Chambas condamne les pays qui célèbrent le coup d’État militaire

Chambas condamne les pays qui célèbrent le coup d’État militaire – Afrique, Dr Mohammed Ibn Chambas, Gambie, Mali, RDC,

L’ancien Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies (ONU) pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, le Dr Mohammed Ibn Chambas, a condamné les pays dont les citoyens ont célébré les coups d’État militaires sur le continent africain.

Il a expliqué que le renversement des dirigeants élus comme on l’a vu en Gambie, au Mali et en République démocratique du Congo (RDC) était une menace pour la gouvernance démocratique du continent car un tel développement paralysait la fondation, d’où l’appel aux citoyens à lutter contre une telle émergence négative.

« Huit des quatorze élections nationales organisées dans la région entre janvier 2020 et mars 2022 se sont terminées par des résultats contestés qui ont conduit à la violence dans des pays comme le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, le Niger et le Togo.

Les troubles croissants autour des processus électoraux ont certainement suscité des inquiétudes quant aux futures élections dans la région, cependant, des élections telles que les récentes élections présidentielles et parlementaires en Gambie nous donnent l’espoir de la possibilité d’élections pacifiques », a-t-il déclaré.

Le Dr Chambas l’a dit hier à Accra lors d’un atelier de deux jours des parties prenantes sur la mise en œuvre du projet de surveillance, d’analyse et d’atténuation de la violence électorale (ENAM).

Le projet a couvert 17 processus électoraux et des leçons importantes qui ont été menées dans cinq pays (Sénégal, Guinée-Bissau, Togo, Mali et Guinée). Il a ensuite été étendu à cinq pays supplémentaires (Niger, Burkina-Faso, Bénin, Ghana et Côte d’Ivoire).

Les participants étaient des représentants de l’ONU, de l’Union africaine (UA), de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), entre autres.

Il a été organisé par le Réseau ouest-africain pour la consolidation de la paix (WANEP) pour dialoguer et partager les expériences sur les réalisations, les bonnes pratiques, les opportunités et les défis du projet, ainsi que pour faciliter des initiatives similaires en vue de contribuer à des élections pacifiques dans la région.

Le Dr Chambas a déclaré que la recherche avait montré que l’Afrique était l’une des «régions les plus inégales socialement et économiquement», avec la concentration de la richesse et du pouvoir entre les mains de quelques personnes.

Il a déclaré que la population croissante de jeunes chômeurs préparait le terrain pour la mobilisation citoyenne et que cela pourrait devenir violent, soulignant que ce mécontentement et cette frustration étaient particulièrement ressentis par la population vulnérable et marginalisée, en particulier les femmes et les jeunes.

Le Directeur Exécutif de WANEP, le Dr Chukwuemeka Eze, a déclaré que les défis contemporains aux élections et à la gouvernance démocratique, intensifiés par les différends électoraux, continuent de menacer les fondements des démocraties.

Il a dit que la région africaine était déjà aggravée par des myriades d’insécurité qui nécessitaient les efforts collectifs des dirigeants pour y faire face.

Le ministre de l’Intérieur, M. Abrose Dery, dans un discours lu pour lui, a déclaré que le Ghana avait mis en œuvre une stratégie de sécurité nationale pour faire face aux menaces potentiellement imminentes.

Business Ghana, 30/04/2022

#Afrique #Mali #RDC #Guinée #BurkinaFaso #Tchad #Coup_detat