Du Maroc aux Émirats : les « suspects habituels » qui pourraient avoir espionné Sánchez

Du Maroc aux Émirats : les « suspects habituels » qui pourraient avoir espionné Sánchez – Mexique, Azerbaïdjan, Bahreïn, Kazakhstan, Rwanda, Arabie saoudite, Hongrie, Inde,

Le gouvernement exclut totalement toute institution étatique et évoque « avec une certitude absolue » une « attaque extérieure », sans toutefois désigner un pays ou une organisation en particulier.

Le gouvernement a dénoncé le fait que les téléphones portables du président Pedro Sánchez et de la ministre de la Défense, Margarita Robles, ont été espionnés avec le programme Pegasus, un logiciel que l’entreprise israélienne NSO Group vend à des clients étatiques. M. Moncloa exclut totalement qu’une institution de l’État – comme le CNI, la police ou toute autre administration – soit impliquée dans la mise sur écoute des téléphones portables de MM. Sánchez et Robles et évoque « avec une certitude absolue » une « attaque extérieure », sans toutefois désigner un pays ou une organisation en particulier.

Le téléphone du président, qui dispose d’un système de cryptage et de sécurité avancé comme les portables des ministres, a été mis sur écoute deux fois en mai 2021, et celui du ministre de la défense une fois en juin de l’année dernière. Le volume d’informations extraites du portable de Sánchez était de 2,6 gigaoctets lors de la première écoute et de 130 mégaoctets lors de la seconde. Seulement neuf mégaoctets ont été extraits du téléphone de Robles. Le gouvernement n’a toutefois pas précisé quelles données ont été volées.

La Moncloa a aujourd’hui justifié la faille de sécurité de cet espionnage présumé en rappelant qu’il existe des dizaines de cas similaires qui ont touché des dirigeants internationaux, comme Emmanuel Macron ou Boris Johnson, l’ancien président de la Commission européenne Romano Prodi et le président du Conseil européen, Charles Michel, ce dernier lorsqu’il était premier ministre belge.

Dans le cas du président français, le Maroc a inclus son nom dans une liste de cibles de l’espionnage téléphonique Pegasus par les services secrets du royaume alaouite, comme l’ont dénoncé en juillet 2021 le consortium de médias Forbidden Stories et Amnesty International. Rabat, un allié stratégique de Paris, a démenti ces allégations, tout comme le groupe NSO. Suite à ces accusations, l’Elysée a évité de citer le Maroc.

Le Maroc s’est également retrouvé sous le feu des projecteurs de l’espionnage Pegasus – un programme qui a été utilisé pour infecter au moins 50 000 téléphones portables de politiciens, d’activistes et de journalistes à travers le monde – lorsqu’en juillet 2021, le parquet de Paris a ouvert une enquête suite aux plaintes de plusieurs journalistes dont les téléphones auraient été « piratés » sur ordre de Rabat.

Le Maroc, le Mexique et les Émirats, les plus gros utilisateurs de Pegasus

Au moins 22 pays ont été attaqués entre 2016 et 2021 avec le logiciel espion Pegasus dans le cadre d’opérations qui auraient été menées secrètement par des gouvernements tels que l’Arabie saoudite, le Maroc, le Mexique, les Émirats arabes unis et l’Inde. Une fuite de données révélée par 16 médias internationaux en juillet dernier dénonçait le Mexique, le Maroc et les Émirats arabes unis comme les pays ayant le plus prétendument utilisé le programme d’espionnage. L’enquête a révélé que la base de données du logiciel collectait les téléphones portables de 50 000 « personnes présentant un intérêt » pour les clients de NSO Group depuis 2016.

Officiellement, NSO Group a vendu le logiciel à au moins une douzaine de pays, dont certains à régime autoritaire : Azerbaïdjan, Bahreïn, Kazakhstan, Mexique, Maroc, Rwanda, Arabie saoudite, Hongrie, Inde et Émirats arabes unis. La Russie est manifestement absente de la liste des clients. La Russie ne fait pas partie des puissances qui utilisent Pégase pour espionner leurs adversaires ou rivaux étrangers, mais cela ne cache pas la longue liste d’actions en justice douteuses engagées par le gouvernement russe contre des opposants politiques ou des journalistes. La clé de l’utilisation de Pegasus est que la Russie est plus un producteur qu’un acheteur de logiciels espions.

L’affaire catalane

Développé par le groupe NSO, une société fondée en 2010 par d’anciens membres des services de renseignement israéliens, Pegasus est vendu aux gouvernements et à leurs services de sécurité pour lutter contre la criminalité et le terrorisme, selon la société elle-même. Pegasus installe une application sur le téléphone portable de la personne à espionner via un lien que l’utilisateur du téléphone reçoit par SMS. À partir de ce moment, Pegasus peut accéder au contenu de l’appareil, ainsi qu’activer ou désactiver des composants tels que la caméra ou le microphone.

La première fuite concernant son utilisation a eu lieu en 2017, bien que la première alerte à son sujet ait déjà eu lieu un an plus tôt. L’un des derniers cas d’espionnage présumé par Pegasus a été révélé par l’hebdomadaire américain The New Yorker en avril 2022, avec des données du Citizen Lab, et selon lequel plus de soixante dirigeants indépendantistes, principalement catalans et basques, auraient été victimes du programme. Parmi les personnes visées par l’enquête figurent le président de la Generalitat, Pere Aragonès, les anciens présidents Quim Torra et Artur Mas, ainsi que l’entourage de Carles Puigdemont. L’espionnage présumé a coïncidé avec les années les plus turbulentes en Catalogne, lorsque le gouvernement catalan a convoqué un référendum de sécession en 2017 qui a été déclaré illégal par la Cour constitutionnelle.

Vox Populi, 02/05/2022

#Espagne #Espionnage #Pegasus #PedroSanchez #MargaritaRobles #GonzalezLaya #Maroc #EAU

Be the first to comment

Leave a Reply