Le Qatar, le plus grand gagnant de la crise énergétique actuelle

Le Qatar, le plus grand gagnant de la crise énergétique actuelle – Russie, Ukraine, UE, GNL, gaz,

Selon certaines projections, l’économie de cette nation augmentera de 4,4%, tandis que le PIB par habitant atteindra 77 000 dollars, atteignant ainsi les niveaux de la Suisse.

Des estimations publiées par l’ agence Bloomberg indiquent que le Qatar serait le plus grand bénéficiaire de la crise énergétique actuelle exacerbée par le conflit entre la Russie et l’Ukraine.

« La flambée des prix du pétrole due à la guerre en Ukraine a stimulé les producteurs de pétrole du Moyen-Orient tels que l’Arabie saoudite et le Koweït, mais les récompenses financières et géopolitiques offertes au Qatar en font le grand gagnant », indique l’article.

Le scénario est lié aux projets des pays de l’Union européenne (UE) – qui hésitent à appliquer l’embargo sur les carburants à la Russie – de substituer les livraisons de gaz russe à celles de gaz naturel liquéfié (GNL) qatari.

Mi-mars, le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck, s’est rendu au Qatar pour rencontrer l’émir cheikh Tamim bin Hamad al Thani. En conséquence, un « partenariat énergétique à long terme » a été convenu qui prévoit l’expansion des infrastructures d’importation de GNL, y compris la construction de terminaux. Les mêmes plans ont été annoncés par d’autres pays, comme l’Estonie, détaille le média.

Par ailleurs, la conférence de politique étrangère du Qatar Doha Forum, qui s’est tenue à la fin du mois dernier, a réuni cette année près de 4.000 personnes, dont le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Le président ukrainien Vladimir Zelensky s’est également adressé aux participants par vidéoconférence, affirmant que le Qatar pourrait empêcher la Russie d’utiliser l’énergie comme « une arme pour faire chanter le monde ».

Pendant ce temps, l’émir du Qatar est accueilli à la Maison Blanche , où il a rencontré le président Joe Biden fin janvier. D’autres points à l’ordre du jour incluaient des efforts pour « assurer la stabilité de l’approvisionnement énergétique mondial ».

Les plans de l’UE de miser davantage sur le gaz naturel liquéfié sont intervenus après que Doha a lancé un projet de 30 milliards de dollars en 2021 pour construire six usines de liquéfaction de gaz et ainsi augmenter ses exportations de 60 % d’ici 2027.

« La demande supplémentaire signifie plus de concurrence entre les acheteurs pour les contrats d’approvisionnement à long terme et, très probablement, de meilleures conditions pour le Qatar », estime Bloomberg. En outre, le pays arabe interroge les acheteurs de GNL sur la probabilité même d’étendre le projet annoncé.

Projections favorables

Un autre facteur important dans un éventuel « super cycle » du gaz pour le Qatar est que la nation vient de connaître le boom économique lié à la construction des infrastructures pour la Coupe du monde 2022. « Le moment est propice pour le Qatar, qui pourrait connaître une nouvelle croissance ». moteur de cette décennie », a déclaré Ziad Daoud, économiste en chef des marchés émergents chez Bloomberg Economics.

« Le Qatar sera l’un des plus importants exportateurs de gaz, dont le marché devrait être très fort au cours des prochaines années », a déclaré Karen Young, chercheuse principale au Middle East Institute à Washington DC, aux États-Unis.

Morgan Stanley prévoit que la consommation mondiale de GNL montera en flèche de 60 % d’ici 2030 si l’Europe diversifie ses livraisons de gaz et dépend moins de la Russie. Pour sa part, Goldman Sachs prédit que les prix spot du gaz en Asie et en Europe connaîtront également des augmentations l’année prochaine. Les banques américaines prédisent la même tendance pour le pétrole auquel sont liés la plupart des contrats d’approvisionnement actuels de Doha.

Dans le même temps, la nation arabe récolte déjà les fruits de la situation actuelle. Selon les projections de Citigroup, l’économie du pays augmentera de 4,4%, le rythme le plus rapide depuis 2015. Pendant ce temps, le PIB par habitant du Qatar, avec une population de moins de trois millions d’habitants, atteindra 77 000 dollars, atteignant ainsi les niveaux suisses. En parallèle, les exportations d’énergie pourraient atteindre cent milliards de dollars cette année pour la première fois depuis 2014, selon les calculs de Bloomberg.

Comment le Qatar envisage-t-il d’utiliser les fonds ?

Le Qatar pourrait utiliser les revenus supplémentaires des exportations de GNL à la fois pour renforcer la durabilité de son économie et pour poursuivre ses objectifs de politique étrangère.

En particulier, Bloomberg, citant une source proche du dossier, indique que la majeure partie de l’argent ira au renforcement du fonds souverain du pays. Cela permettrait à Doha d’accélérer son offre d’investissement dans les valeurs technologiques.

D’un autre côté, la nation continuera à soutenir l’Égypte. En mars, le gouvernement qatari a promis d’investir cinq milliards de dollars dans ce pays africain, frappé par la hausse des prix des denrées alimentaires à la lumière du conflit en Ukraine. En outre, Doha soutient le mouvement Hamas dans la bande de Gaza, tout en offrant son soutien aux forces d’opposition au président syrien Bashar al Assad.

« Le Qatar peut jouer un rôle régional intéressant, mais cela comporte de nombreux risques. Être amis et partenaires dans les cas problématiques de la région s’accompagne d’un bagage imprévisible », a souligné Young.

El Mayadeen, 01/05/2022

#Qatar #Russie #Ukraine #Gaz