L’Algérie cherche à répondre à la demande croissante de gaz

L’Algérie cherche à répondre à la demande croissante de gaz – Ukraine, Russie, Europe, Maroc, Sahara Occidental, gazoduc, Espagne, Sonatrach,

Confrontée à un regain d’intérêt pour son gaz naturel à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Algérie pourrait ne pas être en mesure de répondre à la demande croissante, selon un rapport publié aujourd’hui par le FT.
Bien qu’il soit le troisième fournisseur de gaz naturel d’Europe, avec une part de marché d’environ 8 %, le pays d’Afrique du Nord ne dispose pas de suffisamment de gaz supplémentaire à mettre à disposition.
La rareté des investissements étrangers dans le secteur algérien des hydrocarbures et la bureaucratie ont été citées comme les raisons pour lesquelles la capacité disponible est limitée. Les tensions politiques avec le Maroc voisin sur la question du Sahara occidental ont également entravé le potentiel d’exportation de l’Algérie, entraînant la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe vers l’Espagne l’année dernière.

« L’Algérie a raté l’occasion de réaliser son plein potentiel », a déclaré Anthony Skinner, consultant en risques politiques.
« Cela est dû à des années de sous-investissement de la part des compagnies pétrolières internationales en raison d’un historique de conditions fiscales difficiles et de l’environnement opérationnel général marqué par la bureaucratie et la lenteur des prises de décision. »
Mostefa Ouki, chargé de recherche à l’Oxford Institute for Energy Studies, a déclaré qu' »à court terme, l’Algérie ne pourrait fournir à l’Europe que quelques milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires ».

Alors que l’Europe cherche à réduire sa dépendance au gaz russe, l’Algérie a récemment reçu la visite du secrétaire d’État américain Antony Blinken et du Premier ministre italien Mario Draghi. La semaine dernière, M. Draghi a signé un accord d’importation de gaz dans le cadre des négociations entre la compagnie pétrolière et gazière publique algérienne Sonatrach et la multinationale italienne Eni en vue d’augmenter la production en Italie.

Suite à la flambée des prix du pétrole et du gaz de l’année dernière, l’Algérie – qui traverse une récession économique – a pu bénéficier d’une augmentation de ses revenus à 35 milliards de dollars, contre 20 milliards de dollars en 2020. « L’argent supplémentaire a permis à l’Algérie de mettre en veilleuse les projets impopulaires de hausse des impôts et de réforme des subventions et d’introduire une nouvelle allocation de chômage de 90 dollars par mois », indique le rapport, ce qui contribuerait à atténuer les griefs socio-économiques croissants, en particulier chez les jeunes du pays.

Monitor de Oriente, 21/04/2022

#Algérie #Gaz #Europe #Ukraine #Russie #Maroc #SaharaOccidental #Sonatrach