Pétrole : L’œil du cyclone ?

Pétrole : L’œil du cyclone ? – énergie, gaz, Brent, OPEP+, Russie,

Résumé : malgré le calme relatif du mois dernier, les marchés de l’énergie restent embourbés dans l’incertitude et la volatilité ne peut que s’accroître.

Nous remercions Alastair Newton pour la lettre d’information d’aujourd’hui. Alastair a travaillé comme analyste politique professionnel à la City de Londres de 2005 à 2015. Avant cela, il a passé 20 ans comme diplomate de carrière au sein du service diplomatique britannique. En 2015, il a cofondé la société Alavan Business Advisory Ltd, dont il est l’un des directeurs.

Lors d’un dîner d’investisseurs à Londres la semaine dernière, j’ai demandé l’avis de toute la table sur ce que serait le prix du Brent à la fin de l’année. Comme on pouvait s’y attendre, les réponses allaient de 70 $USpb – c’est-à-dire l’estimation non consensuelle d’Ed Morse de la Citibank – à 200 $USpb. À part une question sur la base des prévisions de M. Morse (voir ci-dessous), aucun des prix proposés n’a suscité de réaction, ce qui souligne le degré élevé d’incertitude avec lequel les investisseurs sont actuellement aux prises.

Néanmoins, depuis que j’ai examiné le pétrole le 14 mars, bien que nous assistions encore à des réactions impulsives aux gros titres (voir, par exemple, la réponse à l’annonce faite par la Russie la semaine dernière qu’elle interrompait l’approvisionnement en gaz de la Bulgarie et de la Pologne), la volatilité des marchés pétroliers s’est un peu calmée, du moins pour l’instant, le Brent se situant plus ou moins dans une fourchette comprise entre 102 et 112 dollars américains par livre jusqu’en avril. Étant donné que nous avons commencé l’année avec un Brent juste en dessous de 80 pb, il s’agit certainement d’une hausse non négligeable. Mais elle est encore loin du pic de clôture du 8 mars à 128 pb, sans parler de certaines des prévisions apocalyptiques qui continuent de faire les gros titres.

Il est donc utile d’examiner les raisons pour lesquelles nous avons connu une période de stabilité relative des prix, ne serait-ce que pour savoir si cela va durer ou si nous sommes, en fait, dans l’œil du cyclone.

Pour commencer, permettez-moi de répondre aux affirmations selon lesquelles l’une des causes de cette situation est que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis injectent plus de pétrole sur les marchés qu’ils ne l’admettent. J’ai soumis cette affirmation à un certain nombre d’experts, mais je n’ai encore rencontré personne qui la trouve crédible. Je suis d’accord. Aucune des raisons pour lesquelles Riyad et Abou Dhabi ont repoussé la pression américaine en faveur d’une augmentation de la production plus rapide que la trajectoire établie par l’OPEP+ n’a disparu ; le désaccord entre les deux pays sur la base de référence des EAU pour le calcul de leur quota n’a été qu’effacé, pas résolu, et pourrait facilement éclater à nouveau si l’on s’éloignait de cette trajectoire ; et, à ce jour, les avantages économiques de la hausse du prix du pétrole pour les producteurs dépassent de loin les inconvénients potentiels inhérents à la réduction de la croissance économique mondiale. Ce dernier point est très clair dans un nouveau rapport de Rystad Energy, qui prévoit que les recettes publiques provenant du pétrole et du gaz atteindront probablement cette année un record historique d’environ 2,5 milliards de dollars, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis étant respectivement en tête et en cinquième position sur la liste des bénéficiaires. Je ne m’attends donc pas à voir un quelconque changement de politique lors de la réunion de l’OPEP+ le 5 mai.

Ce qui me semble plus probable, c’est que nous assistons à l’impact d’une combinaison d’au moins trois facteurs, comme suit.

Premièrement, les marchés ont généralement réagi de manière excessive au choc initial de la guerre et ce que nous avons vu plus récemment est, en fait, une sorte de correction.

Deuxièmement, le charbon mis à part, l’UE n’est pas encore parvenue à un accord sur un embargo quelconque visant les importations d’énergie en provenance de Russie. Cependant, il se peut que nous arrivions à un moment décisif en ce qui concerne le pétrole. La pression en faveur d’un embargo au moins partiel s’intensifie, l’élection présidentielle française étant passée par là et même l’Allemagne acceptant prudemment d’absorber la douleur économique qui en résulterait. Toutefois, d’épineuses questions demeurent, tant au niveau technique que politique, quant à savoir si cela peut se faire sans faire grimper le prix du pétrole au point que la Russie perçoive davantage de revenus à partir de volumes plus faibles – une préoccupation légitime à Washington, même si la prise de position de la secrétaire au Trésor Janet Yellen contre un embargo pétrolier est certainement motivée, au moins en partie, par la crainte de l’impact de la hausse des prix de l’essence sur les perspectives déjà sombres des démocrates lors des élections de mi-mandat.

Il faut également tenir compte du risque de représailles russes, comme l’a clairement montré l’action de Moscou contre la Bulgarie et la Pologne. À l’heure actuelle, le consensus semble être qu’il s’agit d’une nouvelle tentative du Kremlin de creuser des fossés entre les membres de l’UE plutôt que de la première d’une série d’interdictions plus larges. Cependant, le fait que l’Allemagne envoie désormais du gaz russe en Pologne pourrait bien mettre cette théorie à l’épreuve !

En outre, comme le note Gillian Tett dans une tribune libre du 28 avril pour le FT (accès réservé aux abonnés), un embargo de l’UE n’empêcherait pas la croissance des exportations vers les pays tiers, principalement la Chine et l’Inde, qui a vu les expéditions de gaz russe par camion-citerne passer de 3 à 4 mbj depuis le début de la guerre. Reconnaissant qu’il y aura « toujours des failles » (comme le démontre l’Iran), Mme Tett plaide en faveur de l’interdiction pour les navires de l’UE de transporter du pétrole russe (notant que plus de la moitié des pétroliers actuellement engagés dans cette activité sont grecs) et de l’interdiction pour la Lloyds de Londres d’assurer de telles expéditions. Mais, jusqu’à présent, aucune de ces options n’a fait l’objet de mesures politiques visibles.

Troisièmement, le FMI vient d’abaisser à nouveau ses prévisions de croissance mondiale et personne à qui j’ai parlé récemment ne pense que ce sera le mot de la fin. Si ce pessimisme s’avère justifié, nous verrions clairement la demande de pétrole (et de gaz) chuter. C’est sans doute ce qui sous-tend les prévisions d’Ed Morse, ainsi que sa prévision que la croissance de la production de schiste américain cette année dépassera la plupart des attentes et (probablement) qu’un accord sera encore conclu entre l’Iran et les États-Unis (voir la Newsletter du 28 avril).

En conclusion de tout cela, je vous propose trois réflexions. Premièrement, il est très probable que la volatilité induite par les gros titres se poursuive. Deuxièmement, si l’UE parvient à un accord sur un embargo pétrolier, même partiel (comme je pense qu’elle le fera), le prix du brut augmentera probablement – et les représailles probables de la Russie le pousseront encore plus haut. Troisièmement, alors que nous entrons dans la seconde moitié de l’année, la poussée de l’inflation liée à l’énergie et à l’alimentation est très susceptible d’atténuer la demande, ce qui pourrait faire baisser à nouveau le prix, même par rapport à ce qu’il est aujourd’hui.

En bref, le calme relatif actuel n’est pas prêt de durer.

Arab Digest, 03/05/2022