Algérie-Belmadi: polémique après l’élimination du Mondial-BBC-

Algérie-Belmadi : polémique après l’élimination du Mondial-BBC- – Cameroun, Coupe du monde 2022, Bakary Gassama, arbitrage, corruption,

Cela fait un mois que l’Algérie s’est retirée des éliminatoires de la Coupe du monde 2022, mais les retombées émotionnelles de l’élimination continuent de se répercuter sur la nation nord-africaine.

Les Fennecs étaient à quelques secondes de se qualifier pour leur cinquième Coupe du monde avant que l’attaquant camerounais Karl Toko Ekambi n’étouffe tous les espoirs avec un but dramatique de dernière minute au stade Mustapha Tchaker de Blida, en Algérie.

Quelques jours après le match, Charafeddine Amara, le président sortant de la fédération algérienne (FAF), a présenté sa démission et accepté la responsabilité de l’absence de l’Algérie du tournoi au Qatar.

Son départ sera officialisé fin mai et un nouveau président sera nommé lors de l’assemblée générale de la FAF.

En plus de la démission d’Amara, cependant, des questions ont été soulevées concernant l’avenir de l’entraîneur-chef de l’Algérie Djamel Belmadi.

Avant le match aller au Cameroun, il avait annoncé que si l’Algérie ne parvenait pas à se qualifier pour la Coupe du monde, il « prendrait ses responsabilités » et présenterait sa propre démission.

Après le match retour en Algérie, Belmadi a cependant préféré demander un temps de réflexion avant de prendre une décision définitive.

Depuis son arrivée en 2018, l’homme de 46 ans est largement reconnu comme l’un des meilleurs jeunes managers d’Afrique.

Il a aidé l’Algérie à remporter la Coupe d’Afrique des Nations 2019 et l’a ensuite mené sur une séquence de 35 matchs sans défaite, qui a établi un record continental.

Mais les six derniers mois ont été éprouvants pour le tacticien d’origine parisienne ; L’Algérie s’est retirée des phases de groupes de la Coupe des Nations 2021 et a enchaîné en ratant la Coupe du monde.

Après un mois de réflexion, Belmadi s’est finalement assis pour une interview de 50 minutes dans laquelle il a évoqué ses raisons de continuer avec l’équipe nationale algérienne.

« J’ai proposé de résilier mon contrat à mes supérieurs et je leur ai donné la possibilité de mettre fin au contrat. Cela a été rejeté », a-t-il déclaré.

« La deuxième raison (de rester), ce sont les supporters et notre peuple dans son ensemble, qui nous ont soutenus et ont cru en nous, mon staff, moi-même et nos joueurs, malgré cette crise. »

Après avoir expliqué ses motivations pour rester en tant qu’entraîneur de l’Algérie, l’interview de Belmadi est devenue de plus en plus controversée.

Retour de bâton après l’attaque de Belmadi contre l’arbitre

La principale cible de la colère de Belmadi était l’arbitre gambien Bakary Gassama, un officiel de match réputé dans sa quinzième année de service qui a supervisé leur élimination à Blida.

Les Algériens ont contesté une poussée dans la surface de réparation dans la préparation du premier but du Cameroun marqué par Eric Maxim Choupo-Moting, et les Nord-Africains se sont également vu refuser un but dans le temps supplémentaire car la tête d’Islam Slimani a été jugée avoir ricoché sur son coude après un examen de l’arbitre assistant vidéo.

« Jamais plus nous ne permettrons à quelques personnes de conspirer contre notre pays », a lancé Belmadi dans une vidéo publiée par la FAF.

« Je n’ai pas du tout aimé voir le lendemain le départ de cet arbitre (Gassama) de l’aéroport d’Alger, le voir confortablement installé dans la suite lounge avec un café et une pâtisserie. Je n’ai pas aimé ça.

« Il a volé l’espoir de toute une nation ».

« Je ne dis pas que vous devez le tuer, je ne dis pas des choses comme ça. C’est plus qu’un tyran. Nous ne pouvons plus jamais accepter cela. »

Les paroles de Belmadi ont été accueillies avec choc et colère, la fédération gambienne appelant l’instance dirigeante mondiale de la Fifa et la Confédération africaine de football à ouvrir une procédure disciplinaire contre l’ancien milieu de terrain de Marseille et Southampton.

La fédération camerounaise (Fecafoot) a également été mécontente de ses propos et son président, l’ancien attaquant barcelonais Samuel Eto’o, a publié un communiqué appelant à sa sanction.

« Le Cameroun se réserve le droit de porter cette affaire devant la commission d’éthique de la FIFA dans les prochains jours », a écrit Eto’o.

« La Fecafoot conteste ces allégations diffamatoires inculquées de manière allusive et formulées à plusieurs reprises par les dirigeants du football algérien. »

La menace de suspension plane donc sur la campagne de qualification de l’Algérie pour la Coupe des Nations 2023 le mois prochain.

Lorsque les nuages ​​se dissipent et que l’attention revient sur le terrain, les supporters peuvent s’attendre à une nouvelle équipe et à un stade à la pointe de la technologie.

Après avoir finalement perdu son premier match au stade Tchaker, l’Algérie va maintenant quitter le site branlant et accueillir des matchs au nouveau stade olympique d’Oran, à 400 kilomètres à l’ouest d’Alger.

Le stade polyvalent a été construit pour accueillir les Jeux méditerranéens de 2021 qui auront lieu plus tard cet été.

Reste à savoir si Belmadi pourra affronter une tempête de sa propre initiative et être présent au début de la campagne de la Coupe des Nations.

Par BBC Afrique

Modern Ghana, 03/05/2022

#Algérie #Belmadi #Cameroun #Mondial #Bakary_Gassama #Arbitrage