La nationalité des Sahraouis, la nouvelle « arme » de Podemos

La nationalité des Sahraouis, la nouvelle « arme » de Podemos – Sahara Occidental, Espagne, Maroc,

Les groupes négocient au Congrès un projet de loi UP qui concernerait toutes les personnes nées dans l’ancienne colonie avant le 26 février 1976 et leurs enfants.

Joaquín Anastasio

La question sahraouie dans toutes ses sphères, politique, juridique et humanitaire, est ravivée dans le débat politique espagnol. Outre l’actualité effervescente concernant la position de l’Espagne sur le statut à accorder à l’ancienne colonie et la tournure controversée prise par le gouvernement de Pedro Sánchez, qui a accepté la proposition d’autonomie du Maroc et a donc rejeté le référendum d’autodétermination proposé par les Nations unies, il existe désormais un autre aspect qui affecte directement les Sahraouis qui appartenaient autrefois à ce qui était considéré comme la 53e province du pays avant que l’Espagne n’abandonne le territoire.

Une proposition législative de l’UN Podemos visant à accorder la nationalité espagnole « par lettre de nature » aux personnes nées au Sahara occidental avant le 26 février 1976, date à laquelle l’Espagne y a officiellement mis fin à sa présence, et à leurs descendants directs, obligera le Congrès des députés et toutes les formations politiques ayant une représentation parlementaire à se prononcer sur une question qui a toujours été l’un des débats les plus sensibles sur les liens entre l’Espagne et l’ancienne colonie, et sur le statut juridique des Sahraouis en tant que sujets de l’État qui administrait le territoire à l’époque.

La proposition, enregistrée comme projet de loi au Congrès par le parti confédéral de gauche le 8 de ce mois et publiée la semaine dernière dans le Journal officiel de la chambre, vise à donner aux Sahraouis nés sous la souveraineté espagnole, ainsi qu’à leurs descendants directs au premier degré de consanguinité, le même droit qui a déjà été reconnu en ce sens à d’autres groupes historiquement liés à l’Espagne, comme le cas récent des Juifs sépharades. On ne sait pas avec certitude combien de Sahraouis seraient affectés par cette concession de la nationalité espagnole, mais certaines sources évaluent à 10 000 le nombre de bénéficiaires possibles, sachant qu’une grande partie des 75 000 qui étaient enregistrés et avaient des documents espagnols lorsque le Maroc a occupé l’ancienne colonie en 1975 sont décédés, et que maintenant cela affecterait principalement leurs enfants.

La proposition de Podemos à l’ONU fait partie de l’offensive menée par ce groupe pour se démarquer de la position de son partenaire au gouvernement, le PSOE, et du président lui-même, Pedro Sánchez, en ce qui concerne la situation au Sahara occidental et ce qu’ils considèrent comme une « cession au chantage du Maroc ». Mais ce qui est certain, c’est qu’une fois porté dans l’arène législative, il obligera tous les groupes à se prononcer sur un aspect que la justice espagnole a déjà écarté à l’époque. Sans date pour l’adoption du projet de loi, les partis majoritaires, le PSOE et le PP, dont le vote déterminera ses chances d’approbation, maintiennent pour l’instant une position d’étude et de prudence, conscients que la proposition comporte une variable juridique très complexe.

Le projet de loi vise à accorder la nationalité à tous ceux qui peuvent attester de leur naissance dans le territoire du Sahara occidental avant la date susmentionnée, même s’ils ne résident pas légalement en Espagne. Dans les deux ans suivant l’adoption de ce projet de loi, les Sahraouis devront prouver ce statut au moyen d’une carte d’identité espagnole, même si elle a expiré, d’un certificat de naissance ou d’un document délivré par l’administration espagnole à l’époque. Une fois la nationalité accordée, leurs enfants disposeront d’une période de cinq ans pour demander eux aussi la nationalité.

L’exposé des motifs décrit toutes les circonstances qui sont considérées comme pertinentes pour que l’Espagne puisse reconnaître cette nationalité pour ce groupe de Sahraouis. Ils rappellent par exemple que le régime franquiste a établi dans une loi de 1961 « les bases sur lesquelles doit reposer le système juridique de la province du Sahara dans les régimes municipaux et provinciaux », et que l’un de ses articles stipule que la province « jouit des droits de représentation dans les tribunaux et autres organismes publics » correspondant à cette entité administrative.

En outre, les Sahraouis avaient des cartes d’identité, étudiaient dans les universités espagnoles, travaillaient comme fonctionnaires, et servaient même dans l’armée. En fait, les Sahraouis ayant le droit de vote ont pu participer au référendum de 1966 sur le projet de loi organique de l’État comme tous les autres Espagnols de plus de 21 ans. Il est également rappelé qu’après la fin de la présence espagnole sur le territoire, un décret royal sur l’option de la nationalité espagnole pour les Sahraouis a établi une série de conditions pour qu’ils l’obtiennent dans un délai d’un an, mais précisément la disparition de l’administration espagnole après l’occupation marocaine a empêché la réalisation de ce processus.

Refus judiciaire

Mais la justice espagnole ne considère pas que ces circonstances rendent ces Sahraouis « espagnols » d’avant 1976, ou leurs descendants directs, dignes d’une affiliation nationale. Bien au contraire, car un arrêt de la Cour suprême de juin 2020 fait appel à ces lois qui ont accompagné l’abandon du territoire par l’Espagne pour justifier sa décision de refuser la nationalité à une femme née au Sahara occidental en 1973. La chambre civile a jugé qu’il ne pouvait être considéré comme territoire national pendant la période où il était administré depuis Madrid sur la base des règles qui régissaient le processus de décolonisation : la loi 40/1975 du 19 novembre 1975, publiée à la veille de la mort de Franco, sur la décolonisation du Sahara ; et le décret royal 2258/1976 du 10 août 1976, sur l’option de la nationalité espagnole pour les ressortissants sahariens, en pleine transition. « Quelle que soit l’opinion que l’on peut avoir sur les actions de l’Espagne en tant que puissance colonisatrice tout au long de sa présence au Sahara occidental, ce qui est indiscutable, c’est que le statut colonial du Sahara est reconnu et que, par conséquent, le Sahara ne peut être considéré comme l’Espagne aux fins de la nationalité d’origine ». « En d’autres termes, ceux qui sont nés dans un territoire pendant la période où il était une colonie espagnole ne sont pas nés en Espagne », conclut l’ordonnance. Cependant, une opinion dissidente signée par quatre magistrats a fait valoir que personne ne peut être apatride de naissance et que le décret de 1976 ne pouvait priver les Sahraouis d’une nationalité qu’ils possédaient déjà, puisqu’ils avaient une carte d’identité nationale, un livret de famille et pouvaient être fonctionnaires, tout comme les Espagnols.

El Día, 26-04-22

#SaharaOccidental #Espagne #Maroc #Nationalité