« L’Algérie a de tout temps su résister aux attaques des ennemis »

« L’Algérie a de tout temps su résister aux attaques des ennemis » – Bouabdallah Ghlamallah, Haut conseil islamique, Ramadhan, finance islamique, Mosquée d’Alger,

En ce mois sacré de Ramadhan, le président du Haut conseil islamique HCI, Bouabdallah Ghlamallah a bien voulu se prêter à nos questions portant sur un certain nombre de sujets d’actualité notamment.
Parlez-nous d’abord de votre mission à la tête du Haut conseil islamique …
Le Haut conseil islamique est une institution nationale de référence qui s’occupe de toutes les questions liées à l’Islam. Il hérite d’un grand héritage des efforts des savants et des juristes algériens, que ce soit avant l’indépendance ou ce qui a été construit après l’indépendance grâce aux efforts déployés par les savants algériens pour la protection de la référence nationale et la construction d’une identité islamique que la jeunesse algérienne affectionne, et lorsque la formule constitutionnelle est venue à travers l’inscription du Haut conseil islamique dans la constitution pendant la période de l’ancien président Liamine Zeroual, sous la présidence du Dr Abdelmadjid Meziane puis Dr Bouamrane Cheikh, paix à leurs âmes, le Conseil a pu faire un grand effort de jurisprudence et apporter les solutions qui étaient requises pour faire face aux problèmes récents qui sont apparus dans la réalité quotidienne.

Le Haut conseil islamique a traité de nombreux dossiers et ouvert d’importants ateliers, que ce soit dans le domaine de la finance islamique ou des conseils de réconciliation et de médiation qui couvrent toutes les wilayas du pays et rendent de grands services pour apaiser les tensions et les problèmes sociaux, notamment dans les dossiers d’héritage, en plus des dossiers de divorce, et la protection contre la désintégration de la famille et pour protéger les jeunes des dangers de l’immigration clandestine et des nouvelles cyberattaques et autres. Il travaille aussi à travers la jurisprudence de ses membres qui sont des savants algériens, et en coordination avec les institutions étatiques algériennes dans une démarche coopérative au service de l’Algérie.

Quelles sont les activités tracées durant ce mois de Ramadhan?
Le programme du HCI s’étend sur tout l’espace temporel de l’année et il est adapté en fonction des événements qui ont un grand impact. Nous avons eu une activité en répondant à des programmes culturels qui étaient élaborés par certaines institutions de l’Etat avec lesquelles nous coopérons, en plus des séminaires du Conseil que nous avons consacrés cette fois au lancement de la sensibilisation sur la légalité et la pertinence du don d’organes qui nécessitent de grands efforts pour répondre aux difficultés auxquelles sont confrontés de nombreux citoyens hospitalisés qui ont besoin de bénéficier du don d’organes.

C’est la campagne à propos de laquelle le Haut conseil islamique a publié une déclaration légale et la question nécessite de diffuser la culture du don dans la communauté et d’alerter sur les nombreux avantages dont bénéficieront les patients qui ont besoin de ces membres, en plus de l’activité de communication qui s’occupe de l’énoncé des positions et des éclaircissements sur les grandes questions nationales.

Vous avez appelé l’an dernier à suivre la voie des savants algériens qui appellent à l’unité et à l’entraide entre les musulmans. Quel en a été l’écho?

L’unité de la nation, la protection de sa référence, le soutien à sa continuité, et l’opposition à toutes les tentatives de saper sa cohésion et d’affaiblir son harmonie restent l’un des principaux objectifs du Conseil et de tous les savants.
L’Algérie se renforce au quotidien, non seulement par des appels à l’approfondissement de l’unité et de la cohésion sociale, mais en cherchant à incarner ces sens et ces valeurs suprêmes que nous avons hérités de la glorieuse révolution de libération, et en participant à l’exercice des devoirs qui font que l’Algérie soit protégée de tous les dangers et menaces ciblant son entité et son intégrité.

Est-ce qu’aujourd’hui les zaouïas accordent davantage d’intérêt à l’enseignement du Coran ? Et quel est votre rôle pour l’encadrement de cette opération ?
L’Algérie a su, à de nombreuses époques historiques, résister aux attaques des ennemis et aux campagnes coloniales grâce à la volonté des savants algériens et à son leadership dans la liberté, l’indépendance et la fierté de la souveraineté nationale. Et ce que les institutions scientifiques et éducatives de la communauté ont fourni comme moyens et voies qui garantissaient aux Algériens les niveaux scientifiques et de connaissance et les besoins sociaux qui les protégeaient des agressions Les colons et leurs plans destructeurs qui visaient leur identité, déchirant leur personnalité et effaçant leur histoire.

Ces efforts ont été couronnés par la victoire et l’indépendance après la grande révolution de libération, et les zaouias continuent d’accomplir leurs tâches d’une manière que leurs circonstances et leurs capacités leur permettent de faire, mais elles restent la forteresse solide qui protège l’identité culturelle et la référence de la nation dans le cadre de la coordination générale avec les institutions de l’Etat algérien et les forces de la société civile.

Qu’en est-il de la Mosquée d’Alger ?
La Mosquée d’Alger est un très grand projet. Dès le début, nous avons pensé qu’elle devait être révélatrice du sens du mot mosquée, qu’elle devait être un miroir pour notre pays. L’histoire rassemble et a une nouvelle méthode pour présenter l’histoire nationale, parce que l’Algérie n’a pas de hautes tours, et j’ai été impressionné par la tour du Caire, alors nous avons fait de la tour un musée de l’histoire de l’Algérie, et la mosquée doit avoir des installations pour l’éducation, mais nous avons pensé que ce ne devait pas être une éducation traditionnelle, mais plutôt une éducation moderne, c’est une éducation postuniversitaire (études postuniversitaires spécialisées).

C’est pourquoi nous l’appelons la Maison du Coran, comme nous l’utilisions auparavant, car le mot « dar » a une connotation particulière et est utilisé et diffusé dans la culture algérienne. En plus de la Maison du Coran, nous avons pensé à établir d’autres installations pour accompagner la Maison du Coran, et parmi ces installations se trouve le Centre culturel qui contient une grande salle de conférence en rapport avec le statut et la taille de la Mosquée d’Alger, en plus d’une immense bibliothèque à la fois en papier et électronique avec la mise à disposition des équipements modernes nécessaires qui aident les lecteurs et les chercheurs fréquentant la bibliothèque. Parmi les installations auxquelles j’ai pensé, il y a le musée, et j’ai été inspiré par l’idée du musée de Cordoue lors d’une de mes visites en Espagne, et le musée de Cordoue est un musée islamique distingué, Mais nous voulions avoir un musée similaire au musée de Cordoue, mais notre ajout serait de faire le musée dans le minaret à travers les strates (ermitage de la mosquée d’Alger).Quand le touriste visite la Mosquée d’Alger, il monte au sommet du phare, une époque de l’histoire de l’Algérie. Donc, le but du musée est de présenter l’histoire de l’Algérie au visiteur d’une manière attractive et moderne, en descendant du haut du phare jusqu’en bas sans sentir l’effet du temps ou des efforts.

Concernant la problématique du lègue des organes vitaux, où en êtes-vous dans cette campagne de sensibilisation ?
La jurisprudence algérienne a réalisé à travers l’histoire un grand précédent dans le contexte du système de jurisprudence islamique et dans les questions les plus importantes qui atteignent les objectifs légitimes pour tous les musulmans, qui sont la jurisprudence bien connue et judicieuse, et en ce qui concerne le sujet (l’admissibilité du don d’organes pour sauver une personne) précédemment abordéé par le Haut Conseil islamique dans sa jurisprudence au début des années 2000, et pour laquelle il a organisé des séminaires et des réunions auxquels ont participé des juristes, des chercheurs et des médecins spécialisés qui ont émis de nombreuses recommandations et directives. Cependant, les conditions actuelles ont mené au relâchement de la culture du don dans ce domaine, alors le principe – le rappel profite aux croyants – et ce qui est ressorti de la nécessité de ressusciter ce sujet et du devoir d’activer cette culture nécessite sa résurrection et son activation selon les nouvelles données, qu’elles soient liées au développement technologique scientifique dans le domaine de la recherche médicale ou liées au fort besoin social de cette culture dont la société a grandement besoin.

Quel état des lieux faites-vous de la finance islamique que vous avez lancée en 2018 ?
La question de la banque islamique a été précédemment présentée par le Conseil comme un projet intégré qui a la pertinence d’être mis en œuvre dans la réalité. La jurisprudence du Conseil, grâce aux efforts de ses membres savants, a été couronnée par l’adoption de la banque islamique à travers le système (20/02), qui a permis l’ouverture de guichets bancaires islamiques dans les banques et les institutions financières et a permis le même système avec la naissance du Conseil national de la charia pour l’émission de fatwas pour l’industrie financière islamique, dont le Conseil islamique suprême a l’honneur de gérer, et il entreprend la tâche d’accorder le certificat de conformité charia. Dieu soit loué, aujourd’hui, toutes les banques ont ouvert les fenêtres de la banque islamique et elles s’étendent chaque jour pour inclure toutes les régions du pays. Ensuite, le gouvernement a adopté le système d’assurance Takaful, qui s’inscrit dans le projet d’inclusion financière souhaité, qui a un impact significatif et important sur l’économie nationale et relance le développement économique de la banque islamique afin d’offrir une base solide pour assurer le succès du projet bancaire islamique.

Quel type d’accompagnement pourrait fournir le HCI aux jeunes Algériens ?
Le Haut conseil islamique a pour mission d’encourager la jurisprudence et de la promouvoir, une tâche qui englobe tous les domaines de la jurisprudence et de ses enjeux. Le Conseil a ouvert la voie aux jeunes, que ce soit en participant à la discussion et au dialogue qu’il offre à travers des séminaires et sessions scientifiques organisés par le Conseil et traitant de questions intéressant l’opinion publique, car le Conseil est un organe de référence national. Il s’occupe de toutes les questions liées à l’Islam, et cela est réalisé en s’efforçant d’atteindre les objectifs légitimes dans la réalité. La jeunesse était au centre des ateliers du Conseil et des dossiers qu’il étudiait, à commencer par les domaines de l’éducation ou la question de l’immigration clandestine et ses risques pour l’avenir de la jeunesse. Le Conseil s’est également penché sur la question de la banque islamique et ses enjeux économiques et de développement qui ouvrent de grandes perspectives de développement économique et de création d’emploi et de richesse qui en résultent, ce qui est un sujet lié à l’avenir de la nation, avec la jeunesse au premier plan. Ajoutons les dangers majeurs qui peuvent résulter des révolutions des technologies de communication modernes et de leur impact sur la construction de l’identité de la jeunesse. Le Conseil est donc concerné par toutes les questions liées à la réalité et à l’avenir de la nation.

Quelle est votre vision sur les attaques de cybercriminalité visant l’unité de l’Algérie ?
L’Algérie, avec son histoire glorieuse, sa révolution de libération bénie, et les valeurs et prises de position historiques qu’elle a instaurées, la placent dans le viseur des forces hostiles qui ne cherchent pas le bien de l’Algérie et de déformer son image dans l’esprit des nouvelles générations. Ce qui a suscité un débat sur ce sujet dans un séminaire spécialisé auquel ont participé des experts, des juristes, des professionnels des médias et des universitaires. Et nous avons formulé un ensemble de recommandations et de suggestions qui peuvent guider les institutions médiatiques nationales et les acteurs des espaces électroniques et des plateformes de médias sociaux dont nous pouvons bénéficier pour guider et influencer l’opinion publique, d’autant plus qu’une partie importante de la jeunesse a des compétences pour traiter avec ces médias et cela demande un petit effort pour créer un message médiatique qui réponde aux besoins des jeunes, apporter des réponses à leurs questions et leur donner des orientations appropriées et utiles.

Vous allez prendre part à un forum international parrainé par la Russie sur le monde islamique. Quelle est votre approche sur le rôle que joue l’Algérie ?
Le groupe de la vision stratégique, Russie et monde islamique, est une instance internationale qui réunit des personnalités influentes du monde islamique et discute des perspectives d’avenir et de l’état géostratégique ainsi que des transformations internationales que connaît notre région, discute des scénarios appropriés sur lesquels des solutions majeures aux problèmes et aux questions urgentes peuvent se fonder afin de véhiculer la vision de l’Algérie et de faire valoir ses positions sur les questions émergentes et de présenter ses réalisations et les efforts de ses savants au service de la grande marche humaine. Elle se réunit chaque année dans un pays du monde islamique ou une des républiques de la Fédération de Russie en raison de la présence d’un grand nombre de musulmans dans ces pays afin de consolider les relations de dialogue et de rapprochement entre les peuples du monde islamique et les peuples de cette République, qui sera la somme de la vision stratégique de la Russie et du monde islamique, une plateforme de dialogue, de concertation et d’échange d’expériences afin qu’une atmosphère appropriée puisse être offerte à ces peuples pour surmonter les problèmes auxquels ils sont confrontés.

Entretien réalisé par Samira Sidhoum

Horizons, 23/04/2022

#Algérie #Hautconseilislamique #Ramadhan #finance_islamique