Les Algériens se détournent de la langue française

Les Algériens se détournent de la langue française – Héritage colonial, mémoire, crimes coloniaux, Guerre d’Algérie,

L’héritage colonial de la France
Les Algériens se détournent du français
Un nombre croissant de ministères du gouvernement algérien annoncent qu’ils abandonneront le français à l’avenir. Ils réagissent peut-être à l’humeur de la population, mais cette décision est également délibérée.

La ministre algérienne de la culture, Wafaa Chaalal, est à la télévision, à la recherche de mots. La conversation est en arabe – et ce n’est un secret pour personne que les Algériens passent souvent au français, ou du moins intègrent tellement de vocabulaire français qu’il chevauche rapidement l’arabe. La présentatrice égyptienne interroge la ministre sur la forte influence du français dans son pays d’origine. Avec un sourire amical, elle poursuit qu’elle connaît beaucoup d’Algériens qui parlent plus le français que l’arabe.

Le ministre attribue cela à la forte influence française dans l’éducation. Puis elle ajoute : « On pense en français et on parle arabe. C’est pour ça que certains mots ne nous viennent pas si vite. » La présentatrice ne comprend pas très bien, et tente de la corriger : « Tu penses en arabe et tu parles en français. » Non, l’inverse, répond le ministre de la culture. La présentatrice semble avoir du mal à la croire. Sa question suivante, sur la différence entre la pensée française et la pensée arabe, doit être abandonnée. La question est trop sensible pour Chalaal.

L’interview a déclenché un flot de commentaires sur les réseaux sociaux. De nombreux Algériens ont déclaré que Chaalal ne parlait qu’au nom de l’élite francophone, qui se répartit les postes gouvernementaux de prune entre eux, plutôt qu’au nom du peuple algérien, qui parle arabe. Un commentaire affirmait que « quand ils veulent tuer l’identité d’un peuple, ils tuent d’abord la langue » ; un autre a écrit que « leurs paroles sont vraies, tous les fonctionnaires sont francisés; mais nous n’acceptons pas la vérité, nous vivons comme des autruches qui s’enfouissent la tête dans le sable ».

De plus en plus, l’état d’esprit qui prévaut au sein de la population est reconnu par les politiciens : ces derniers mois, plusieurs ministères ont banni le français – la langue de l’ancienne puissance coloniale – de la correspondance officielle. En octobre dernier, le ministère de la jeunesse et des sports, le ministère de la formation professionnelle et le ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale ont rendu l’arabe obligatoire à la place. Début avril, le ministère de la culture, désormais dirigé par Soraya Mouloudji, a emboîté le pas. De tels développements doivent également être considérés dans le contexte de la querelle diplomatique entre Alger et Paris l’automne dernier. Du moins, officiellement.

Emmanuel Macron a demandé si l’Algérie avait déjà été une nation avant l’époque coloniale
À l’époque, les déclarations du président français Emmanuel Macron dans Le Monde ont provoqué une crise diplomatique entre les deux États. Macron a accusé le « système politico-militaire » algérien de toujours utiliser le colonialisme pour excuser ses propres échecs. « Depuis 1962, la nation algérienne se nourrit d’une mémoire qui dit que la France est le problème », a déclaré Macron dans le journal français. De plus – et cela provoqua un tollé à Alger – il se demanda si l’Algérie avait jamais été une nation avant l’ère coloniale.

Les troupes françaises ont occupé l’Algérie dès 1830 et ont déclaré le pays d’Afrique du Nord une province française. Un massacre de dizaines de milliers d’Algériens à Sétif commis par les troupes coloniales françaises en mai 1945 a conduit au renforcement du mouvement indépendantiste algérien. En 1954, sous la direction du FLN (Front de Libération Nationale), la soi-disant guerre d’Algérie contre la puissance coloniale française a commencé, qui a abouti à l’indépendance du pays en 1962. La lutte pour la libération a été brutalement réprimée par les troupes françaises et des centaines de milliers d’Algériens ont été tués.

En conséquence, le gouvernement d’Alger a rappelé son ambassadeur à l’automne dernier et a suspendu les droits de survol des avions militaires français au-dessus du Sahel. Macron a fait savoir peu après – par l’intermédiaire d’un conseiller – qu’il regrettait la « polémique » et les « malentendus ». Début décembre dernier, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu en Algérie. Au bout de trois mois, la crise diplomatique était terminée. Mais pas un seul représentant officiel du gouvernement algérien n’a pris part à la commémoration du 60e anniversaire du cessez-le-feu dans la guerre d’Algérie qui s’est tenue fin mars. Macron a appelé à une nouvelle réconciliation entre la France et l’ancienne colonie française.

Mais les déclarations controversées de Macron à Alger ne sont pas oubliées, estime le politologue algérien Zine Labidine Ghebouli. Le jeune homme de 26 ans étudie les relations euro-méditerranéennes à l’Université de Glasgow. « Les propos de Macron ont alimenté une ancienne rivalité linguistique et socioculturelle et conduit à un scepticisme post-colonial accru », dit-il. Mais il décrit la décision de la nouvelle ministre de la Culture principalement comme une « bataille traditionnelle de son camp conservateur contre l’élite culturelle francophone » et une « stratégie de relations publiques pour capitaliser sur les propos de Macron pour gagner en popularité ». L’Algérie connaît une profonde mutation sociale, après laquelle, estime Labidine, les Français ne bénéficieront plus des mêmes privilèges et du même statut d’élite.

Les jeunes se détournent de la langue française

Le sentiment anti-français a augmenté dans le pays au cours des trois dernières années, dit Labidine. Elle est également liée, dit-il, au mouvement de protestation Hirak, qui appelle à une réorganisation complète du système politique qui existe en Algérie depuis l’indépendance. Au cours des trois dernières années, le mouvement a su mobiliser des centaines de milliers de manifestants – pour d’abord renverser le président de longue date Abdelaziz Bouteflika, puis pour lutter contre le réseau politique des militaires, des services secrets et des magnats de l’industrie encore au pouvoir aujourd’hui.

Le président Abdelmadjid Tebboune, élu fin 2019, est perçu par de nombreux Algériens comme un partisan de l’ancien système. Des slogans et des pancartes anti-français ont pu être entendus et vus à plusieurs reprises lors des manifestations – des slogans tels que « Partout où il y a la France, la destruction vient » ou « Macron, va, tu n’es pas le bienvenu au pays des martyrs ».

Lors des manifestations, les manifestants ont à plusieurs reprises établi des parallèles entre leurs revendications et la lutte anticoloniale, raconte Andrew Farrand. L’auteur de « Le rêve algérien : la jeunesse et la quête de la dignité », paru en 2021, ajoute que la jeune génération, notamment, s’éloigne de plus en plus de la langue française. Près des deux tiers de la population algérienne ont moins de 35 ans. Farrand a vécu en Algérie de 2013 à 2020 pour voir ce qui fait vibrer « la prochaine génération du géant endormi de l’Afrique du Nord », comme il l’écrit dans son livre. L’Algérie est le plus grand pays d’Afrique par sa superficie. Bien qu’il existe des différences significatives selon la région et la classe, dit Farrand, de nombreux jeunes Algériens se sentent aujourd’hui moins à l’aise d’utiliser le français que leurs parents ou grands-parents.

Les entrepreneurs algériens se plaignent souvent de ne pas trouver de jeunes employés capables d’écrire ou de parler correctement le français, nous dit Farrand. De plus, « Les jeunes grandissent dans un monde en ligne. L’anglais a pris un nouveau sens et le français ressent vraiment la chaleur pour la première fois. » Cette tendance est également évidente dans d’autres domaines. Lorsque le principal journal francophone Liberté a cessé de paraître la semaine dernière après trente ans, seule une petite minorité francophone a pleuré sa perte.

Les seuls jeunes Algériens exemptés de cette évolution sont ceux qui flirtent avec l’idée d’émigrer en France. Malgré le fait qu’ils sont de plus en plus nombreux à être conscients que la vie peut être difficile pour les migrants algériens en France. Surtout avec la montée de l’extrême droite. Bien que Marine Le Pen ait une fois de plus échoué aux urnes, elle a recueilli plus de soutien populaire que jamais.

Dunja Ramadhan

© Suddeutsche Zeitung

Qantara.de, 25/04/ 2022

#Algérie #France #Mémoire #Colonisation #Guerredalgérie #Langue_française