Algérie-Espagne: Le nouveau faux pas de Madrid

Algérie-Espagne: Le nouveau faux pas de Madrid – Sahara Occidental, Maroc, Abdelmadjid Tebboune,

Et alors que tout semblait s’acheminer vers un apaisement, ne voilà-t-il pas que le ministre espagnol des Affaires étrangères vient de remettre en cause ce processus en jetant encore de l’huile sur le feu dans des relations algéro-espagnoles déjà mal en point.

Des propos du ministre espagnol, en réaction à la déclaration du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, sur la récente crise qui caractérise les rapports entre les deux parties ont été très mal jugés du côté d’Alger. Tout de go l’Algérie a réagi de manière ferme. « Les propos désobligeants tenus par le ministre Albares en réaction à la déclaration du président de la République Abdelmadjid Tebboune, sont lamentables et totalement inacceptables », a en effet déclaré Amar Belani, envoyé spécial chargé du Sahara occidental et des pays du Maghreb. Dans une déclaration à l’APS ce diplomate a ajouté que cela ne « ne contribuera certainement pas à un retour rapide à la normale dans les relations entre les deux pays et le ministre espagnol devra en assumer les conséquences ».

Une réaction qui en dit long sur le dépit de l’Algérie suite aux propos dénués de toute retenue diplomatique formulés par le chef de la diplomatie espagnole. Interrogé sur la déclaration du Président algérien sur les relations entre les deux pays, José Manuel Albarès a déclaré, dans un entretien à un média, qu’il s’agissait là d’une « polémique stérile dont il ne se dégage que la garantie totale de l’approvisionnement de l’Espagne en gaz algérien et le respect scrupuleux des contrats internationaux des entreprises ».

Loin, très loin des us et coutumes diplomatiques, cette déclaration est on ne peut plus claire et indique clairement que le diplomate espagnol a bel et bien commis un impair qu’il a tenté par la suite de rattraper et de corriger, mais il est trop tard. En effet le diplomate espagnol s’est ravisé en incriminant le média espagnol en question qui aurait déformé quelque peu ses propos. Une explication qui ne convainc personne et surtout pas à Alger.

« Son département ministériel a beau démarcher la presse espagnole pour essayer de rectifier le tir, nous disposons de l’enregistrement sonore qui confirme que le ministre a bien tenu des propos offensants qui sont aux antipodes de la correction et de la bienséance protocolaire », a martelé Amar Belani. Comme quoi le ministre espagnol n’a aucune excuse face à ce faux pas et ce dérapage verbal. Notons que le Président Abdemadjid Tebboune avait, lors de sa dernière rencontre avec les représentants de la presse nationale, évoqué la crise que traverse les relations de l’Algérie avec l’Espagne

Tebboune avait alors qualifié le revirement espagnol dans le dossier du Sahara occidental « d’éthiquement inacceptable ». Il avait également appelé l’Espagne à assumer son rôle historique, tout en affirmant que « l’Algérie faisait la distinction entre le gouvernement et l’état espagnol ». Le Premier ministre espagnol s’est clairement rangé du côté des thèses marocaines sur la question du Sahara occidental en soutenant le plan d’autonomie que défend le Maroc. L’Algérie a dénoncé ce revirement et a rappelé son ambassadeur à Madrid en guise de protestation.

Par : KAMEL HAMED

Le Midi Libre, 27/04/2022

#Algérie #Espagne #SaharaOccidental #Maroc #PedroSanchez #JoseManuelAlbares