La solution ibérique pourrait offrir plus de gaz à l’Europe

La solution ibérique pourrait offrir plus de gaz à l’Europe – Espagne, Algérie, Libye, UE, Maroc, Sahel, Russie

Francis Ghiles (Vía Fair Observer*) – La crise ukraino-russe a mis à nu la dangereuse dépendance de l’Europe vis-à-vis de l’énergie russe. Mais elle a également ouvert de nouvelles opportunités pour l’exportation du gaz libyen et algérien.

Jamais la question de savoir d’où viennent les approvisionnements étrangers en gaz de l’Europe et s’il existe des alternatives à la dépendance du continent vis-à-vis de la Russie n’a été autant débattue que ces dernières semaines. Un sujet habituellement réservé aux spécialistes est devenu l’objet de discussions sans fin. Existe-t-il d’autres sources d’approvisionnement en gaz pour l’Union européenne ?

La réponse immédiate est qu’il y en a très peu aujourd’hui en dehors de la Russie même, d’où la forte hausse des prix du gaz constatée ces derniers temps. À moyen terme, cependant, la Libye et l’Algérie ont amplement la possibilité d’augmenter leurs approvisionnements vers l’UE.

Approvisionnements de Libye et d’Algérie

La Libye possède des réserves de gaz prouvées de 1 500 milliards de mètres cubes (bcm). Sa production est d’un modeste 16 mmc. L’Algérie possède 4 500 milliards de mètres cubes de réserves prouvées et 20 à 25 billions de mètres cubes (tcm) de réserves de gaz non conventionnel, les troisièmes au monde après les États-Unis et la Chine (et l’Argentine dont les réserves prouvées sont liées à l’Algérie). La quantité de gaz que cela pourrait produire est une énigme, mais nous parlons d’un chiffre de l’ordre de dizaines de bcm.

L’Algérie produit aujourd’hui 90 milliards de m3, dont 50 milliards de m3 ont été exportés. Une autre caractéristique de l’Algérie est l’énorme capacité de stockage – 60 milliards de m3 – du champ gazier de Hassi R’Mel, son plus ancien et le plus grand par rapport à la capacité de stockage de l’UE de 115 milliards de m3.

Pierre Terzian, le fondateur du groupe de réflexion énergétique français Petrostrategies, rappelle que quatre gazoducs sous-marins relient ces deux producteurs directement au continent européen : le premier relie les champs gaziers libyens à l’Italie ; les seconds champs gaziers algériens vers l’Italie via la Tunisie ; le troisième champ gazier algérien au sud de l’Espagne ; et le quatrième les mêmes gisements de gaz vers le sud de l’Espagne via le Maroc.

Cette dernière est fermée depuis le 1er novembre 2021, en raison de la détérioration des relations entre l’Algérie et le Maroc, mais cela n’a pas affecté l’approvisionnement en gaz de la péninsule ibérique. L’Algérie dispose également de deux terminaux majeurs de gaz naturel liquéfié (GNL), ce qui ajoute de la flexibilité à sa politique d’exportation. Ses exportations vers la France et le Royaume-Uni se font en méthaniers.

La première cause de la crise actuelle est structurelle puisque, selon Terzian, la production intérieure de gaz de l’UE a diminué de 23 % au cours des 10 dernières années et ne couvre plus que 42 % de la consommation, contre 53 % en 2010. Cette baisse est la conséquence, notamment, de la fermeture du champ gazier géant de Groningen, qui est bien engagée et qui s’achèvera d’ici 2030.

L’Europe a beaucoup fait pour étendre le réseau de transport de gaz entre les pays de l’UE, mais certaines grandes péninsules gazières subsistent. En 2018, il a été suggéré que les connexions entre la péninsule ibérique et le reste de l’Europe devaient être développées. L’Espagne dispose d’un tiers de la capacité d’importation de GNL en Europe, dont une grande partie est inutilisée, et est reliée à l’Algérie par deux grands pipelines qui pourraient être prolongés.

Comme Alan Riley et moi-même l’avions noté il y a quatre ans, « le principal obstacle à l’ouverture des voies d’approvisionnement du marché ibérique de l’énergie vers le reste de l’UE est la route restreinte au-dessus de la frontière franco-espagnole. Une seule conduite de gaz de 7 milliards de mètres cubes est disponible pour acheminer le gaz vers le nord… Le principal facteur de blocage a été le pouvoir politique d’Électricité de France, qui cherche à protéger les intérêts de l’industrie nucléaire française. Une solution ibérique, avons-nous ajouté, non seulement « bénéficierait à la France et à l’Espagne, mais aussi à l’Algérie, en créant des incitations supplémentaires à explorer de nouveaux gisements de gaz et peut-être à lancer une révolution nationale des énergies renouvelables », ce qui encouragerait un passage de la consommation du gaz au solaire. en Algérie.

Allemagne, Pays-Bas et Italie

L’Allemagne, pour sa part, n’a jamais mis son argent à sa bouche à l’égard de l’Algérie. En 1978, Ruhrgas (désormais absorbée par E.ON) a signé un important contrat de fourniture de GNL à l’Allemagne. L’Allemagne n’a jamais construit le terminal GNL nécessaire pour faire démarrer ce contrat. Jusqu’à présent, c’est le seul grand pays européen à ne pas avoir de terminaux d’importation de GNL, même s’il peut s’appuyer sur les installations existantes aux Pays-Bas et en Belgique.

En 1978, les Pays-Bas se sont également engagés à acheter du gaz algérien. L’Algérie a abandonné le contrat au début des années 1980 en raison du refus de l’Allemagne d’aller de l’avant. Plus tard dans les années 1980, Ruhrgas a de nouveau exprimé son intérêt à acheter du gaz algérien, mais le prix proposé était trop bas et parce que Ruhrgas voulait ancrer le gaz via la France, qui insistait sur des frais de transit très élevés. En se débarrassant du gaz algérien, l’Allemagne s’est liée à la bonne volonté russe.

L’Italie, comme l’Allemagne, gros importateur de gaz russe, s’est positionnée beaucoup plus adroitement. En décembre 2021, Sonatrach, le monopole d’État algérien du pétrole et du gaz, a augmenté la quantité de gaz pompé par le gazoduc TransMed, qui relie l’Algérie à l’Italie via la Tunisie et le détroit de Sicile à la demande de ses clients italiens. Cela faisait suite à une visite d’État très réussie du président italien Sergio Mattarella en Algérie début novembre. Le 27 février, Sonatrach a confirmé qu’elle pourrait pomper du gaz supplémentaire vers l’Europe, mais sous réserve du respect des engagements contractuels actuels.

Les relations entre l’énergéticien italien ENI et Sonatrach sont historiquement étroites en raison du rôle important joué par le fondateur de l’entreprise italienne, Enrico Mattei, en tant que conseiller du gouvernement provisoire de la République algérienne dans ses négociations avec la France, qui ont abouti à l’indépendance de l’Algérie. en juillet 1962.

La poursuite de politiques énergétiques très libérales depuis le début du siècle par la Commission européenne a bouleversé les politiques de contrats d’achat de gaz et de GNL à long terme, qui étaient jusqu’alors la norme dans les échanges internationaux de gaz. Pourtant, la sécurité de l’approvisionnement ne repose pas sur un tel libéralisme dévoyé. De nouvelles réserves de gaz ne peuvent être trouvées, et encore moins des gisements de gaz mis en production si les producteurs et les clients européens sont, comme le souligne Terzian, « à la merci de prix déterminés par des plateformes d’échange qui ont une liquidité douteuse (et peuvent être influencées par des acteurs majeurs). ” C’est une attitude, ajoute-t-il, « qui frise l’irresponsabilité ».

La politique énergétique allemande a puissamment contribué à la crise actuelle. Il a allègrement poursuivi la fermeture des centrales nucléaires du pays, augmenté sa dépendance au charbon dans le secteur de l’électricité et avec cela une augmentation conséquente des émissions de carbone.

Dialogue sérieux

En considérant le gaz caspien comme une alternative au gaz russe, j’ajouterais un autre pays, la Turquie, qui a une politique très agressive et indépendante en tant que transit clé pour le gaz. Cependant, peu d’observateurs soutiendraient qu’une telle solution augmenterait la sécurité de l’Europe.

S’engager dans un dialogue stratégique sérieux à long terme avec l’Algérie donnerait un effet de levier à l’Espagne et à l’UE. Cela pourrait aider à construire de meilleures relations entre l’Algérie, le Maroc et aussi la zone troublée du Sahel. Lorsque vous essayez de comprendre la politique de différentes nations, suivre l’argent offre souvent un bon guide. On pourrait aussi suivre le gaz.

*[Cet article a été initialement publié par Arab Digest, une organisation partenaire de Fair Observer.]

The Corner, 02/05/2022

LIRE AUSSI : L’Afrique, nouveau terrain de chasse au gaz de l’Europe

LIRE AUSSI : Que se passe-t-il si la Russie coupe le gaz à l’Europe ?

LIRE AUSSI : Fermeture du Gazoduc Maghreb-Europe: Polémique au Maroc

#Espagne #Russie #Gaz #Algérie #Libye #UE #Maroc #Sahel