc aurait choisi de diversifier ses sources d’approvisionnement en raison de la difficulté (rareté et coût élevé) d’obtenir du gaz sur le marché international lié au conflit armé entre la Russie et l’Ukraine.

« Importer du gaz coûte au Maroc sept fois plus que ce qu’il reçoit de l’Algérie via GME. Le Maroc n’a pas besoin de grandes quantités de gaz, ce qui lui permet d’obtenir plus facilement ce qu’il recherche sur le marché international » ( Ray Alyoum ).

Guillaume Kennedy
« Pionnier du café. Fanatique des réseaux sociaux. Passionné de télé. Entrepreneur sympathique. Amateur de zombies.

Tumbler Ridge News, 03/05/2022

#Maroc #Gaz #Algérie #GME #Gazoduc #GNL