La Russie plus présente au Sahel au détriment de la France

Manifestation-de-Faso-Lagam-Taaba-Zaka.

La Russie plus présente au Sahel au détriment de la France – Faso Lagam Taaba Zaka, Barkhane, Takuba, coopération militaire, accords de défense coloniale,

La Russie tente d’accroître son influence dans la région du Sahel, essayant d’exploiter le sentiment anti-français qui se développe dans la région. [1] Après avoir consolidé ses relations avec le gouvernement malien, la Russie courtise désormais le nouveau pouvoir burkinabé. Suite au récent coup d’État du 24 janvier 2022, plusieurs partisans du lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, président par intérim du pays, ont déjà appelé à renforcer la coopération avec la Russie et à rompre le partenariat du pays avec la France. [2]

Manifestation appelant à un partenariat avec la Russie
Le 27 mars 2022, la coalition « Faso Lagam Taaba Zaka », qui regroupe plus de 100 organisations de la société civile, a manifesté dans la capitale Ouagadougou, demandant au nouveau gouvernement de développer la coopération militaire et stratégique Burkina Faso-Russie, avec pour principal objectif de contrer les mouvements djihadistes actifs dans la région. Lors de la manifestation, le secrétaire général de la coalition Somaila Nana a déclaré que les autorités devaient diversifier leurs partenaires dans cette lutte contre le terrorisme en s’alliant avec des pays comme la Russie, la Chine et la Corée du Nord. « Nous critiquons la présence de bases militaires de forces étrangères [c’est-à-dire la France], qui ne méritent plus notre confiance. Nous exigeons l’annulation des accords de défense coloniale », a-t-il soutenu.

Les promoteurs de la manifestation ont montré des affiches avec des photos du président par intérim du Burkina Faso Damiba et du président russe Vladimir Poutine, soulignant leur soutien également à la junte militaire malienne et à son chef, le colonel Assimi Goita, un officier militaire qui occupe le poste de président par intérim depuis le putsch du mois de mai de 2021. Au cours de l’événement, la coalition a souligné que l’opération anti-insurrectionnelle Barkhane, dirigée par la France, qui s’étend sur cinq pays du Sahel, à savoir le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger, devrait prendre fin. [3]

Il convient de noter que la manifestation  » Faso Lagam Taaba Zaka  » devait auparavant avoir lieu sur la Place De La Nation (« Place de la Nation »), au centre-ville de Ouagadougou, mais la coalition n’a pas pu obtenir l’autorisation nécessaire et a plutôt organisé l’événement. au sein du Conseil Burkinabè des Chargeurs (« Conseil Burkinabè des Chargeurs »). [4]

Le 10 avril 2022, lors d’une conférence à Ouagadougou sur la sécurité au Burkina Faso, « Faso Lagam Taaba Zaka » a déclaré qu’il n’est pas possible de gagner une guerre avec quelqu’un qui n’a jamais gagné de guerre. « La France n’a jamais gagné une guerre, elle s’est toujours accordée des victoires. La France n’a jamais gagné une guerre, nous l’avons chassée partout. » Le mouvement déclarait alors : « Nous disons avec [l’officier burkinabé, révolutionnaire marxiste et président panafricaniste du Burkina Faso] Thomas Sankara que ‘seuls rompre avec les faux amis et réorienter notre politique étrangère vers d’autres horizons peuvent nous garantir des partenaires fiables et sincères’. avec qui nous pourrons relever les défis du moment afin d’atteindre une réelle indépendance. » Il a ensuite conclu que le Burkina Faso avait besoin d’un nouveau partenariat avec la Russie, la Chine, ou Cuba. [5]

Les intérêts de la Russie au Burkina Faso

Le média russe Gazeta.ru a interviewé plusieurs experts russes sur les relations russo-burkinabè. Natalia Piskunova, politologue africaniste et professeure agrégée à l’Université d’État de Moscou, a déclaré qu’il y a déjà une « présence assez importante » d’entreprises russes au Mali, au Nigeria et en Guinée, et que Moscou augmente maintenant sa présence au Burkina Faso. Piskunova a ajouté que le Burkina Faso n’est pas le pays le plus riche en termes de ressources, mais il est important pour sa position géographique, qui relie le Mali au Niger et à d’autres pays africains. [6]

L’expert russe a également mentionné l’importance du Burkina Faso dans le développement de la route transsaharienne, un projet qui a été suggéré dans les années 1962, certains tronçons ayant été construits dans les années 1970, mais que ce n’est que maintenant que les entreprises chinoises semblent intéressées à le relancer. et y investir. [7]

Piskunova a déclaré: « Le Burkina Faso est important précisément en tant qu’État de transit pour la mise en œuvre du grand projet de transport de l’autoroute transsaharienne, qui permettra le transfert rapide de marchandises à travers tout le continent africain, de la côte est à la côte ouest. Une telle étape serait une suite logique de la politique de Moscou en Afrique de l’Ouest, où, au cours des deux ou trois dernières années, il y a eu un renforcement systématique de la présence politique, économique et militaire de la Russie, dans le cadre de la politique générale de la Russie. tournez-vous vers l’Est,’ qui inclut l’Afrique. » [8]

Conclusion

Soulignant que la Russie est un acteur relativement inconnu pour les nouveaux dirigeants en Afrique (qui ont peut-être eu des relations avec l’Union soviétique, mais pas avec la Russie d’aujourd’hui), Piskunova a déclaré que la Russie n’avait surtout pas de bilan « négatif » dans la région. Pour ces raisons, Moscou est perçue comme la meilleure alternative à Paris. « Au Burkina Faso, la recherche d’une alternative à la présence et à l’influence de la France dure depuis longtemps, donc pour eux un acteur sans passé colonial et avec de grands moyens est naturellement attractif. »

L’ancien ambassadeur de Russie au Yémen, en Libye et en Tunisie, Veniamin Popov, a déclaré que les avantages de la coopération avec la Russie étaient « de plus en plus compris » dans la région ces derniers temps. « C’est de Moscou que viennent l’aide, la solidarité et le véritable soutien. Car, contrairement aux États-Unis ou à la France, la Russie ne s’immisce pas dans les affaires intérieures des États africains. La Russie offre son aide et ne pose aucune condition ; c’est très important pour les Africains. En conséquence, de plus en plus d’États africains se tournent vers Moscou pour demander de l’aide dans un domaine ou un autre, ce processus prend de l’ampleur », a souligné l’ancien diplomate. [9]

Selon le média russe Gazeta.ru, la vraie question concernant le Burkina Faso est de savoir dans quelle mesure les nouvelles autorités seront stables pour conclure des accords avec la Russie. Entre-temps, le 2 mars 2022, l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a adopté une résolution condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et le Burkina Faso faisait partie des pays africains dont le vote n’a pas été enregistré, avec le Cameroun, l’Éthiopie, l’Eswatini, la Guinée, la Guinée Bissau, Maroc et Togo. [dix]

En avril, le Premier ministre burkinabé Albert Ouedraogo a souligné que le Burkina Faso devait diversifier ses alliances. « En ce qui concerne la coopération militaire avec d’autres États, l’option est désormais de diversifier les partenariats, afin d’optimiser les atouts spécifiques de chaque partenaire. En tout état de cause, ces partenariats seront fondés sur le respect de notre indépendance territoriale et sur la sincérité », a-t-il souligné. .

*Anna Mahjar-Barducci est directrice du MEMRI Russian Media Studies Project.

[1] Voir MEMRI Inquiry and Analysis Series No. 1632, A Brief Review Of Russia’s Influence Over Mali – To France’s Detriment , 14 avril 2022.

[2] Il convient de noter que, selon le journaliste nigérian Philip Obaji Jr., juste avant le coup d’État, Paul-Henri Sandaogo Damiba, promu un mois plus tôt pour superviser la sécurité dans la capitale Ouagadougou, a tenté à deux reprises de persuader les Burkinabé Président Roch Kaboré pour engager le groupe Wagner dans le pays. Cependant, Obaji a écrit dans le Daily Beast que Kabore avait rejeté l’idée. Thedailybeast.com/burkina-faso-president-ousted-after-refusing-to-pay-wagner-mercenaries, 25 janvier 2022.

[3] Globinfos.net/cooperation_militaire_franco_burkinabe-la-coalition-faso-lagam-taba-zaaka-nen-veut-plus/?fbclid=IwAR0W7PGYHsESeARm-XSJXG4zZ7C3paTSqvEDRYTaUnGTwXD2hNh9ZUJUfgM, 27 mars 2022.

[4] Facebook.com/RealiteTv/photos/a.2060223827543291/3202659366633059/, 28 mars 2022.

[5] Lefaso.net/spip.php?article112554, 10 avril 2022.

[6] Gazeta.ru/politics/2022/01/28/14473555.shtml?updated, 28 janvier 2022.

[7] Asiatimes.com/2019/11/trans-saharan-highway-project-on-track/, 13 novembre 2019.

[8] Il convient également de noter que le mineur d’or russe Nordgold a récemment annoncé qu’il devait fermer la mine du Burkina Faso, invoquant des raisons de sécurité dans le pays. Sowetanlive.co.za/business/2022-04-12-russias-nordgold-shuts-burkina-faso-mine-due-to-security-threats/?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0mtilOBXLbYjdA5C4Nw8C5GFs-1_FNgYeRYOslBNuqxwfTHfAQUxJCxv0 April 12, 2022.

[9] Gazeta.ru/politics/2022/01/28/14473555.shtml?updated, 28 janvier 2022.

[10] Voir MEMRI Special Dispatch No. 9850, African Continent’s Reactions To Russia’s Invasion Of Ukraine – Part I – South Africa’s Head Of Public Diplomacy : « Tout comme la Russie ne tolérera pas les missiles de positionnement de l’OTAN près de son territoire, les États-Unis ne toléreront jamais la Russie. Déploiement de missiles dans son voisinage », 24 mars 2022 ; Dépêche spéciale du MEMRI n° 9854, Réactions du continent africain à l’invasion de l’Ukraine par la Russie – Partie II – Ancien ministre nigérian : « Je blâme Zelensky et ses alliés et amis occidentaux pour cette tragédie en cours », 25 mars 2022 ; Dépêche spéciale MEMRI n° 9856,Réactions du continent africain à l’invasion de l’Ukraine par la Russie – Partie III – Média du Zimbabwe : « Seuls les Zelensky politiquement naïfs de ce monde s’attendraient à un soutien sincère et authentique de la part des États-Unis » , 28 mars 2022.

19 avril 2022 | Par Anna Mahjar-Barducci*

MEMRI, 19/04/2022

#France #Mali #BurkinaFaso #Russie #Barkhane #Takuba